2154

CHRONIQUE PAR ...

42
Wotan
Cette chronique a été mise en ligne le 23 mai 2008
Sa note : 13/20

LINE UP

-Baalberith
(chant)

-Sadlave
(guitare)

-Enrikas Slavinskis
(guitare)

-Demonas
(basse)

-Insmuth
(batterie)

TRACKLIST

1)Apeigos
2)Vedlys
3)Šviesa
4)Gyvybès Medis
5)Sakalo Vaikai
6)Ažuolas
7)Geležinis Vilkas
8)Tai Ne Pabaiga
9)Ikaitai

DISCOGRAPHIE


Obtest - Gyvybès Medis
(2008) - black metal folk pagan - Label : Osmose



Étonnant de constater que malgré le temps passé à écouter un maximum de nouveaux groupes, à fouiller Internet et les magazines, il nous arrive encore souvent de rencontrer un groupe ayant une longue carrière, officiant dans notre genre favori, mais dont on ne connaît rien. Tel est le cas d’Obtest, un nouveau venu dans l'écurie d’Osmose, mais qui est loin d’être un groupe jeune: 17 ans de bouteille au compteur. Découverte en perspective donc.


L’introduction ci-dessus était donc une manière d’annoncer que je ne connais pas la longue discographie du groupe (4 albums et autant d’EP), et que je serais bien incapable de replacer ce Gyvybès Medis dans le contexte historique d’Obtest. D'après les informations que j’ai pu rassembler, le collectif lituanien officie depuis ses débuts dans un pagan/black-metal plutôt classique. À l'écoute de ce nouvel album, il n’est pas impossible que le groupe ait évolué. À l’image de l’arbre sur la superbe pochette («Gyvybès Medis» signifie «Arbre de vie» en lituanien), Obtest étend sa musique dans d’autres directions tout en gardant ses racines fermement ancrées dans le substrat païen originel. En effet, point de black-metal dans cet opus si ce n’est le son un rien sec de la batterie par moments et quelques blasts ici et là.

En revanche, les racines païennes du groupe sont bien présentes. Rien que les titres de quelques chansons sont évocateurs: "Arbre de vie", "Rites", "Chêne". Et cette sensibilité païenne se retrouve dans les mélodies ou les arpèges, lorsque les guitaristes entremêlent leurs instruments en un schéma de twin leads pour jouer des parties épiques entraînantes et enlevées ("Apeigos", "Gyvybès Medis", "Ikaitai"). Elle se retrouve aussi lorsque des chœurs déboulent au travers d’un refrain pour notre plus grand plaisir. En dehors de cela, le groupe ne cède pas à la mode du sample de bruit de bataille ou encore à l’utilisation d’instruments folkloriques. Tout est fait avec le set d’instruments classiques du metal, sans aucun claviers ni artifices. Et c’est vers le heavy metal que le groupe se tourne justement, ayant apparemment renié sa sensibilité black.

Que ce soit au travers de solos ou de riffs entraînants, le travail des guitaristes est poussé. Néanmoins, il manque de variété, essentiellement dans les soli qui ont tendance à tous se ressembler, et sont surtout trop prévisibles: ils arrivent toujours au même moment dans les compositions. Compositions qui s'étirent quelque fois trop en longueur, comme sur "Šviesa", une chanson au tempo rapide, dans un esprit punk. Ce défaut est fortement accentué par le chant de Baalberith. Son timbre, très personnel, n’est typé ni black ni heavy. Il possède un grain rocailleux qui donne du charme aux chansons, mais se révèle très vite monotone à cause de son manque de modulation.


Sans être une révélation, Gyvybès Medis est un album honnête qui se démarque aussi bien par ses qualités (riffs accrocheurs, atmosphère épique) que par ses défauts (chant monotone, trop de soli tue le solo). À part son approche multi-genre qui puise dans le heavy, Obtest ne se démarque guère des autres groupes du genre. Reste à savoir si cela est suffisant pour convaincre ?


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2