2178

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 25 mai 2008
Sa note : 14/20

LINE UP

-Tit Gibert
(chant+batterie)

-Kriss Guerin
(guitare+chant)

-Tchoucher
(basse+chant)

TRACKLIST

1)Wake Up or Die
2)Simplicity
3)Nothing Is Written
4)Song For Riders
5)Take It Back

DISCOGRAPHIE


Blazcooky - Human's Chronicles
(2007) - hardcore punk fusion - Label : Autoproduction



Il y a les groupes qui portent des noms banals comme Deathfuckivol, et il y a Blazcooky. Il fallait le trouver celui-là, non ? La jeune formation a été en tous cas pas mal active depuis sa création en 2001 : après avoir sorti une démo ( Don’t Lived By Past), un album (Living For Tripping), un EP/DVD (Givin’ All, Awaits Nothing In Return) et avoir partagé la scène avec les Uncommonmenfrommars entre autres, les natifs de Meaux ont sorti l’année dernière aujourd’hui cet EP à l’artwork de niveau pro. En va-t-il de même pour leur musique ?

Les Blazcooky se définissent comme un groupe punk et ils ont bien raison, ne serait-ce que grâce à la voix de Tit Gibert. Impossible de se tromper quand on entend son grain de gosse mal élevé, sauf que pour une fois il s’agit d’un vrai chanteur qui maîtrise sa voix, chante juste et met du grain juste comme il faut tout en ayant le bon goût de sonner « sale ». Quant à la musique elle marque un tournant net du côté de la fusion : si les morceaux des années précédentes relevaient d’un punk-rock mélodique assez classique et direct, ceux de Human’s Chronicles développent d’un côté des ambiances groovy bien plus soignées et de l’autre un aspect beaucoup plus agressif qu’avant. L’opener "Wake Up and Die" illustre parfaitement ce mélange : des couplets chantés où les instruments tirent sur le hip-hop (avec une basse ronflante et de petites mélodies de fond fort agréables), un intro et un refrain bien hardcore avec hurlements inclus, un break punk qui renvoie plus aux Dead Kennedys qu’à NOFX... Blazcooky a élargi sa palette, fait du mélange et le fait bien.

Les cinq titres de cet EP sont autant de manières pour le groupe de doser ses influences punk, punk-rock, hardcore, fusion et métal. Là où ils réussissent leur coup c’est qu’ils réussissent par ce biais à créer des compos à la fois typées, variées et cohérentes. Les couplets punk-rock de "Simplicity" ne choquent pas du tout face aux riffs hardcore de "Nothing Is Written" ou à la fusion scratchée de "Take It Back". Le fait que le chant soit toujours aide beaucoup, et il faut d’ailleurs avouer que le groupe fait mouche quand il part dans le punk californien : les mélodies catchy et le tempo speedé de "Songs For Riders" réjouiraient sûrement TheDecline01 et ses semblables (brrr). Par contre Blazcooky pêche via quelques plans plus lourdingues qui surprennent, en particulier quand ils veulent la jouer plus agressif (les refrains de "Take It Back" et "Nopthing Is Written" tombent à plat) et le groupe est plus à l’aise dans un format court : quand il décide de dépasser les cinq minutes ("Wake Up or Die", "Take It Back" encore) il devient redondant et c’est dommage.


Malgré quelques remarques çà et là Human’s Chronicles reste donc un disque de punk / fusion / hardcore bien sympathique : suffisamment varié pour être intéressant, suffisamment agressif pour être puissant et suffisamment catchy pour rester en tête. Espérons que le groupe pourra trouver un deal pour enjoliver tout ça d’un bon gros son des familles, et qu’ils pourront tourner suffisamment pour que leur étrange nom devienne familier à nos oreilles. Recommandé aux fans du genre.


www.myspace.com/blazcooky


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2