2180

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 25 mai 2008
Sa note : 12/20

LINE UP

-Julia
(chant)

-Oliv'
(guitare)

-Matt
(basse)

-Nikko
(batterie)


TRACKLIST

1)Mass Media
2)Insignifiance
3)Encore

DISCOGRAPHIE

Ekat (EP) (2007)

Ekat - Ekat (EP)
(2007) - néo metal à la Eths - Label : Autoproduction




Découverts récemment en première partie de Psykup par votre serviteur, les quatre membres d'Ekat officient depuis quelques années déjà. Le groupe a déjà joué un peu partout en région parisienne (notamment à la Scène Bastille), et a également figuré sur un sampler de Rock One, se créant petit à petit une fanbase à force d'apparitions live. Cet EP trois titres disponible via leur site et qu'ils vendent lors de leurs concerts donne un petit aperçu de leur son résolument ancré dans le néo.


Eths, évidemment. Quand il s'agit de néo sombre et ambiancé où un petit bout de femme balance l'air de rien des hurlements à faire peur, comment voulez-vous y échapper ? Ekat assume d'ailleurs totalement cette influence et un titre comme "Mass-Media" ne laisse pas tellement la place au doute : plus encore que ses hurlements death ultra caverneux et agressifs (qui se sont encore améliorés depuis d'ailleurs), c'est le chant clair diaphane et fragile de Julia qui rappelle invariablement Candice ainsi que ce passage typique où elle passe en mode « je pleure, je pleure, je pleure... JE CRIIIE, JE CRIIIE » que plus Ethsien tu meurs. Si on considère en plus les mélodies opressantes et hypnotiques des couplets, les gros riffs jumpy/core des refrains et les breaks qui fleurissent au bord du chemin la messe semble dite et la tentation de classer Ekat dans la famille des clones purs et durs est immense.

On a donc d'abord l'impression d'écouter du Eths en moins bien car moins complexe rythmiquement et plus prévisible. Heureusement "Encore" vient remettre de l'ordre dans tout ça grâce à des couplets mélodiques qui engendrent une réelle identité pour le coup. Plus pop que le reste, cette chanson voit Julia se dépasser en chant clair et il n'y a que le refrain bêtement bourrin au riff pauvre pour rabaisser le tout. Mais les petits arpèges du reste sonnent vraiment bien et le tout groove malgré un batteur clairement faible dont la frappe est hésitante et les plans vraiment bateau (ça se confirme malheureusement en live). Il n'empêche que l'atmosphère dégagée est envoûtante et que le groupe conserve en général un niveau d'efficacité plus qu'honnête sur la totalité de l'EP. Le problème de l'inspiration a beau être gênant on se surprend à taper du pied et à hocher la tête malgré soi, ce qui est toujours bon signe.


Ces trois titres ne font après tout que dessiner les contours de l'identité d'un groupe naissant, et laissent entrevoir un potentiel pas inintéressant. Si les Ekat travaillent leurs points faibles (la batterie !) et réussissent à développer un son personnel ils ont leur chance, et les quelques titres inédits entendus en concert sont encourageants de ce point de vue. Bonne chance...


www.myspace.com/ekatmusik


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7