2312

CHRONIQUE PAR ...

19
Thänatøs
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17/20

LINE UP

-Engwar
(chant+guitare+basse+piano)

-A.M.
(batterie+chant)

TRACKLIST

1)Contre Le Cycle
2)Les Devastes
3)Absurde
4)Seuls
5)Dans Le Flot

DISCOGRAPHIE


Vehementer Nos - Vehementer Nos
(2007) - black metal progressif - Label : Osmose



L'appellation "Vehementer Nos", traduisible par "notre passion", désigne non seulement une encyclique du pape Pie X condamnant énergiquement la loi française de séparation des Églises et de l'Etat de 1905 mais aussi un groupe français de black metal dont le premier album est sorti en début d'année. Et c'est évidemment cet album en question, axé sur le cycle du temps et la soif du pouvoir, composé en environ six ans, qui fera l'objet de cette chronique.

Vehementer Nos commence par des choeurs religieux et aériens qui cèdent immédiatement la place à un riff lourd accompagné d'une batterie puissante. Et ces derniers disparaissent aussi soudainement qu'ils ne sont apparus pour céder leur place à leur tour aux instruments classiques, qui se retirent à leur tour pour échapper à la furie du black metal de la bande à Engwar. Voilà, en deux minutes seulement, le groupe a exposé la majeure partie sa recette: enchaîner avec brio des plans classique/black metal/classique etc. Mais ce n'est pas tout, car l'autre point fort de cet album, ce sont les breaks quasiment ambiants qui apaisent le tout en instaurant des ambiances du plus bel effet. Tous ces ingrédients font qu'on a affaire à un excellent album de black progressif, racé et intelligent.

Vehementer Nos
porte bien son nom : c'est un album dont la passion s'exprime par le biais des composantes de la musique. Les riffs ardents qui ne sont pas sans faire penser à un Dark Funeral qui aurait réalisé qu'on peut faire du black sans être brutal. En effet Vehementer Nos affectionne le low et le mid tempo, et a même recours à la guitare sèche comme pendant le break de l'exceptionnelle "Les Dévastés". Cela étant dit, le groupe n'a pas froid aux yeux et n'hésite pas à balancer la sauce de temps en temps en des déflagrations blastées plus que bienvenues. Quant aux parties classiques, elles sont souvent inspirées et mélancoliques. L'usage d'instruments à cordes tels que le violon, le violoncelle et la contrebasse n'y est pas étranger.

Il reste encore un élément majeur de la musique de Vehementer Nos : le chant, ou plutôt les chants, car A.M. et Engwar s'attellent tous les deux à la tâche pour offrir un chant varié, en adéquation avec la musique. En effet, on a droit à chant black fort bon (excellent même) aussi embrasé que les riffs, alterné par des murmures inquiétants qui accompagnent les passages ambiants par moments, ou encore des pseudo-spoken words légèrement mélodiques. Enfin, le jeu de batterie d'A.M. est plus que sympathique. Tel le caméléon, le bonhomme adapte son jeu: il blaste comme un damné, joue tout en délicatesse et en retenue quand il le faut ou sort des rythmes quasiment tribaux par moments!


On se retrouve au final avec un album racé et inspiré, furieux mais mélancolique, puissant mais fragile, violent mais sensible. Ces dualités font de Vehementer Nos un album singulier, probablement un des tous meilleurs albums black de l'année qui saurait plaire à un public relativement large, surtout que la production est loin d'être crade ou pourrie. Quant à la note, ce n'est un 17 uniquement parce que le potentiel du groupe ne semble pas être entièrement exploité et qu'il y a de légères longueurs, mais ce premier album relève de l'orfèvrerie sinon. La messe est dite et Vehementer Nos a de fortes chances d'être le nouveau messie. Amen.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4