2322

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 11.5/20

LINE UP

-Alhreïs
(chant+guitare)

-Eyhze
(guitare)

-J. Poison
(basse)

-Vagorn
(batterie)

TRACKLIST

1)From Emvers to Ashes
2)Crowning of Damnation
3)Oath of the Starless Skies
4)Hidden
5)The All-Enlightened
6)The Rising
7)Glorified
8)When the Star Fall
9)Apokalipticon

DISCOGRAPHIE

Reign Of Ruin (2004)

Vingdar - Reign Of Ruin
(2004) - black metal - Label : Sacral Productions



La préoccupation de Vingdar semble claire : exécuter un black metal très rapide dans la veine norvégienne, sans oublier les nouvelles influences plus modernes. Rien de nouveau dans ce que propose ce Reign Of Ruin, mais une bonne décharge de violence black metal 90's comme on aime. Ainsi Vingdar pourrait se prévaloir de déplier une fois de plus l'étendard d’un style qui a connu un grand succès quelques années plus tôt et qui connaît encore cette même hégémonie avec des groupes tels Dark Funeral, Setherial, Thy Primordial et tant d’autres.

Pour ce premier album (après la démo Ablaze With Hate), la formation française présente un travail précis et bien exécuté. Les compositions sont construites comme celles des groupes précédemment cités, à savoir intro, refrain, couplet, break… La musique se veut directe et rapide, avec une volonté de faire entendre un grand nombre de mélodies comme le ferait Dark Funeral. Ainsi les riffs sont assez longs, les ambiances sombres, la batterie particulièrement rapide et précise, le chant, pas loin d’être omniprésent. Il faut avouer que pour un premier album, le travail est assez réussi, même si l’on sent parfois trop les influences et non la réelle personnalité du groupe.

Vingdar est aujourd’hui un bon interprète du style qu’il maîtrise. Coté inspiration, les mélodies se laissent entendre sans nous choquer, non que cela manque de relief mais plutôt que l’on ne connaît que trop bien ce genre de riffs et de transitions. Il manque alors peut-être à Vingdar un petit quelque chose qui le distinguerait des autres combos du même style. Un titre comme "Crowning Of Damnation" ou "The Rising" ont des schémas d’écoute préétablis. Peu de surprise, peu d’originalité outre une parfaite exécution. Le chant de Alhreis, aussi à la guitare manque un peu de répondant, de présence. Il semble étouffé et une présence plus aiguë et agressive n’aurait pas desservi la musique du groupe qui par ailleurs possède un son propre. Le mix cafouille à quelques endroits cependant.

Arrêtons-nous aux titres qui valent la peine sur cet album. "Glorified" possède une structure plus découpée avec quelques breaks thrash, et le tout s’enchaîne de manière cohérente. Quelques riffs plus épiques viennent donner forme au titre. "When The Stars Fall" possède une structure plus nuancée avec intro très rapide, passage mid tempos, reprises thrash, chants parlés et de très bons moments de vrai bon black. Essayant d’inclure des choses nouvelles, le dernier titre "Apocalipticon" propose des breaks de guitares sèches tout de suite écrasées par la puissance des guitares et des riffs à la manière de Necromass.


Je crois cependant que le meilleur titre de l’album est "Oath Of The Starless Skies", avec son entrée en matière purement nordique, ses mélodies de guitares bien menées et entraînantes, ses passages plus calmes et sombres, et sa construction solide proche de Setherial. Un bon titre qui monte le niveau de l’album selon moi, album d’un groupe qui mériterait de se laisser aller à une inspiration plus personnelle. C’est parfois dommage de rester consciemment dans l’ombre avec autant de potentiel.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7