2375

CHRONIQUE PAR ...

43
Gazus
Cette chronique a été mise en ligne le 24 août 2008
Sa note : 15.5/20

LINE UP

-Jérémy
(chant+machines)

-Adrien
(guitare)

-Clément
(basse)

-Loïc
(batterie)

TRACKLIST

1)Wyniki tlumaczenia Dabrowski
2)Votre règne s'achève
3)La jungle d'Alcatraz
4)Prélude d'un baiser
5)6h22 un 20 septembre
6)Solidaire dans la déchéance
7)Toute pudeur mise à part
8)Un week-end au lac Salmon
9)L'homme respectable
10)Éloge des petites mains

DISCOGRAPHIE


L'Homme Puma - L'Homme Puma (EP)
(2007) - postcore post rock inclassable Sound collage - Label : Communication Is Not Words



« Tony Farms, un archéologue, manque de ne pas survivre à sa surprise lorsqu'il voit surgir dans son musée londonien un authentique Aztèque. Celui-ci le jette par la fenêtre du troisième étage, mais il s'en tire sans la moindre égratignure et remonte rapidement les trois étages pour apprendre de la bouche même de son agressif visiteur qu'il n'est autre que l'homme-puma, arrivé d'une lointaine planète....»


Formation parisienne née en 2005, L'Homme Puma ne possède que deux choses en rapport avec le nanar dont le synopsis introduit cette chronique : d'une part, ils partagent le même nom, d'autre part, le groupe évolue non loin de l'univers cinématographique. Et plus encore. Ainsi, ce premier EP éponyme est introduit par une citation attribuée à Charles Manson : « Remorse for what? You people have done everything in the world to me. Doesn't that give me equal right [...]», à laquelle s'associent divers vocaux tirés de films, de bruitages, de nappes et de mélodies de piano, ainsi même qu'un extrait de chant grégorien. L'Homme Puma montre en un titre son talent pour l'orchestration à base de samples, le résultat étant véritablement plaisant sur ce premier morceau, qui après trois minutes, laisse place aux musiciens.

L'aspect bruitiste/sampling du groupe mis à part, l'Homme Puma tape dans un post-rock principalement instrumental qui n'est pas sans rappeler la musique de Red Sparowes : arpèges et leads de guitare mâtinés de delay et de saturation légère, basse présente, tant dans les graves que dans les aigus pour faire office de lead et batterie oscillant entre rythmes tribaux, sobriété et complexité, d'un côté, accalmies apaisantes, montées progressives et explosions se rapprochant plus du post-hardcore de l'autre. L'ensemble est parfaitement coordonné, les musiciens sont carrés au possible et les différents climats s'enchaînent sans heurter. À cela s'ajoute un chant clair rappelant le post-core de Minsk et un chant screamo, éraillé à souhait, qui hurle des textes entre vers libres et parfois traditionnels (voire même une citation de Charles Bukowski dans le dernier titre intitulé "Éloge des petites mains") et s'accorde parfaitement à l'ensemble.

Ces deux aspects sont certes plein de qualités, mais leur principal attrait vient de leur fusion. L'Homme Puma semble l'avoir remarqué sur certains titres qui sont parmi les plus réussis, où le post-rock des Parisiens se marie parfaitement avec les citations de films, parfois simultanément (le premier « vrai » morceau "Votre règne s'achève", "L'Homme respectable"), parfois séparément (le très bon et dernier titre "Éloge des petites mains"). Globalement, les autres titres restent trop cloîtrés dans leurs registres, entre collages de samples et musique. On se retrouve alors plus avec un enchaînement de morceaux « classiques » et de compositions faisant parfois plus office d'interludes qu'autre chose. Heureusement, l'ensemble s'enchaîne sans choquer et l'on se voit passer du final hurlé et énergique de "Prélude d'un baiser" à l'étonnant "6h22 un 20 septembre" qui a l'audace de mélanger la voix d'un muezzin au générique d'Amicalement Vôtre !


L'Homme Puma montre avec cet EP éponyme un véritable talent, tant dans la création de compositions à base de collages de citations sonores que dans son post-rock maîtrisé, jouissant au passage d'une production somme toute réussie, malgré des problèmes de saturation sur certains titres. À noter que le groupe est désormais sans chanteur et a décidé de poursuivre sa voie vers une musique plus instrumentale, dans laquelle les samples vocaux ont toutefois toujours leur place. Un groupe à suivre.

http://www.myspace.com/hommepuma


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1