238

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Yohan
(chant)

-Mark
(guitare+samples)

-Niko
(basse)

-Arno
(batterie)

TRACKLIST

1)L'équilibriste
2)A jamais éteint
3)Poussières d'étoiles
4)Transparent

DISCOGRAPHIE


Element - A Coeur Ouvert
(2005) - néo metal - Label : Autoproduction



Element commence à faire parler de lui. Cette formation de Loire-Atlantique sort aujourd'hui cet EP à l'artwork soigné pour tenter de transformer l'essai, après pas mal d'articles élogieux dans la presse spécialisée et quelques premières parties prestigieuses de la scène française comme AqME, Eths ou No One Is Innocent. Element propose un métal typiquement français: chant dans la langue de Molière, rythmiques néo et jumpy qui tiennent le haut du pavé, éléments electro et changements d'ambiance à loisir. A voir si les Nantais peuvent réellement tirer leur épingle du jeu…

La première caractéristique qui frappe à l'écoute d'A Cœur Ouvert c'est le soin apporté aux samples mélodiques. Le début de "L'Equilibriste" est particulièrement réussi grâce à une boucle qui rappelle l'ambiance Matrix version "sonorités asiatiques". L'enchaînement des riffs comme les modulations de voix de Yohan et la ligne de basse de pur soutien de Niko donnent à ce premier titre une dynamique plus que plaisante. Au milieu du titre on trouve l'enchaînement d'une partie happy à la Beatles et d'un arpège à la Kyo avant de repartir dans un riff de thrash syncopé, et le tout fait assez mal. Le chant de Yohan est bien dans la tradition: d'un chant clair/hurlé "à la Reuno" l'homme passe à des hurlements thrash purs bien maîtrisés et à un chant clair moins heureux: on pense à Koma d'AqMe, ce qui n'est jamais une bonne idée.

La prod est assez bien pensée, à une grosse exception près: si guitares, basse et chant sont tout à fait acceptables, les effets cyber et la batterie posent problème. La batterie est juste un peu faiblarde à mon goût, mais pour les samples c'est plus grave: si les plans mélodiques des débuts des compos sont effectivement très bons le groupe a choisi d'habiller son son de guitare d'un bruitage permanent qui me tape royalement sur le système. En gros les riffs sont accompagnés d'un souffle d'arrière-fond, un bruit qui ressemble à un modem 56k qui se connecte, et j'ai bien cru à la première écoute que ce gimmick qui fait sonner le tout bien indus allait m'empêcher de profiter de cet EP. J'ai fini par m'y faire, mais encore aujourd'hui je déplore ce choix qui en irritera plus d'un et qui était de plus totalement dispensable.

Les quatre titres sur cet EP sont assez différents au niveau de l'agencement des composantes, mais les formules de base sont bien définies: mariage de gros riffs et de parties plus aériennes à tendance pop ou surtout électro, la musique d'Element est inégale mais en général bien plaisante. Certains passages réussissent à surprendre: le pont rappé sur fond de nappes de clavier de Poussières d'Etoiles est totalement inattendu, et certains riffs donnent vraiment envie de sauter partout. Par contre certains autres plans sont bien moins heureux: le refrain de "Poussière d'Etoile" rappelle franchement AqME et le riff de "Transparent" est bien trop pompé sur Walk de Pantera…


En conclusion, cet EP est prometteur en dépit de quelques erreurs de jeunesse facilement pardonnables. Element a de la marge pour progresser, et Yohan devrait en toute logique devenir un meilleur vocaliste au fur et à mesure des albums et de l'expérience accumulée. Les différentes formules utilisées par le groupe sont en cours de maîtrise et j'espère qu'ils nous gratifieront d'un véritable album pour que l'on puisse vérifier tout ça. Le potentiel live de cette musique est évident à l'écoute, et je gage qu'Element saura s'affirmer et mûrir pour venir tutoyer cette scène française de qualité qui fait de plus en plus de bruit.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2