2389

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 30 août 2008
Sa note : 10.5/20

LINE UP

-Xavier
(chant)

-Rom's
(guitare)

-Gobest
(guitare)

-Bamby
(basse)

-Mika
(batterie)

TRACKLIST

1)Last Pleasure
2)A Rope Between My Teeth
3)Anadhony
4)Mad
5)Falling Alive

DISCOGRAPHIE


Enken - Enken (EP)
(2008) - rock hardcore néo metal - Label : Autoproduction



Autrefois appelé Emisphère, Enken est un très jeune groupe basé en banlieue parisienne qui ne manque pas de volonté. Jugez plutôt : alors qu'ils n'ont que deux ans d'existence et que les galères de line-up les ont poursuivis pendant des mois, ils ont déjà plusieurs concerts à leur actif et ont trouvé le temps et l'argent d'enregistrer ce premier EP ! La preuve éclatante que ce n'est pas en restant assis à attendre qu'on fait bouger un projet, et que la niaque reste un facteur décisif... Comportant cinq titres, Enken a pour but de poser les bases du style du groupe, une carte de visite en quelque sorte.

Même si la formation a fait appel aux services d'un ingé-son professionnel il ne faut pas s'attendre à grand-chose niveau production : c'est du son de garage typique. On distingue tous les instruments et la basse et le chant s'en sortent à peu près individuellement, mais les guitares lead et la batterie sont vraiment en carton. Rien que du très normal pour une première démo, et après tout des groupes comme Mindslaved ont réussi à passer outre cet écueil grâce à des compos exceptionnelles... sauf que les membres d'Enken semblent ne pas trop savoir où aller pour l'instant. Chaque titre de cet EP développe un style différent ou presque et le seul fil conducteur semble être le chant de Xavier. Ce dernier alterne entre des braillements hardcore assez convaincants et un chant clair très particulier : il chante juste mais sa voix juvénile, traînante et maniérée risque de rebuter autant de monde qu'elle en séduira un peu comme un Thomas d'AqME en son temps. Il impose en tous cas son style propre, contrairement à ses petits camarades dont le jeu est plutôt générique.

Si on devait absolument coller une étiquette sur la musique d'Enken on dirait qu'il font du rock-métal : que ce soit dû à la production sans mordant, aux riffs rythmiquement assez simples ou aux petits motifs lead les guitares sont plus rock qu'autre chose et sans le chant hurlé de Xavier on ne parlerait pas de métal du tout. Exception : les couplets de "Anadhony" où le riff agressif aurait pu cogner s'il avait été appuyé par un gros son, sans compter que le refrain et le solo sont basés sur les célèbres trois accords Maiden ! Pour le reste la recette de composition d'Enken s'analyse vite : on part soit d'un riff de base ("A Rope Between My Teeth") soit d'un petit motif de guitare lead ("Last Pleasure", "Anadhony") et on fait tourner le tout en rajoutant deux-trois plans pour faire des couplets et un refrain. Un break ou deux pour rompre la monotonie, des variations dans le chant, et la sauce est liée... la différence d'une chanson à l'autre dépendant principalement des différences d'atmosphère.

Par exemple "Mad" propose une intro atmo étrange puis des couplets mélodiques ambiancés très réussis où Xavier fait des merveilles en ne poussant pas sa voix et où la batterie de Mika devient enfin intéressante. C'est le titre le plus abouti de l'EP, et on regrette un peu que le groupe n'ait pas pu s'empêcher de bourriner bêtement en rajoutant un plan rapide hardcore/punk au milieu de tout ça, surtout quand ils réussissent à poser un break bruitiste malsain et dérangeant juste après. En général on peut dire qu'on trouve au moins une très bonne idée par chanson, et comme il s'agit d'une première démo on va surtout retenir ça. Le très mélancolique "Falling Alive" est trop long mais pourrait donner une bonne compo arrache-culotte une fois remanié, l'arpège qui ouvre "Last Pleasure" est simple mais très efficace, et ainsi de suite. Et quiconque connaissant les débuts du groupe leur sera reconnaissant d'avoir laissé tomber les dissonances systématiques qui faisent leur identité durant la période Emisphère (c'était affreux).


Cette première démo d'Enken est donc... une première démo, avec tout ce que ça implique. Le groupe doit maintenant choisir vers quel côté aller, et gageons qu'au fil des concerts ils sauront trouver l'équilibre entre ambiance, énergie et mélodie. Espérons qu'ils complexifieront tout de même un peu leur formule de base, car un peu plus de recherche dans les riffs ne ferait de mal à personne. A suivre...


www.myspace.com/enkentheband


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3