2431

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Michael Vescera
(chant)

-Yngwie Malmsteen
(guitare+basse)

-Mats Olausson
(claviers)

-Mike Terrana
(batterie)

TRACKLIST

1)Never Die
2)I Don't Know
3)Meant to Be
4)Forever One
5)Hairtrigger
6)Brothers
7)Seventh Sign
8)Bad Blood
9)Prisoner of Your Love
10)Pyramid of Cheops
11)Crash and Burn
12)Sorrow

DISCOGRAPHIE

Marching Out (1985)
Trilogy (1986)
Eclipse (1990)
The Seventh Sign (1994)
Unleash The Fury (2005)
Perpetual Flame (2008)
Angels of Love (2009)
Relentless (2010)

Malmsteen, Yngwie - The Seventh Sign



Fin de la période « FM » s'étalant de Trilogy à Fire And Ice, Yngwie Malmsteen renouvelle à nouveau sa garde-robe en s'entourant d'un excellent line up: Mike Vescera (ex-Loudness) au chant, le tueur Mike Terrana à la batterie et le fidèle Mats Olausson aux claviers. Tous ces changements de line up lui permettent de varier un peu ses albums et l'approche qu'on peut en avoir, pendant que lui continue à faire « son » truc.

Autrement dit, si Malmsteen gardait toujours les mêmes gars, sa discographie serait peut-être aussi figée et mécanique que celle de Stratovarius. Sur The Seventh Sign, pas de gros synthés « FM » à part sur "I Don't Know", et encore. Le line up présent apporte une grosse patate à l'album, là où le précédent apparaissait fatigué sur Fire And Ice. Comme d'habitude avec Malmsteen, le contenu de l'album est très varié: ballades, speed mélodique, titres épiques et hard rock groovy sont au programme. Oui, on trouvait déjà ça sur les albums précédents, mais bon, Malmsteen pète le feu alors on ne va pas se plaindre. The Seventh Sign a été très bien accueilli par la presse à sa sortie, salué comme un de ses meilleurs albums, après les « égarements » d'Eclipse et Fire And Ice. Pourtant, bien qu'il soit très travaillé et particulièrement bon, j'ai du mal à vraiment m'enthousiasmer sur l'ensemble de l'album.

L'instrumental de type néo-classique ("Brothers") est de bonne facture, sans pour autant apporter le grand frisson espéré. Les morceaux speed ("Never Die" et "Crash and Burn") ne ridiculiseront pas tous les autres groupes de speed mélodique cette fois-ci. Malmsteen et les ballades, c'est quitte ou double: soit elles sont magnifiques, soit terriblement racoleuses. Sur The Seventh Sign, c'est plutôt la seconde option qui l'emporte. "Forever One" devient vite gonflante par son côté larmoyant. "Prisoner of Your Love démarre bien", mais là encore, son refrain avec les arrangements « soupesques », tout cela est d'un kitsch... En plus, la guitare de Malmsteen joue le rôle des fameux violons que l'on retrouve dans la variété française, chez Johnny, Eddy, Obispo et consorts. Bref, ce n'est pas l'extase, il fera mieux après ("I'd Die Without You" sur Magnum Opus).

"Meant to Be" sans être vraiment une ballade vaut surtout pour son refrain entêtant et immédiat, mais le chant de Michael Vescera est parfois agaçant quand il pousse un peu trop sa voix sur les couplets guimauves de ce titre. Dans un registre plus « burné », il s'en sort à merveille par contre. Malmsteen se lâche en effet sur quelques morceaux où ses influences éclatent au grand jour, plus que sur ses albums précédents (cf. "Dragonfly" sur Fire And Ice). "I Don't Know" est justement dans le même style que "Dragonfly", avec wah wah à fond et surtout du rythme et un groove que le line up de Fire And Ice était loin de posséder. "Hairtrigger" est également très entraînante, rapide et avec un style très blues pour la guitare. Les claviers rappellent un peu Deep Purple. Enfin, "Bad Blood" est carrément LE blues revu et corrigé par Malmsteen, et qui plus est, il n'en fait pas des tonnes sur ce titre contrairement à ses vidéos « blues lessons » (ceux qui les ont vu comprendront de quoi je parle). Bref, on ne peut qu'encourager ce genre de prise de risques de sa part, quand il sort du néo-classique de base.

Se cachent enfin sur The Seventh Sign quelques compos monstrueuses comme l'épique "Seventh Sign" qu'il continue de jouer régulièrement en concert et "Pyramid of Cheops", très heavy, qui n'est rien d'autre que le "Powerslave" de Malmsteen, rien que ça! Les riffs y sont bien gras et juteux, ça sent la bière et le rock 'n' roll à plein nez... le baroque and roll pardon, quelle bourde je fais! Ah, le son Malmsteen, cradingue et rock 'n' roll dans l'esprit, inimitable! Il ne sonne pas propre comme le guitar-hero de base, ou tous les gratteux de speed mélodique/symphonique qu'il a pourtant influencés.


Voilà pour The Seventh Sign, un bon cru, il claque plus que les albums précédents, mais je préfère Fire And Ice et Magnum Opus pour leurs mélodies. Mince, toujours pas d'album de Malmsteen que j'ai noté plus de 15 / 20, ça devient inquiétant!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6