245

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 9/20

LINE UP

-Sakis Koutsasis (chant+guitare)

-Panayiotis Roumeliotis (guitare)

-Tasos Karapapazoglou (basse)

-Alexis Mantirakis (batterie)



TRACKLIST

1)Marching To Glory
2)At The Gates
3)I'll Live Forever
4)Stormlord
5)Sons Of Revenge
6)War
7)Blood On My Hands
8)Fly Away
9)Armageddon
10)Lost Humanity

DISCOGRAPHIE

War (2005)

Elwing - War



Anciennement - un peu - connu sous le nom de Merlin, Elwing est un groupe de jeunes Grecs qui donnent dans un power metal épique, aux forts relents de Manowar et de speed à l'allemande. Le titre de l'album en dit long: c'est à un concept éminemment guerrier qu'Elwing s'adonne, et invite l'auditeur, ce qui admettons-le n'est pas exactement la plus originale des démarches. Quant à la musique, elle ne l'est pas davantage: c'est un metal simple, très brut de décoffrage, sans ornement aucun qui nous est proposé. Le clavier, c'est pour les poseurs. Cela limite les possibilités, mais c'est la voie qu'Elwing a choisie. Voyons ce que ça donne...

La voix de Sakis Koutsasis étonne en premier lieu, oscillant entre des grognements rocailleux très bas et les fameuses envolées suraiguës - qui sont certes légion dans ce style, mais toujours aussi gonflantes - en passant par le chant propret, clair et mélodique, à base de vibrato. Elle étonne, mais ne convainc pas nécessairement: ces capacités indéniables de modulation sont malheureusement contre-balancées par un timbre très impersonnel, sans grande conviction, de même que par une production qui a tendance à la laisser un peu trop en retrait; surtout les backings d'ailleurs. A côté de ça, le bougre assure aussi la guitare rythmique, en quoi il semble largement inspiré par les tout premiers Helloween, période Walls Of Jericho: que l'on me pende si les introductions de "Stormlord" ou de "Fly Away" ne vous rappellent pas les "Murderer", "Warrior" ou autre "Victim Of Fate" des citrouilles, à une époque où, en revanche, cela était bien entendu novateur. On sent également poindre un soupçon de Maiden dans quelques-uns de ses riffs ("At The Gates", "War"), bref Elwing a les références habituelles. Le problème est juste qu'ils ont du mal à s'en démarquer. Beaucoup trop de mal.

C'est pourquoi on tombe trop rapidement, à l'écoute de cet album, dans les tréfonds épuisants de platitude des 98 % des mille cinq cents groupes de power-speed qui se forment tous les mois. Ainsi "Sons Of Revenge", ainsi "I'll Live Forever"... Le seul élément "distinctif" du groupe, même si ce terme semble abusif, réside en le jeu du guitariste Panayiotis Roumeliotis, fraîchement engagé dans le combo, qui insiste particulièrement sur l'aspect mélodique dans la conception de ses leads et de ses soli. Cela est vrai pour chaque titre, mais forcément plus évident dans l'instrumental "War", à ranger illico du côté du "Transylvania" des vieux briscards d'Iron Maiden. Déjà entendu, bien connu, mais toujours assez plaisant. La ballade, puisqu'il en faut bien une, c'est "Blood On My Hands", aux rythmiques assez couillues et au refrain bien mauvais. Ils auraient pu s'en passer. L'ultime titre "Lost Humanity", en revanche, fait varier le tempo, implique plus de choeurs, et contient un solo de basse de l’ami Tasos Karapapazoglou (au patronyme très intéressant) pas piqué des hannetons, aussi efficace qu'inattendu. Ce sera la meilleure surprise de War. Elle arrive bien tard.


Pour ce premier album, Elwing ne va donc pas chambouler l'ordre établi, c'est assez clair. Encore un groupe qui vit dans le passé, ne présentant que très peu d'intérêt pour quiconque connaît déjà les références citées le long de cette chronique (Helloween, Manowar, Iron Maiden), à moins d'être un indécrottable amateur de toute forme de "true warrior pure heavy-metal" sans concession, qui achète tout ce qui se présente. Vous aurez là un disque moyen. Les autres ont bien d'autres investissements plus judicieux à réaliser.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5