2553

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Sylvia Erichsen
(chant)

-Jacob Holm-Lupo
(guitare)

-Joihannes Saeboe
(guitare)

-Lars Fredrik Froislie
(claviers)

-Marthe Berger Walthinsen
(basse)

-Aage Moltke Schou
(batterie)

-Ketil Vestrum Einarsen
(flûte)

-Sigrun Eng
(violoncelle)

TRACKLIST

1)Chemical Sunset
2)Sally Left
3)Endless Science
4)Soulburn
5)Insomnia
6)Storm Season
7)Nightside of Eden

DISCOGRAPHIE

Storm Season (2004)

White Willow - Storm Season
(2004) - rock prog ambient - Label : Laser's Edge



Qu'il est bon d'entendre de la musique originale. Certains groupes se contentent de recopier bêtement ce qui a déjà été produit, avec plus ou moins de mérite; d'autres, au contraire, privilégient une approche radicalement novatrice et ceux-là mêmes sont les seuls capables de surprendre un minimum les auditeurs désabusés. White Willow est assurément de ceux-là. Le secret de la réussite ? Souvent des mélanges, des melting-pots d'influences harmonieusement opérés. Facile à décrire sur papier... En réalité, rares sont les "alchimistes" réellement talentueux. Les Norvégiens de White Willow proposent un rock progressif très ambiant, teinté de trip-hop et d'atmosphérique. Audacieux, non ? Trois tentatives peu fructueuses ont déjà été faites. Celle-ci risque bien de changer la donne.

L'imposant line-up du groupe (huit membres permanents, plus quelques guests) permet de multiples possibilités. En l'occurrence, Storm Season est un album conceptuel principalement centré sur un tissu d'émotions sombres et froides, typiquement nordiques. Plusieurs éléments essentiels: un violoncelle "lead", des arrangements très travaillés et une voix. Une voix féminine, celle de Sylvia Erichsen, au timbre très proche de celui de la vocaliste du groupe espagnol Arwen; mais ici tout-à-fait opportun. Son timbre fragile et enfantin réhausse à la perfection les sentiments dégagés par les compositions du boss guitariste Jacob Holm-Lupo. Peu rythmées, celles-ci peuvent tour à tour évoquer Porcupine Tree, Morcheeba, Bjork ou encore Theatre Of Tragedy sans discontinuer dans l'intensité. "Chemical Sunset" et "Sally Left" symbolisent à merveille l'esprit torturé qui anime le groupe, planants et symphoniques, tristes, délicieusement malsains.

Le claviériste Lars Fredrik Froislie et ses interventions déterminantes au piano, mellotron, Hammond, Moog et j'en passe, apporte une dimension supplémentaire. Les instruments vintage sont décidément vecteurs d'émotions que la musique numérique d'aujourd'hui est loin d'appréhender. A entendre pour s'en assurer le morceau-titre "Storm Season", aux arrangements magistraux. Ou encore "Endless Science", ballade ambiante surprenante. La production de Jacob met ces artifices à l'honneur. En revanche elle dessert les soli de guitare, certes non essentels à l'ossature des morceaux, mais ce son lointain et plein d'écho n'est pas des plus plaisants. Peut-être est-ce là la volonté du groupe. Mais avec deux guitaristes, il eût été plus juste de leur accorder plus - et mieux - d'espace sonore. C'est surtout dommage pour une composition comme "Nightside Of Eden", qui se conclut par un solo autrement en tous points efficace.


Le morceau "Insomnia" demeure celui qui représente au mieux le détonnant mélange des genres, où l'on croise de la ballade mélancolique, des ambiances orientalisantes et du metal saccadé en l'espace de six minutes; Sylvia y délivre par ailleurs une performance remarquable. Avec "Nightside Of Eden", ce titre est le seul où l'on trouve un rythme prononcé. Pas de quoi headbanguer, mais cela a son petit effet. Il faut dire que la musique de White Willow, si elle s'assimile au progressif, peut pour autant s'avérer diamétralement opposée à tout ce qui est rock / hard. Onirique, tragique, nostalgique, Storm Season est un disque qui s'écoute seul, dans le noir, yeux fermés. Relaxation - ou déprime, tout dépend - assurée. Et plaisir itou. Bravo.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7