2594

CHRONIQUE PAR ...

1
Blackmore
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 9/20

LINE UP

-Gregoor van der Loo
(chant)

-Marcel Coenen
(guitare)

-Franck Faber
(claviers)

-Barend Tromp
(basse)

-Nathan van de Wouw
(batterie)


TRACKLIST

1)Intuition
2)Akasha Chronicles
3)Celestial Haze
4)Deep Inside
5)More of Nothing
6)Alone
7)Prime of Passion
8)Memory Lane

DISCOGRAPHIE

Insights (1996)

Lemur Voice - Insights
(1996) - rock prog - Label : Magna Carta



Voici le premier album d'un groupe qui n'en réalisa que deux avant de ne plus donner le moindre signe de vie. Certains membres du groupe s'en allèrent tout de même former Sun Caged, mais c'est à peu près tout ce qu'il peut en rester. Quoiqu'il en soit, j'espère que leur dernier album est un disque intéressant car Insights ne m'a jamais réellement emballé. Musicalement, le groupe propose un rock progressif puissant lorgnant régulièrement vers le metal prog ("Prime Of Passion"). Evidemment, une des inspirations principales du disque n’est autre qu’Images And Words. Oui toujours lui.

Cependant, il faut admettre que Lemur Voice possède une petite touche perso (mais petite hein, voire microscopique). Par exemple, le chant que je trouve parfois abominable, une sorte de Jon Anderson… Le charisme en moins. Techniquement, c’est un très bel ouvrage. "Akasha Chronicles" est une excellente instrumentale dans la grande tradition prog 90’s du passage instru de "Metropolis Part 1". Même si le cliché n’est pas loin, on se laisse tout de même prendre au piège. Constat qui malheureusement pour le groupe, ne se conduit pas pour le reste du disque. Ainsi si "Deep Inside" ou "Alone" possèdent des parties très intéressantes que dire du reste parfois aussi passionnant que chasse et pêche.

Soit on me rétorquera que "Prime Of Passion" possède un haut niveau technique et sort parfois même un peu des sentiers battus que le groupe s’est imposé. Certes, mais on ne peut s’empêcher d’en arriver toujours au même constat. C’est plat…totalement. La prod du disque est d’une linéarité sans nom, la plupart des riffs sont toujours dans le même ton. Le clavier est un cliché qui ne cesse de citer Awake et Images And Words. La section rythmique en fait souvent trop et ne semble pas vouloir nous étonner. Bref, on a l’impression d’écouter inlassablement le même titre. Sentiment en partie dû au clavier qui utilise pratiquement toujours les mêmes nappes de fond.

Finalement, les rares passages qui réussissent encore aujourd’hui à faire sortir du coma sont des petits breaks souvent terriblement efficaces (par exemple, celui de "More Of Nothing" vers les quatre minutes trente) mais jamais assez longs pour rendre le disque passionnant. Triste constat que ce genre de groupes et de disques. La technique est là, on sent bien qu’il s’agit de très bons musiciens mais que tout ceci est vain… Totalement vain. Si Insights pouvait encore passionner le progueux en 96, alors en pleine crise post-dream theaterienne, aujourd’hui le disque ne présente guère d’intérêt. L’ensemble ne décolle jamais vraiment malgré quelques bonnes idées et quelques bons passages. On est dans l’application d’une recette progressive plus que dans une évolution palpitante du genre… Oui, c’est le problème classique de la musique progressive actuelle. Quand la citation prend le pas sur l’inspiration, nous n’avons plus que nos yeux pour pleurer.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1