2654

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Elodie
(chant)

-Clément
(guitare)

-Guillaume
(guitare)

-Pierre-Yves (claviers)

-Alexis
(basse)

-Frédéric
(batterie)

TRACKLIST

1)Guardian
2)Time to make a stand
3)Rise

DISCOGRAPHIE


Auspex - Mysteries Of The Stars
(2005) - metal symphonique - Label : Autoproduction



Les Italiens de Rhapsody en exaspèrent beaucoup, mais le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils ont créé des vocations. Auspex en est probablement un rejeton direct, monté en 2001 à Grenoble (faites-moi cocorico) par Guillaume et Pierre-Yves, respectivement guitariste et claviériste du groupe. L'influence des Transalpins se fait essentiellement sentir dans les parties instrumentales - les sons de guitare et de claviers sont pour ainsi dire identiques -, que le groupe affectionne, et pour lequel il possède un talent certain. Pas d'épée d'émeraude à l'horizon donc, pas plus que de trolls chevauchant des dragons, mais toujours un voyage onirique et captivant que le metal symphonique, lorsqu'il est bien exécuté, est à même de créer.

Mysteries Of The Stars est la première démo du combo, et révèle en trois titres l'essentiel de ses capacités. Le son, chose assez rare pour être soulignée, est correct, mettant surtout en valeur les nombreuses et vaillantes escalades instrumentales. Question voix, nous avons une ravissante Elodie bien en place, au chant juste, mais sans doute desservie par une inégale propension des compositeurs à gâter les lignes vocales autant que les soli. "Guardian" est à ce titre parlant. Autour de claviers à la scandinave et d'influences classiques immanquables, Elodie a peine à hisser sa performance au niveau de celle de ses collègues. Son chant est lisse, doux et mélodique, parfois lyrique, mais on est plus proche de Sharon Den Adel que de Tarja Turunen. Peut-être une production plus soignée la mettrait-elle davantage à l'honneur.

"Time To Make A Stand" nous rapproche plus directement de Rhapsody, avec ses clavecins et ses parties instrumentales de grande qualité. La batterie s'affole de manière générale en registre speed, mais de multiples breaks et changements de rythme bienvenus font retomber la pression et insufflent aux compositions une dynamique prog, peut-être moins présente chez Rhapsody - et tant mieux. Du côté des mélodies, on progresse, mais on sent bien que cet aspect de la musique est quelque peu délaissé par les grenoblois. M'est pourtant avis qu'Elodie est capable d'amener beaucoup au groupe; même si sa prononciation de l'anglais n'est pas des plus justes. Voyons où les progrès mèneront les jeunes gens.

Ce n'est malheureusement pas l'épique "Rise", morceau héroïque de plus de onze minutes, qui me donnera raison: cette compo n'est qu'une longue montée en puissance instrumentale entrecoupée ça et là de pistes vocales. On note aussi la présence d'une voix masculine narrative, sans doute de trop. Le reste n'est que technique, mélodie, enchevêtrement inopiné de plans complexes, plein de rebondissements et de surprises. Le mouvement final, chanté, se devait d'être grandiloquent, avec ces choeurs massifs; malheureusement, ceux-ci manquent de pêche et ne secondent qu'imparfaitement la performance d'Elodie. "Rise" est néanmoins une belle et grande composition, qui laisse présager du meilleur pour la suite de la carrière d'Auspex. Le groupe mérite d'être soutenu et encouragé.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3