2688

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été mise en ligne le 04 novembre 2008
Sa note : 16/20

LINE UP

-Andrew Todd
(chant)

-Nick Sewell
(basse+chant)

-Steve Scarlet
(guitare)

-Brian Christopher
(batterie)

TRACKLIST

1)Swallow the Whole
2)Lift the Whip
3)Brides of Drunkula
4)Rotted Love
5)Medusa
6)Drug Helmet
7)Ballad of a Scoundrel
8)Get in My Bed
9)Heavy Solution
10)Cold & Hard
11)Polio Buzz
12)707 Stretch
13)Sweetgrass Boogie
14)Teenage Assassin
15)Loose Cannon
16)Butcher Shop
17)I'm Confused
18)Both Holes

DISCOGRAPHIE

All New Moves (2008)

Drunkula - All New Moves
(2008) - rock - Label : Bad Reputation



Groupe de rock canadien, formé à Toronto en 2004, Drunkula sort son deuxième album, All New Moves. À l'instar des canadiens de Tricky Woo, Bad Reputation a eu encore une fois du flair en signant Drunkula pour la France. C'est bien simple, la recette que propose Drunkula fait office de boisson survitaminée ; les cyclistes n'auront bientôt plus besoin de se doper, une simple écoute d'un album de Drunkula suffira à les faire repartir du bon pied. Dix chansons pour un peu moins de 20 minutes de musique, normal puisque chaque morceau dure entre 1 minute 30 et 2 minutes.

Mêlant à la fois la vitesse du punk/hardcore, avec des influences lorgnant du côté des Stooges et de Radio Birdman, tout s'enchaîne à 200 à l'heure, on n'a pas le temps de s'ennuyer. On pourra aussi penser aux fameuses Desert Sessions de Josh Homme pour le côté expéditif de la chose. Avec le bassiste Nick Sewell (ex The Illuminati), le guitariste Steve Scarlet et le batteur Brian Christopher (The Sinisters), Drunkula délivre un rock hargneux, cradingue, d'une fraîcheur rare et à mille lieues des groupes de rock d'ados prépubères qui pullulent en France. Il est juste incompréhensible qu'un groupe comme Drunkula ne puisse pas bénéficier de la même couverture médiatique. En même temps, les gars ont choisi de ne faire aucun compromis et bien malin celui qui trouvera sur ce disque le moindre single susceptible de passer à la radio. Entre la voix de rocker énervé d'Andrew Todd, parfaitement adaptée et la batterie speedée de Brian Christopher, enchaînant les roulements de toms « anarchiques » si bien qu'on a l'impression d'écouter du Keith Moon en vitesse 45 tours, c'est bien simple ce gars-là ne sort jamais deux fois le même rythme.

Plusieurs écoutes seront nécessaires pour retenir les riffs de ce déluge de décibels et de ces structures changeant toutes les 20 secondes. Les moments d'accalmie sont rares, les mélodies encore plus, tout track-by-track n'ayant, bien entendu, pas lieu d'être. On notera le côté « californien » fort sympathique de "Ballad of a Scoundrel", un des meilleurs titres du groupe avec "Heavy Solution" et "Get in My Bed", sans oublier les guitares à la Radio Birdman sur "Cold & Hard"... à l'ancienne ! Comme All New Moves ne dure pas très longtemps, la maison de disque a eu la bonne idée d'inclure en bonus le premier album, The Caketaker (tout un programme !), qui dure lui-même moins de 20 minutes également. Sorti en 2006, The Caketaker est encore plus agité et fou fou que All New Moves, les intentions de Drunkula étaient claires : casser la baraque. Suffit juste d'écouter "Polio Buzz", "Butcher Shop" et "Both Holes" pour s'en convaincre... cette dernière ressemblant pas mal à "Polio Buzz" d'ailleurs ! Des refrains à s'en arracher les cordes vocales, des guitares encore plus punk qu'à l'accoutumée, un batteur ne relâchant jamais la pression et martyrisant caisse-claire et charleston à tout bout de champ, pour sûr, Drunkula est devenu (un peu) plus mature et technique avec son second disque, All New Moves.


On pourrait affirmer pompeusement que Drunkula vient de sortir l'album rock de l'année, avec une démarche jusqu'au boutiste... si bien qu'on en viendrait à se demander comment le groupe fera pour aller plus loin encore dans le trip « à fond à fond à fond », pour parvenir à faire aussi bien ! Cette recette-là ne risque t-elle pas de tourner rapidement en rond ? Ne seront-ils pas « obligés » un jour ou l'autre de ralentir les tempos ? Autant de questions qu'il est inutile pour l'instant de se poser, trop heureux sera l'amateur de rock de savourer cette galette.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6