269

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 12/20

LINE UP

-Sabathan
(basse+chant)

-Nornagest
(batterie+guitare)

-Neibros
(guitare)

TRACKLIST

1)Boundless Demonication
2)Infernal Flesh Massacre
3)Spawn From The Abyss
4)Bloodline
5)Jehova Desecration
6)Diabolic Force
7)Land Of Demonic Fears
8)Radiance Of Mordacity
9)Graced By Evil Blood
10)Carnage In Worlds Beyond

DISCOGRAPHIE


Enthroned - Carnage In Worlds Beyond (2)
(2002) - black metal - Label : Napalm Records



Une nouvelle violence de Enthroned, la formation belge au charisme particulier. Un album violent, assez cru et assez abouti, signé chez Napalm Records, avec Alsvid (batteur de Seth) aux commandes. Carnage In Worlds Beyond reprend les ingrédients des derniers albums du groupe pour un rendu assez correct mais tout de même moins bon que les précédentes offrandes. C’est toujours très satanique, ils ne nous tromperont jamais sur la marchandise sur ce point-là. Et musicalement tout est mis en ouvre pour offrir de la violence sonore. On se croirait presque dans ces mondes où ceux qui n’aiment pas trop le Seigneur se font un ‘malin’ plaisir à tout détruire. Et puis le schéma est simple, comme ils le disent eux-même : « To believe in God you need faith, to believe in Satan you just have to open your eyes ».

Musicalement, le style est très rapide, les riffs s’enchaînent avec efficacité et la batterie joue vraiment bien le jeu, martelée et précise. Elle est plus complexe sur cet album, ce qui rend particulièrement intéressant les transitions et ouvre la porte à des arrangements inédits et franchement entraînants (l’intro de "Bounless Demonication" par exemple). L’apport d’Alsvid est certainement un bon point pour Enthroned pour des plans plus décousus et recherchés, et ça se sent d’ailleurs en concert, mais c’est autre chose. L’ensemble sonne moins pur Black Metal dans le sens ‘linéaire’ que l’on sous-entend généralement et revêt donc un touche plus trash, tout comme l’album Apocalypse Manifesto avait cette touche plus Death Metal.

Les morceaux sont composés plus ou moins de la même façon avec toujours de bons plans de guitares rapides amenant des mélodies propres à Enthroned depuis leur débuts, même si on retrouve plus d’éléments de Armoured Bestial Hell et Apocalypse Manifesto. On ne passe jamais à coté du solo au milieu des morceaux, pour ne pas oublier que même dans le Black Metal on peut et sait en faire. Ils ne sont malheureusement pas des meilleurs et si quelqu’un les interchangeait d’un morceau à l’autre, on ne s'en rendrait pas compte. Les intros sont plus fréquentes que d’habitude ( "Boundless Demonication", "Spawn From The Abyss" avec une bonne voix incantatoire par exemple) mais les titres sont généralement rentre-dedans dès la première note, comme "Infernal Flesh Massacre" ou "Jehova Desecration".

La voix de Sabathan a toujours été la marque d’Enthroned, précipitée, énervée, sans fioriture, un véritable instrument de torture. C’est seulement un peu agaçant parfois d’écouter une voix un peu trop précipitée, anarchiquement posée sur le fond musical. C’est certainement pour donner cette impression de désordre chaotique que l’on ressent tout au long des compositions. Il n’empêche… L’impression d’avoir un cliché du méchant métalleux aux micros est un peu trop présente.

Au niveau du son, les guitares sont un peu décevantes par rapport aux précédentes réalisations (gros son sur Apocalypse Manifesto). Ca donne un son plat et des guitares timides. La saturation prévaut sur les mélodies. Et c’est dommage parce qu’il faut de ce fait bien tendre l’oreille pour pénétrer pleinement dans l’atmosphère et aller au-delà de cette saturation ambiante. C’est un peu irritant à la fin et le plaisir d’écouter cet album est alors un peu moins jouissif. Le son de l’album Towards The Skullthrone of Satan, quoiqu'imparfait, sonnait plus malsain.

Mais ne leur jetons pas la pierre, car certains valent le détour. "Spawn From The abyss" tient en haleine dès le début, avec une rythmique de batterie en roulement constants. Le reste sonne bien Dark et il faut dire que l’atmosphère passe bien. L’utilisation de quelques synthés discrets est tout à l’honneur dans ce titre. Enthroned donne une note de nostalgie époque Prophecies Of Pagan Fires avec "Blooline" et nous offre une musique digne d'Impaled Nazarene avec "Diabolical Force", de la première à la dernière note. Ca fait beaucoup, puisque la version du CD avec bonus comporte une reprise du même groupe ("The Horny And The Horned").

Il faudra retenir le très bon "Radiance Of Mordacity" : bon titre dans le style Black Metal avec pas mal de breaks. Ca donne vraiment envie de headbanguer dur sur ce titre là. Il est sans trêve et c’est bon comme ça ! Tout le monde en a parlé : "Graced By Evil Blood" entre en matière avec une ambiance de fantôme à Versailles, sur fond de chants d’église. C’est un des meilleurs titres de l’album car il présente toute une palette de nuances assez expérimentale chez Enthroned. Peut-être est-ce une orientation musicale un peu nouvelle pour le groupe, sans être trop différent de leur style particulier ?!

Finalement, il ne faut pas passer à coté de "Septentrional Shine"… Quel dommage que ce bonus (présent sur la version limitée) n’apparaisse pas sur la version normale, parce que ce titre vaut vraiment le détour ! C’est du vrai True Black sans fioriture ni mélange de genres. J’ai même l’impression que le son est plus complet, et fait ressortir le vrai coté « pur » qui donne toute la force à ce style. Encore une fois, c’est bien dommage de passer à coté de ce titre. Ce n’est pas forcément le cas pour les deux autres bonus ("The Horny And The Horned" d’Impaled Nazarene et "Genocide 2002"), quoique le "Genocide" bénéficie d’un nouveau son et d’une voix plus extrême (vive les effets de saturation !). N’oublions d’ailleurs jamais le riff de ce titre si propre à Enthroned…




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1