2694

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été mise en ligne le 08 novembre 2008
Sa note : 9/20

LINE UP

-Rusty
(chant)

-Pete Robinson
(guitare)

-Irwin Thomas
(guitare)

-Fox Fagan
(basse)

-Venom
(batterie)

TRACKLIST

1)Let Me Out
2)No One Does It Better Than Me
3)Right Down to the Bone
4)One in a Million
5)Sorry
6)Luv Me
7)Long Way from Home
8)One Foot in the Grave
9)Crashdown
10)Busted
11)All Comin' Down

DISCOGRAPHIE


Electric Mary - Down To The Bone
(2008) - hard rock - Label : Bad Reputation



Groupe de hard rock américain, formé en Australie en 2003, Electric Mary débarque avec son premier album, Down To The Bone. D'emblée, on se dit qu'il va être très difficile pour eux de se démarquer de la masse de groupes de hard rock et ce, malgré un professionnalisme évident. Doté d'un très bon son et d'interprètes des plus talentueux, la musique que joue Electric Mary est malheureusement trop banale pour vraiment retenir l'attention parmi toute la masse de cds promos de hard rock que l'on retrouve chroniqués sur le web.

Le chanteur, Rusty, a une voix criarde qui n'est pas sans rappeler celle de Jeff Keith (Tesla), le batteur nous délivre quelques roulements punchy et bien sentis qui font leur effet comme sur l'intro de "Sorry". Les riffs sur les titres speeds ("No One Does It Better Than Me" et "Sorry") se ressemblent comme deux gouttes d'eau qui plus est. "One Foot in the Grave" a par contre une dynamique appréciable avant une fin d'album d'une terrible banalité ("Busted", riff qui ferait penser à du mauvais RATM et "All Comin' Down"). Rien de spécial à signaler sur les mid-tempos, si ce n'est l'impression d'avoir déjà entendu ça 10 000 fois lors d'une première partie lambda d'une grosse pointure, exemple pris avec "Let Me Out" et "Luv Me" (pas loin d'être grunge celle là). On appréciera quand Rusty arrête de brailler et sort sa voix grave, là plus proche d'un Scott Weiland (Velvet Revolver) comme c'est le cas avec "Crashdown", "One in a Million" (rien à voir avec celle des Guns 'n Roses ceci dit) ou "Long Way from Home", parmi les morceaux qui tirent leur épingle du jeu.

Il apparaît évident qu'Electric Mary devra affirmer un peu plus sa personnalité s'il veut se démarquer de la masse. Il existe tellement de groupes de hard rock actuellement, surtout en Scandinavie, gare à l'overdose. C'est d'autant plus dommage que les musicos derrière assurent grave et on peut imaginer qu'il doit en être de même sur les planches. Mais cela ne suffit pas à relever le peu d'intérêt qu'il reste à Down To The Bone. Ni bon, ni mauvais, juste banal !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6