2781

CHRONIQUE PAR ...

20
Ryd
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17/20

LINE UP

-Wayne Static
(Chant+guitare+samples)

-Koichi Fukuda
(guitare)

-Tony Campos
(basse)

-Ken Jay
(batterie)


TRACKLIST

1)Push It
2)I'm With Stupid
3)Bled For Days
4)Love Dump
5)I Am
6)Otsegolation
7)Stem
8)Sweat Of The Bud
9)Fix
10)Wisconsin Death Trip
11)The Trance Is The Motion
12)Decembe

DISCOGRAPHIE


Static X - Wisconsin Death Trip
(1999) - indus metalcore - Label : Warner



Static-X, c’est quoi ça ? Crée en 1997, formé de musiciens tout jeunes, avec déjà un platine pour cet album, on pourrait croire sachant cela qu’il s’agit d’un enieme groupe de Neo au combien basique, plat et insipide. Il n’en est rien, ils sont détenteurs d’un style bien à eux, ils appellent ça le « Trancecore Rythmique ». Et par ailleurs, le succès vient du fait qu’ils ont fait des tournées incessantes (ce sont de grosses bêtes de scène) au début dans des bars miteux puis en première partie de groupes prestigieux, tels Slayer, Fear Factory, c’est grâce à cela qu’ils se sont fait remarquer par Warner pour enregistrer leur premier album.

Bon maintenant le Trancecore Rythmique, c’est quoi cette bête la encore… ? Pour résumer, vous prenez l’énergie de la techno, l’agressivité d’une guitare frénétique, et un chant goth/indus du meilleur effet. Le nom Wisconsin Death Trip viendrait d’un bouquin que Wayne Static (seul compositeur) a trouvé aux puces, ce bouquin causant de toutes les belles choses que l’on peut trouver dans une ville (du Wisconsin) contenant un hôpital psychiatrique entouré de brumes inquiétantes et rempli de cris inhumains avec des rapports de polices inquiétants, bref un Racoon City en plus wisconsiniens. Ca c’était juste pour la petite histoire, la musique elle n’a rien a voir avec cela.

Static-X nous offre ici un album d’une puissance et d’une fraîcheur incroyables, et qui en plus se trouve être varié. Pour les plus septiques, imaginer un groupe d’electro jouant dans la cour de Strapping Young Lad (en bien plus linéaire certes), autrement dit on a le droit à une musique violente, doublée de beats et samples electro qui dynamisent le tout. La song "Push It" vous met superbement dans le bain. Riffs simplistes mais efficaces, une guitare qui arrache tout, une basse bien présente ce qui donne une grosse pèche, des samples électro, une batterie qui donne toujours plus dans le groove que le déferlement barbare et un chant halluciné.

Le chant est, je pense, la caractéristique principale de Static-X. En effet on peut dire que Wayne à un très bel organe (tssss), sa force ne vient pas de la puissance de sa voix, mais de la variation et de la conviction, tantôt fredonnant, tantôt chantant d’une voix très agréable, joliment grave, voir en hurlant comme un décérébré des «I SEE IT, I NEED IT» sur "Push It" ou la chanson éponyme "Wisconsin Death Trip", voire avec un chant ultra rapide digne de "Oh My Fucking God" de Strapping Young Lad, qui est parfois rap, comme sur "Stem". Imaginez alors un chanteur de hardcore chantant Eminem, superbe. Le chant illumine ce CD.

On passe facilement de ce réservoir d’énergie qu’est "Push It" à "I’m With Stupid" des plus délirants, avec des paroles qui ne veulent rien dire, au plus lourdesque "Bled For Days" avec son beat bien technoïde, pour avoir un petit moment de répit sur l’intro de "Love Dump", une chanson d’amour que l’on peut écouter en plein pogo… Une chanson de Static-X se reconnaît facilement, ils pourraient jouer du jazz, on saurait vite que c’est eux, ils ont une patte très personnelle et très reconnaissable. A noter que l’album se finit sur une plage presque ambient, "December".

Le petit plus qui fait que ce groupe est grand, c’est qu’il ne se prend pas au sérieux, entre les paroles qui ne veulent rien dire («Your shit's like chocolate cake, and your ass smells like a rose») les samples tels que «Do you want to grab my shavel» leur allure totalement délirante dans leur clips, le look de Wayne, ce mec doit bien se taper un pot de gel par jour, les grosses backing vocals du bassiste Tony Campos, l’attitude absolument cooooooooooool de Koichi Fukuda, ca fait toujours plaisir de voir un groupe avec un sens de l’autodérision, on sent qu’ils ont envie de s’amuser, ils sont naturels.

Je finirais avec la prod, bien choisie, avec un son de guitare un peu « sec » toutefois, mais une basse bien présente, et un chant bien mis en valeur. Ce n’est pas le monument prog du siècle, ultra complexe, mais c’est simple, puissant, original, que demander de plus ?




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4