2888

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Biff Byford
(chant)

-Paul Quinn
(guitare)

-Graham Oliver
(guitare)

-Steve Dawson
(basse)

-Nigel Glockler
(batterie)

TRACKLIST

1)The Crusader Prelude
2)Crusader
3)A Little Bit Of What You Fancy
4)Sailing To America
5)Set Me Free
6)Just Let Me Rock
7)Bad Boys (Like To Rock N' Roll)
8)Do It All For You
9)Rock City
10)Run For Your Lives

DISCOGRAPHIE


Saxon - Crusader
(1984) - hard rock - Label : Carrere



Ça y est, Saxon se met en tête de conquérir le marché américain, le succès qu'il rencontre en Europe ne suffit plus. N'oublions pas qu'à l'époque, Saxon était presque aussi gros qu'Iron Maiden commercialement parlant. Mais là où Iron Maiden restera fidèle à son style de prédilection, Saxon ne va pas hésiter à employer les gros moyens pour séduire le marché US, au risque d'y perdre son identité. Il est loin maintenant le temps du heavy rock de bikers des Wheels Of Steel et Denim And Leather... Place à une musique édulcorée avec des choeurs joyeux et des guitares aseptisées conçues pour séduire les radios.

Bien que les guitares ne soient pas assez tranchantes à mon goût, l'album sonne quand même monstrueusement bien, il n'y a pas encore d'abus au niveau de la production. Tout ça a très bien vieilli. Et la batterie est superbement mise en valeur (quoique les sonorités des toms sont étranges par moment comme sur "Just Let Me Rock", peut-être est-ce dû au recours à des capteurs électroniques qui donnent ce son si spécial). Rendons hommage à Nigel Glockler, un batteur de metal exceptionnel et très complet, il sait tout faire : groove, parties speed à la double pédale, breaks endiablés d'une technique hallucinante (il fera plus tard une courte apparition dans GTR aux côtés de Steve Howe et Steve Hackett, preuve s'il en est de ses compétences en la matière). Il s'éloigne sans problème des clichés du batteur de metal classique, carré et dénué d'inspiration. Il a même tendance à en faire des tonnes, sur ce disque en tout cas. Il fait oublier sans problème son prédécesseur Pete Gill qui avait un jeu plus rock 'n' roll. Et Saxon avait toujours une pêche énorme, il n'y a qu'à écouter les vocaux de Biff, particulièrement en verve (cf ses délires sur "A Little Bit Of What You Fancy" et l'intro de "Rock City").

Au niveau des morceaux en eux-mêmes, on pourra juste regretter le manque de grands classiques. Il n'y en a qu'un seul en fait ce qui n'est pas si mal : "Crusader" !!! L'essence même de Saxon est résumé sur ce titre, à la fois épique, mélodique et guerrier, un véritable hymne qui sera réclamé et joué à chaque concert. C'est d'ailleurs le seul morceau où les choeurs sont guerriers et virils. Car dès "A Little Bit Of What You Fancy", changement de décor, Saxon devient beaucoup plus léger et fun, sur fond de riffs rock 'n' roll. Le refrain paraîtra sûrement déplacé pour beaucoup de fans, enfin moi je l'aime bien, il est rigolo et très dynamique. Dans le fond, Saxon n'a pas tellement renié ses bases heavy sur ce disque ("Bad Boys (Like To Rock n' Roll)" et "Run For Your Lives" sont assez musclées). Mais sur la forme, les choeurs peuvent devenir soûlants à force, surtout sur les deux morceaux les plus typés "ricains" : "Sailing To America" et la ballade people "Do It All For You". "Sailing To America" possède une mélodie de base très agréable et confirme l'immense talent de Biff à ce niveau (il est loin le temps où Saxon était comparé à Motörhead), mais son refrain devient vite gavant. Idem pour "Just Let Me Rock" et son feeling bluesy, Biff y délivre là encore une superbe prestation, mais les choeurs du refrain agacent vite.


Finalement, Crusader comporte les ingrédients habituels de chaque album de Saxon : du rock ("Rock City", la reprise hyper speedé de "Set Me Free"), des guitares aux harmonies heavy (sur "Set Me Free" et "Run For Your Lives"). Et le tout est suffisamment bourré d'énergie positive pour faire passer un bon moment même si certains morceaux ne sont pas exceptionnels. Et ça manque d'un peu de couilles quand même ; jamais plus jamais Saxon ne retrouvera le feeling biker qui rendait pourtant sa musique si excitante ! Dans ce style "US" (ce n'est pas du hard FM non plus), son successeur, Innocence Is No Excuse, est meilleur.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7