2965

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 12/20

LINE UP

-Kyle Hollingsworth
(chant+claviers)

-Michael Kang
(guitare+chant)

-Billy Nershi
(guitare+chant)

-Keith Moseley
(basse+chant)

-Michael Travis
(batterie+chant)

-Jason Hann
(percussions)

TRACKLIST

1)Give Me the Love
2)Sometimes a River
3)Big Compromise
4)Until the Music's Over
5)Silence in Your Head
6)Farther
7)Drive
8)Betray the Dark
9)45th of November
10)One Step Closer
11)Rainbow Serpent
12)Swampy Waters
13)Brand New Start

DISCOGRAPHIE


String Cheese Incident - One Step Closer
(2005) - rock - Label : SCI Fidelity



Un disque un peu inhabituel que je vous présente aujourd'hui, puisque loin du prog, du rock, et a fortiori du metal, The String Cheese Incident joue une musique rétrograde empruntant majoritairement à la country. Un peu de jazz par-ci, un soupçon de reggae par là... Inside Out se diversifie, dirait-on. En l'occurrence le label progueux va vous permettre de vivre une expérience insolite, vous plongeant plein pot dans les westerns des années 1960s... John Wayne et son six-coups risquent de venir troubler vos séances d'écoute, autant être prévenu.

One Step Closer, c'est une musique toute pépère toute tranquille, à écouter en sirotant un bon whisky allongé sur son hamac. Pas vraiment de circonstance en cette fin d'année donc, mais qu'importe... Le cinquième album des Américains possède toujours une influence Bob Dylan bien perceptible, dans la voix du chanteur principalement; ou plutôt devrais-je dire "des chanteurs", car tout le monde dans le groupe sait donner du gosier, et vient en pousser quelques petites. Les rythmiques assurées à la guitare acoustique ("Give Me The Love", "Sometimes A River") revendiquent cet esprit sudiste, que l'harmonica et la mandoline viennent régulièrement confirmer. Peu de grattes saturées, hormis quelques petits soli, ici les musiciens transpirent en attaquant les cordes, chantant le singulier plaisir du repos après une dure journée de labeur passée à attraper deux cents têtes de bétail au lasso afin de les tatouer...

Les ballades s'inscrivent largement dans la même tendance, avec une ambiance saloon quasiment palpable. Le vieux Joey laisse courir ses doigts sur son piano poussiéreux, plaquant les accords de "Silence In Your Head" et de "One Step Closer", dont les mélodies font mouche et procurent une certaine addiction. Le nombre de clichés que réunit The String Cheese Incident finit, contre toute attente, par trouver son originalité, et rares sont les concept-albums aussi équivoques! Point de prise de tête par ici pourtant: les gars ne savent vraisemblablement faire que ça, et ils s'en donnent à coeur joie. Cela ne les empêche pas de se montrer parfois un peu plus audacieux et expérimentaux: les percussions tribales de "Betray The Dark", de même que les riffs typiquement reggae de "Rainbow Serpent", surprennent ainsi au premier abord, mais s'intègrent parfaitement à la musique de cow-boy de One Step Closer.


Ceci étant dit, il faut signaler que le trip proposé par The String Cheese Incident s'adresse à un public restreint. Certes, tout un chacun aura le loisir d'apprécier à leur juste valeur les qualités de composition du groupe, mais peu en vérité sauront s'enfiler les treize titres sans rechigner face à la linéarité de l'album. C'est bien sympathique pendant un morceau ou deux... Mais hormis les irréductibles fanas de soirées à thème en tous genres, l'auditoire européen dans son ensemble ne paraît pas avoir besoin de ce genre de parution. Après tout Bob Dylan n'est toujours pas à la retraite, et pour le moment cela suffit! A écouter avant d'acheter.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3