3131

CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
Cette chronique a été mise en ligne le 08 mars 2009
Sa note : 12/20

LINE UP

-Brian Johnson
(chant)

-Angus Young
(guitare)

-Malcolm Young
(guitare)

-Cliff Williams
(basse)

-Phil Rudd
(batterie)

TRACKLIST

1)Rising Power
2)This House Is on Fire
3)Flick of the Switch
4)Nervous Shakedown
5)Landslide
6)Guns for Hire
7)Deep in the Hole
8)Bedlam in Belgium
9)Badlands
10)Brain Shake

DISCOGRAPHIE


AC/DC - Flick Of The Switch
(1983) - hard rock - Label : Atlantic Records



Sorti en 1983, Flick Of The Switch est le premier chapitre de la traversée du désert d'ACDC, dont For Those About To Rock n'était que le prologue. Les amateurs de sensations fortes préfèrent se tourner vers la NWOBHM et le balbutiant thrash metal, renvoyant les Australiens dans la catégorie des dinosaures du rock. Il faut dire que les frangins Young n'ont pas grand chose de neuf à apporter à leur musique et commencent à ressasser de vieilles recettes...


Certes, ils n'ont jamais caché qu'ils ne souhaitaient pas faire autre chose que du rock, et cette philosophie est plus que louable. Seulement les deux lutins ont bien du mal à renouveler leur formule et ce n'est pas le maigre apport de Brian Johnson qui va les aider. Après deux albums passés derrière le micro d'ACDC, il est clair que Johnson, malgré sa bonne volonté n'a pas les qualités d'un Bon Scott : si ses lignes de chant sont correctes, elles manquent cruellement d'originalité et le gueulard ne parvient pas à habiter les morceaux. Du coup, commence à se faire sentir le syndrome qui touchera toutes les productions des Aussies à partir de cet album : un sentiment d'uniformité à l'écoute des albums. Histoire d'en rajouter une couche, les frangins Young, dans leur désir de tout contrôler, assurent eux même la production (pas chaleureuse pour un rond), et Phil Rudd est sur le départ : il aura tout de même le temps de boucler ses parties de batterie avant de claquer la porte. Sale ambiance.

Fort heureusement, les Australiens ont de la bouteille et sont encore capables de sortir des tubes hard n' rock de leur besace (d'écolier?) et outre l'excellente chanson titre - où Johnson fait des merveilles - quelques titres tirent leur épingle du jeu. "Landslide", par exemple, avec son intro catchy, cette petite bombe rock n' roll menée à fond de train possède un groove démoniaque. Groove que l'on retrouve également dans "Guns for Hire" (et son gros riff péchu) ou encore "Bedlam in Belgium", qui brillent par leur bons riffs et la prestation de Rudd, particulièrement percutant. Le reste n'est malheureusement pas à la hauteur et oscille entre le médiocre et le mauvais. "Deep in the Hole" et "Rising Power" sont un trop poussives pour créer le frisson, "This House Is on Fire" montre les limites de Johnson et le reste sent le réchauffé. Seuls les amateurs d'Angus en auront pour leur compte, puisque l'écolier ne perd pas une occasion de balancer de la gamme pentatonique, mais comme il le fait bien, personne ne lui en voudra!


Il paraitrait que Flick Of The Switch est un album sous-estimé, sorti au mauvais moment.. Mouais. Il paraitrait aussi qu'il s'agirait de l'album préféré d'Angus Young. Re-mouais. Flick Of The Switch est un album très inégal et qui laisse entrevoir les limites des Australiens. Les riffs sont toujours là mais la capacité à écrire des chansons commence à disparaître, notamment à cause d'un Brian Johnson qui peine à faire vivre les morceaux. Et ce n'est que le début...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4