3229

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été mise en ligne le 19 avril 2009
Sa note : 15/20

LINE UP

-Ralf Gyllenhammar
(chant+guitare)

-Hannes Hansson
(guitare+chant)

-Mats Johansson
(basse+chant)

-Mats Hansson
(batterie)

TRACKLIST

1)In the Night
2)Down in Black
3)Accident Blackspot
4)Bring Me Everyone
5)Haunted by Myself
6)Into the Arena
7)My Disorder
8)Black City
9)I Lied
10)I Hunt Alone
11)Monday Warrior
12)6:36
13)Double Nature

DISCOGRAPHIE


Mustasch - In The Night - Live In Gothenburg (DVD)
(2008) - heavy metal - Label : Regain Records



Un DVD live pour Mustasch, histoire de patienter avant le successeur de Latest Version Of The Truth, en voilà une idée qu'elle est bonne. Bon, pour la pochette, on va dire qu'ils ne se sont pas foulés, ils ont juste repris l'avion de la pochette de Latest Version Of The Truth... super ! Le concert est enregistré à Gothenburg en Suède, en terre conquise donc. Mustasch joue dans une salle de capacité moyenne type l'Élysée Montmartre, devant des fans en délire... à quand un concert équivalent en France ? Ce n'est pas près d'arriver.

Dès le début du concert, les gros moyens déployés par Mustasch étonnent, que ce soient les jeux de lumière ou les effets pyrotechniques. Surprenant ! Pour la musique de Mustasch, on s'attendait plutôt à un concert de metal bien gras, avec un petit budget et des slammers de partout. Avouons qu'il est toujours plus agréable de regarder de belles images pour un concert complet sur DVD, cela peut permettre de compenser l'absence de jeu de scène. Car les Mustasch ne sont pas des bêtes de scène, non, même si le chanteur fait participer régulièrement le public pendant les morceaux. Sur le premier titre, "In the Night", Ralf Gyllenhammar a du mal, sa voix manque vraiment de puissance. Il faut la laisser se chauffer un peu, le temps que tout le monde se mette en place. Il se montre toujours aussi à l'aise pour jouer les Ian Astbury ("I Lied").

Peu de titres de l'excellent Latest Version Of The Truth sont joués, trois seulement, c'est dommage. Peut-être est-ce parce qu'ils sont plus difficiles à reproduire en live, je pense à "Forever Begins Today" avec son orchestre, ou tout simplement moins pêchus et efficaces. Mais, entre les ultra heavy "In the Night" et "Double Nature", Mustasch prend quand même le risque de caser la semi-ballade "Bring Me Everyone", alternance entre des couplets "pop" et des gros riffs "metolz". A plusieurs reprises, on en vient à penser à la démarche qu'avait eu Metallica pour le Black Album, ce côté « metal for everyone », consensuel, gros riffs, rythmes simples, carrés, avec un brin de mélodies pour rendre le tout plus accessible. Le très pop "6:36" va également dans ce sens, tout en restant heavy. Si le prochain album de Mustasch va plus loin encore dans cette direction « commerciale », ce sera le carton assuré !

Côté bonus, c'est un peu le désert : pas de sous-titres donc si vous comprenez le suédois, tout baigne. Des images backstage pour la préparation du concert, on peut apercevoir très brièvement Mikkey Dee. Impossible par contre de savoir si le batteur blond a fait le déplacement exprès pour aller voir le concert de Mustasch ou si c'est le groupe qui a croisé Motörhead en tournée. Le clip de "Double Nature" figure également en bonus, il est plutôt rigolo et bien réalisé, on peut y voir des extraits de films asiatiques. Ralf Gyllenhammar se bat contre un samouraï avec sa guitare... même Manowar et Judas Priest n'auraient pas osé ! Il ressemble physiquement à James Hetfield quand ce dernier arborait fièrement une coupe de cheveux cyber-punk en 1995... si si, souvenez vous, le concert des Monsters Of Rock, juste avant Load !


Ce DVD live tombe à pic et permet de faire le bilan, en offrant un bon aperçu du répertoire de Mustasch. Mais pour l'instant, le groupe ne tient pas à renier ses origines stoner, le très lourd "My Disorder" en atteste. Un des riffs d'"Accident Blackspot" est même largement inspiré du "Grinder" de Judas Priest. Quelle direction musicale vont-ils prendre pour leur prochain album ? Retour aux « sources » ou une petite louche supplémentaire de « mainstream » ? Le suspense est à son comble.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6