3264

CHRONIQUE PAR ...

26
Mucopurulence
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 11.5/20

LINE UP

-Saeko Kitamae
(chant+claviers)

-Michael Ehre
(guitare+batterie)

-Sven Ludke
(guitare)

-Mariko Inoue
(basse)

-Hermann Frank
(guitare)

TRACKLIST

1)Above Heaven Below Heaven
2)Sins For The Gods
3)Nature Of Mortality
4)On The Way To Eternity
5)Seek The Light
6)Hands Of Might
7)Sinners For False Lights
8)Way To The One
9)Don't Be Afraid
10)Birthright
11)Song Of Delight
12)Heaven Above, Heaven Below

DISCOGRAPHIE


Saeko - Above Heaven, Below Heaven
(2004) - heavy metal - Label : Armageddon Music



Saeko c’est un groupe de heavy metal originaire du japon, mais Saeko c’est surtout la personnalité très forte de Saeko Kitamae qui a bataillée envers et contre tous pour arriver à ses fins, à son rêve le plus absolu; pouvoir composer sa musique et sortir un album. Above Heaven, Below Heaven est donc le tout premier album de la formation et les influences germaniques sont ici très fortes (Helloween bien évidement, est-il encore besoin de le préciser?!) et pour cause puisque Saeko est partie de Osaka il y a quelques années pour se retrouver à… Hambourg!

Et oui, il n’y a pas de hasards dans la vie… Saeko, c’est quand même une histoire tout à fait exceptionnelle que je me dois de résumer parce que la compréhension de sa musique et de son concept est en grande partie basée sur son expérience unique. Saeko est depuis l’âge de quatorze ans une fan absolue de heavy metal et sait très tôt que son ambition est de chanter et de vivre du heavy metal. Mais ceci n’est pas au bon vouloir de ses parents qui lui disent tout simplement que c’est impossible (c’est sûr qu’à part quelques gros groupes il est bien difficile de vivre du metal de nos jours), du coup la pauvre Saeko ne sait pas quoi faire à part arrêter la musique… Saeko se voit anéantir son rêve et entame une longue descente dépressive, ses parents décident donc de l’envoyer prendre l’air ailleurs et l’envoient alors dans une école japonaise en Suisse! Sa passion pour le metal n’a pas pour autant disparue bien au contraire… Elle va pour la première fois au Wacken voir les groupes qu’elle admire tant, et là, c’est le déclic! Elle ne peut pas vivre sans le metal!

Ni une ni deux, Saeko passe des annonces pour monter un groupe en Allemagne (puisqu’entre temps elle s’installe à Hambourg) tout d’abord en vain, jusqu’au jour où elle est interpellée par un certain Lars Ratz, membre du groupe Metallium et producteur qui lui propose de l’aider. C’est le commencement de tout puisque des compos étaient déjà prêtes, paroles écrites, il ne manquait plus que les musiciens et quelques arrangements à faire pour mettre l’album en boîte. Se réunissent donc des comparses de Lars Ratz ainsi que sa copine japonaise Mariko Inoue à la basse et l’enregistrement a rapidement suivi. La musique de Saeko n’a pas grand-chose à voir avec celle de Nightwish par exemple, le groupe nous distille un heavy speed dans la plus pure tradition allemande; riffs acérés, solos mélodiques, refrains repris en chœur et batterie soutenue.

Et puis il y a la voix de Saeko elle-même, puissante et précise, douce quand il le faut et agressive aussi de temps en temps, elle se fait tour à tour enjoleuse (notament sur les parties jouées au piano) comme sur "On The Way To Eternity" à forte tendance épique, ou alors très puissante comme sur "Birthright" dont le riff m’a rappelé Fear Factory (!!). L’intégralité de l’album s’inscrit tout de même dans la grande époque du heavy metal, à savoir les années 80, ne cherchez donc pas l’originalité suprême ici et c’est ce qu’on pourrait reprocher à cet album, c’est qu’il y a un réel potentiel et une personnalité qui ne demande qu’à exploser mais qui reste un peu trop linéaire et consensuel qui en fait un album de heavy parmi tant d’autres. Ca sonne fortement dèjà entendu et au final ça dessert le message pourtant vraiment intérressant de Saeko qui est celui de croire en ses rêves et de persévérer pour y arriver.


C’est en tout cas tout ce qu’on peut souhaiter dans l’avenir à Saeko qui à toutes les cartes en main pour devenir quelque chose de gros… Et Saeko est vraiment très très belle, c’est aussi un autre atout mais là je m’égare!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7