3275

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17/20

LINE UP

-Satyr
(chant+guitare+basse+claviers)

-Frost
(batterie)

TRACKLIST

1)Walk the Path of Sorrow
2)Dark Medieval Times
3)Skyggedans
4)Min Hyllest Til Vinterland
5)Into the Mighty Forest
6)Dark Castle in the Deep Forest
7)Taakeslottet

DISCOGRAPHIE


Satyricon - Dark Medieval Times
(1993) - black metal - Label : Moonfog Productions



Qu’il est bon de remonter le temps avec Satyricon! Là où on pourrait légitimement craindre un triste voyage dans le kitsch et le dépassé, cette réversion temporelle a du bon ici. Car j’ai découvert la troupe à Satyr par Nemesis Divina puis Volcano (le petit dernier). Mais il était temps de découvrir les origines de ce groupe démentiel. D’abord The Shadowthrone, excellentissime second album et maintenant donc ce Dark Medieval Times. Dur de dire si la jeunesse redonne de la cuisse au groupe puisque les prédécesseurs sont sacrément bons!

Et oui, un premier album comme ça, ça n’arrive pas tous les jours. Car il fracasse vraiment beaucoup de derrières! Un potentiel énorme. Vous voilà prévenus désormais, cette chronique ne sera que description de ce qui fait que ce groupe est grand. La petite intro of course qui opère dans le classique un peu machiniste et voici venu le temps pour le premier riff de faire son entrée en scène. Impressions: que diantre! N’est-il pas exquis, très cher? Tout à fait mon ami incongru. Ca y est, Satyricon vous a happé dans son tourbillon ensorceleur. Pas plus de dix secondes que ce riff a déboulé. Très fort. Comme par hasard, le groupe se permet de souligner qu’il est aussi un peu créatif et il place trente secondes derrière un petit arpège acoustisant. Sublime. Et dire qu’on en est à peine à quanrante-cinq secondes depuis l’intro. Non, y’a pas à chier, Satyricon a du coffre et se fait un plaisir de vous le faire savoir.

Groupes de black en tout genre, prenez-en un peu de la graine. Satyricon même tout jeune est tout mature. Il n’est pas étonnant que Satyr se permette d’avoir son propre label maintenant. Quoiqu’il en soit, puisque nous parlons musique, ainsi soit-ce, vous devez savoir que cette "Walk The Path Of Sorrow" introductive est ma foi assez surpuissante. Des riffs hantés, une variété surprenante et même des mélodies forts agréables. Rajoutez donc l’originalité que constituait une guitare sèche à l’époque et des claviers épiques et vous obtenez une brillante démonstration de ce qu’un groupe inspiré peut faire. Tout y est déjà ou presque. La suite ne sera qu’une confirmation des exceptionnelles dispositions du duo. La petite souris sur le gâteau, c’est que premier disque oblige, production carton. Donc guitare bien frigorifique, batterie organique. Tout ce qui fait que le black est black en somme. Là-dessus vous greffez un chant bien écorché comme l’exige la désormais tradition et rempli de personnalité. La petite tambouille prend forme et est délicieusement bonne. Succulente.

Ben voilà, un petit plaidoyer ça fait toujours du bien non? Ne comptez en tout cas pas sur moi pour vous guider sur la voie des défauts éventuels de cette galette. Je préfère n’en retenir que les qualités tant elles sont nombreuses et en évident surnombre. Et puis les défauts se font tellement discrets qu’il serait malvenu des les nommer, ils n’ont pas leur place dans la représentation (allé, juste pour vous, l’auditeur fini terrassé les deux premières fantastiques chansons, tant bien que la suite n’arrive pas à maintenir cet état de confinement au sublime extatique par la suite, juste de l’excellent…). Une représentation qui a le bon goût de se dérouler à un rythme peu soutenu (pour du black) et qui se laisse donc déguster à sa juste valeur. Baissez les rideaux sous la standing ovation car Satyricon a livré là un magnifique premier album que bien des groupes jalousent. Oh et puis, vous avez entendu cet intermède à la flûte sur "Dark Medieval Times", la chanson titre? Si ça ce n’est pas la beauté faite black, jetez-moi la première pierre.


Voilà, achetez cet album si vous vous réclamez d’obédience black. Et achetez-le si vous aimez la bonne musique un poil violente et raffinée.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1