3341

CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
Cette chronique a été mise en ligne le 03 mai 2009
Sa note : 10/20

LINE UP

-Brian Johnson
(chant)

-Angus Young
(guitare)

-Malcolm Young
(guitare)

-Cliff Williams
(basse)

-Simon Wright
(batterie)

TRACKLIST

1)Fly on the Wall
2)Shake Your Foundations
3)First Blood
4)Danger
5)Sink the Pink
6)Playing with Girls
7)Stand Up
8)Hell or High Water
9)Back in Business
10)Send for the Man

DISCOGRAPHIE


AC/DC - Fly On The Wall
(1985) - hard rock - Label : Atlantic Records



Avec Fly On The Wall, on entre de plein fouet et par la petite porte dans la période sombre d'AC/DC. Exit le blues-rock nerveux des débuts, exit le hard rock inspiré et jubilatoire de Highway To Hell ou de Back In Black. Au menu, riffs pauvres, production d'une platitude exemplaire et hard-rock bas du front. D'aucuns auront beau dire, à l'instar des autres ratés des Australiens, qu'il s'agit d'un album sous-estimé et trop vite oublié, il n'y a pas grand chose à sauver sur ce Fly On The Wall.

Faisant suite au très mitigé Flick Of The Switch, Fly On The Wall marque le départ du charismatique Phil Rudd, remplacé par Simon Wright. Si ce dernier semble techniquement prompt à remplacer Rudzevecuis, force est d'admettre qu'il ne groove pour ainsi dire pas et peine à insuffler de la vie aux morceaux du combo. Du coup, les morceaux ne peuvent s'appuyer que sur la science du riff des frangins Young. Malheureusement, les deux enfants terribles du hard-rock semblent avoir perdu la recette du riff qui fait mal! Non seulement les parties de guitare sont d'une pauvreté affligeante, mais la production vient en rajouter une couche : dans leur volonté de tout contrôler les Young reprennent les manettes pour tenter d'approcher le son des débuts ; c'est raté. Non seulement le son a un rendu totalement plat et ne transcrit absolument pas l'énergie du groupe mais surtout on sent bien qu'il n'y a personne par dessus leur épaule pour leur dire quand ce n'est pas bon. Et que penser de la voix de Johnson, noyée du début à la fin dans la reverb et totalement neutre...

Une production pas terrible? Bah... Ca n'a jamais été rédhibitoire dans le rock! Oui, à condition que les morceaux envoient le bois. Ce n'est clairement pas le cas dans Fly On The Wall. Du morceau titre qui sert d'opener à la peu glorieuse "Send for the Man" qui recycle les vieilles scies du groupe, c'est 40 minutes de hard rock mou du genou et pas inspiré que nous offrent les Australiens. Et dans le massacre, bien de peu de morceaux sont à sauver. Peut être la sympathique "Sink the Pink", qui brille par ses riffs catchy et son pont/refrain accrocheur et surement la très réussie "Playing with Girls" où l'on retrouve enfin nos héros du hard-blues! Riff rageur et tendu, couplet/refrain bien gaulés et break/solo qui envoie, c'est pas trop tôt. Allez, rajoutons "Back in Business" pas trop mal foutue et punchy. Le reste oscille entre le tiédasse ("Shake Your Fondations", "Stand Up") et le franchement mauvais ("First Blood", "Hell or High Water" et surtout "Danger", lamentable)


On peut lire ici ou là que Fly On The Wall marque le retour en force d'AC/DC, voire le retour aux racines du groupe. Il faut le dire vite... très vite. Marqué par un manque flagrant d'idées et une production qui prouve qu'il faut laisser ce genre de choses aux gens qui savent le faire, Fly On The Wall est à déconseiller à tout ceux qui souhaiteraient se lancer dans l'aventure AC/DC. Mieux vaut se tourner vers les valeurs sûres des Australiens et laisser ce triste écart de conduite aux fans du combo.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1