3367

CHRONIQUE PAR ...

1
Blackmore
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 18/20

LINE UP

-Brendt Allman
(guitare)

-Carl Cadden-James
(basse+flûte)

-Mike Baker
(chant)

-Gary Wehrkamp
(claviers+guitare)

-Chris Ingles
(claviers)

-Kevin Soffera
(batterie)

TRACKLIST

1)Cliffhanger : Hang On/The Crusher
2)Destination Unknown
3)Colors
4)Society Of The Mind
5)Legacy
6)First Light

DISCOGRAPHIE

Carved In Stone (1995)
Legacy (2001)
Digital Ghosts (2009)

Shadow Gallery - Legacy
(2001) - rock prog metal prog - Label : Magna Carta



Alors comme ça on connait pas Shadow Gallery ? Je sais bien que vous ne connaissez pas Je sais aussi que vous êtes en train de vous demander si le père Blackmore il a pas pété un câble ! Et puis d'abord c'est quoi cette pochette de merde ? Bon laissez moi éclairer un peu votre lanterne. Shadow Gallery fait partie avec Magellan des pionniers de Magna Carta. C'est a mon humble avis un des fleurons de la boîte d'ailleurs. Mais le problème avec Magna c'est qu'il sont trop petit financièrement pour soutenir une tournée. Donc Shadow ne tourne pas et c'est aussi pour ça que c'est trop peu connu. De plus certaines mauvaises langues vont donc dire de suite que c'est qu'un projet studio (les mêmes qui disaient cela de Symphony X après Divine Wings…les mêmes qui ont du se repentir après avoir vu les représentations (exceptionnelles) du groupe aussi).

Voilà donc pour la petite présentation, maintenant qu'est-ce qu'ils font comme zik les gens de Shadow ? Question assez difficile, en gros on peut dire que c'est du metal prog plutôt lyrique avec pas mal de clavier/piano (Savatage semble être une bonne référence) mais aussi des guitares qui savent trancher net quand il faut et que heu Shadow fait du Shadow ! Mais bon l'élément qui revient le plus c'est comme même le sens incroyable de la mélodie (c'est du guimauve pour certains) que les bon petits gars de Shadow savent pondre. Mais c'est pas si simple oh et puis allez pomper un extrait pour vous faire une idée ! Donc nous voilà avec Legacy, album qui doit succéder au phénoménal Tyrrany (concept album F A N T A S T I Q U E). Bon bien sûr pour Legacy après un pavé si ambitieux et complexe il paraît difficile de faire mieux. Alors forcément on ne peut qu'être déçu. C'est vrai en théorie car au final Shadow s'est fait plaisir avec cet album (et donc nous aussi), oui ils se sont dit : "Bon moins ambitieux mais plus prog comme dans le temps" . Et du coup il tombe pas de le piège de la redite.

Et les morceaux c'est pour quand ?? T'attends la fin d'amour gloire et beauté pour en causer ??? Oui bonne idée ! Première pièce "Cliffhanger II" composé de 2 parties distincte "Hang on" et "The Crusher". La première partie est la suite directe du premier "Cliffhanger" (sur leur deuxième album Carved in Stone) et reprend la ou notre Rambo (ouais c'est l'histoire d'un type en mission, c'est un peu simpliste mais c'est toujours sympa quand c'est du Shadow !) tombait mais bien sûr il est pas tombé et va même rencontrer une gonzesse qui passait par la…ouais bon le texte dans ce cas on s'en tamponne. Oui donc musicalement l'intro est la même que celle de 1996 avec cette mélodie au piano mais après la guitare sèche change un peu, c'est moins mystérieux cette fois et plus positif. Un clavier au loin se fait entendre, il y a un peu de vent et puis hop on sort la guitare electrique et les chœurs et zou la magie Shadow se fait entendre, cette fameuse alchimie musicale entre instruments et chant (Mike Baker et son timbre si particulier (que j'adore perso, même si c'est pas le plus grand chanteur de la terre)). Ça grouille de chœurs et régulièrement on a de petites parties au clavier. Bon ça continue pendant un petit moment (on a même le retour fameux «hey baby baby welcome to my cristal palace»), puis cette fois au lieu de tomber c'est une avalanche qui lui tombe au coin de la gueule (il a décidément pas de chance le gars et c'est là qu'on se rend compte que c'est vraiment juste pour faire un "Cliffhanger III"). Donc cette fois c'est l'avalanche qui arrive sous la forme d'une instru de 6 min proprement hallucinante (en tout le morceau fait 13 min). Là nos petits gars font preuve de leur grande maîtrise avec ce passage génial. C'est une sorte de Liquid Tension en plus boost. Passage virtuose par excellence on prend un grand plaisir a écouter ces mélodies à tiroirs. Un grand moment de metal prog instrumental. Ouais rien que pour ça c'est un album a posséder. Ça commence fort on dirait !

Le deuxième morceau est une définition même du style Shadow. "Destination Unknown" commence donc avec une mélodie au piano magnifique suivie de la voix divine du chanteur le tout avec plein de cœurs saupoudrés de la flûte de ce leader de Carl Cadden James (accessoirement bassiste). Ça continue avec des lignes vocales toujours aussi belles… et puis hop les chœurs se font plus présents, plus forts et le passage instru commence. Le thème devient alors plus négatif dans ces sonorités, le morceau accélère gentiment et chacun y va finalement de son piti soli, niveau instrumentation et orchestration c'est toujours aussi bon et puis il y a ce piano pour finir. Tous aux abris !!! Colors commence et si ce serait potable pour un autre groupe, cette ballade est indigne de ce groupe si inspiré quand il s'agit de vous sortir des mélodies belles a pleurer !!Et puis a part nous débiter un texte assez soporifique le morceau ne fait rien ! Pas un passage instru! Poubelle. Bon ça recommence de plus belle avec "Society of the Mind". Un morceau direct cette fois (dans la mouvance de l'ancien album), un thème cher a Shadow Gallery (big brother, contrôle des masses and co )où on dit quand même que Quake est un nouveau cancer qui nous déshumanise (mouais quand je vois certains sur q 3 on peut se poser la question…)! Le passage instru est sympa avec ses changements de rythme incessants et déstabilisants. Bon certains vont de nouveau se plaindre qu'il n'y a pas assez de soli de guitares et qu'au fond les claviers sont bien plus présents (et c'est une direction que prendra tout le reste de l'album)mais bon moi c'est pas le genre de truc qui me dérange. Un bon morceau quoi

Legacy c'est a peu près la même chose qu'avant avec pas mal de clavier/piano et toujours quelque soli de guitare malgré tout, un bon morceau (pour changer). Bon si ces deux morceaux sont d'une manière général très bon, on pourra regretter un léger manque de pêche(mais vraiment léger) et des lignes de chant sympa mais qui vous font pas coller au plafond. Rahhhhh le voilà "First Light" Le morceau épique de l'album. Bon tout d'abord laissez moi vous prévenir que le morceau ne fait pas 34 min comme c'est inscrit. En fait c'est un morceau d'environ 20 min avec pendant 5 min du blanc et on petit délire suivi d'un petit morceau instru clame au clavier…une ghost track quoi. Bon c'est pas nouveau d'autant que dans Carved in Stone on avait droit à la même chose, sauf que là c'est presque écrit au stabilo qu'il y a un truc caché. Bon "First Light" est sans doute le meilleur morceau de Shadow Gallery (c'est tout a fait subjectif).Même si le passage instrumental n'est pas affolant (comme celui de "The Crusher")et qui joue plutôt le coté mise en image musical et mélodique. En fait, tout le morceau est fait pour faire partager a l'auditeur le voyage qui est conté. Et de ce point de vue c'est une pure réussite. On peut dire au fond que c'est une approche très 70's comme morceau. Et puis pendant 12 min en a quand même droit a une festival de mélodies vocales splendides qui trouvé leur apogée à 10:04 min exactement. Un passage d'une INCROYABLE beauté ou thématique et musique sont en total osmose ! C'est beau, on y croit ! Nous aussi nous sommes a la place de ce cosmonaute à la recherche d'un monde qui puisse accueillir des colonies humaines alors que la terre se meurt par la faute de l'homme. A la recherche d'un espoir pour l'humanité. Bon c'est un peu con dit comme ça mais dans le trip je vous assure que ça le fait bien. Et puis le texte est quand même très bien écrit quoiqu'un poil moralisateur. Ce passage est clôturé par un soli de piano superbe suivi d'une passage atmosphérique. Suite est donné par un passage plus heavy, ou l'on trouve pas mal de soli de claviers sous forme de clavecin et autre piano avec un peu de guitare. Bon en gros on a droit a un magnifique passage assez "musique de film"(ouais j'aime pas trop le terme mais c'est assez difficile de décrire ça). Bon au final c'est un morceau que j'adore ou il n'y a quasiment pas de notes qui tombent a coté et nos oreilles sont monstrueusement comblées de joie auditive (mais tu dis quoi Blackmore ?!?!?).


Alors au final ce Legacy est vraiment splendide, bien sûr dans l'ensemble c'est quand même moins ambitieux et moins homogène que Tyrrany mais ça ne change rien au fait que c'est un superbe album que j'adore vraiment et que je conseille a tous mélomanes. Inutile de préciser que quelques écoutes sont obligatoires pour etc… Donc avis aux amateurs de bien belles chansons, de metal prog (pas toujours très puissant quand même) et aussi de neoprog.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1