3375

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15/20

LINE UP

-Kvarforth
(chant+guitare)

-Medebrand
(batterie)

-Classen
(chant)

-Tusk
(basse)

TRACKLIST

1)Reflecting In Solitude
2)Stonelands
3)Vita Detestabilis
4)Ren Djavla Angest
5)Inisis
6)And Only Silence Remains

DISCOGRAPHIE


Shining - Within Deep Dark Chambers
(2000) - black metal - Label : Osmose



Comme il est convenu de dire, voilà un premier album qui pose les bases de ce qui fera l’excellence future du groupe. En effet dès ce premier album Shining offre à ses auditeurs terrifiés un black metal cruellement froid, malsain et dépressif. L’esprit écoeurant qui s’échappe de cet album frappe dès les premières notes pour ne faire que s’amplifier au fil des écoutes répétées. Kvarforth, puisqu’il est le seul compositeur, possède une vision de la musique viscéralement repoussante. Pour lui la composition ne repose pas sur des riffs tranchants ni des prouesses techniques mais bien sur un seul et unique point: atmosphère. Et celle qu’il cherche à créer n’a qu’un seul et unique but: vous terroriser.

Mais revenons un instant à des considérations plus comparatives. Les chansons qui parsèment cet album sont très similaires dans leur démarche, leur composition à celles des albums suivants. Le processus créatif n’a pas bougé. Fort heureusement, la voie choisie par le groupe l’autorise à faire ça puisque son black ultra répétitif s’adonne bien à cet exercice de style. En plus, il faut saluer Kvarforth qui trouve toujours les riffs glaciaux et haineux justes. Sans être différents, ils ne sont pourtant jamais pareils. Shining a su trouver sa voie et la tracer et ne se soucie plus de l’extérieur. Tant mieux puisqu’elle est différente de celle des autres groupes de black metal et qu’elle est ressassée avec succès. Ce premier album nous abreuve donc en vrac en chansons longues, riffs maladifs répétés à l’infini, rythmes variant entre le blast et tempo lent, chant désespéré etc. La recette est donc très simple. Pourtant, là où sa simplicité devrait lui jouer des tours (ennui profond qui s’installe), Shining tourne la sauce à son avantage. Droit au but et efficace. Voilà les cordons des chansons qui leur permettent de tenir plus que bien la route.

Ce groupe d’un seul homme réussit donc là où on s’attendrait à ce qu’il échoue. Pour notre plus grand bonheur car l’amateur de black metal appréciera la chose. Pour peu qu’il soit un peu sectaire dans l’âme, il s’enflammera pour ce black aux forts relents de true. Le son est ainsi à la hauteur des ambitions du groupe soit affreux, sec et froid. Cela mène toujours dans la logique suicidaire que suit son maître à penser. Tout concourt au mal-être le plus aigu et il n’existe pas vraiment de porte de sortie à ce triste monde tragique. M’enfin ce n’est pas un mal du tout car c’est la quintessence même du black metal qui s’exprime ici. Pas de claviers, pas d’orchestre, pas de chant clair, pas de grosse production. A peine s’autorise-t-on quelques arpèges par bribes. Simple, simple, simple. Voilà ce qu’est le black metal et voilà ce qu’il est sur cette galette.


Pour ma part je souscris entièrement et je ne peux que féliciter un groupe qui arrive à dégager une si forte atmosphère et une personnalité si affirmée en suivant ces préceptes. Vous comprendrez donc que j’applaudis des deux mains avec force et vigueur. Avec encore plus d’entrain que le chant s’inspire énormément (limite plagiat) de celui du seigneur des ténèbres, j’ai nommé le génial Varg Vikernes. En conclusion un premier album sublime et un indispensable pour les amateurs de black metal froid, cruel, sombre et pervers. Ceux qui ne sont pas dans cette optique en seront pour leurs frais car ils ne comprendront pas l’intérêt d’une telle démarche. Mais pour les autres (la mini minorité en somme), quelle atmosphère!!!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2