3376

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15/20

LINE UP

-Kvarforth
(chant+claviers+guitare)

-Tusk
(basse)

-Wedebrand
(batterie)

TRACKLIST

1)Ett Liv Utan Mening
2)Att Med Knib Gora Sig Illa
3)Annu Ett Steg Narmare Total Utfreyning
4)Dod
5)Sbart
6)Livets Andhallplats

DISCOGRAPHIE


Shining - II - Livets Ändhallplats
(2001) - black metal - Label : Osmose



Deuxième livrée des Suédois, et autant l’avouer tout de go, ce n’est pas sur celle-ci que vous trouverez le renouveau musical du groupe. Autant avouer une autre vision, ce n’est pas pour tout de suite qu’on va leur demander de changer de formule. Avec un premier album fort convaincant et un troisième ayant tendance à lorgner vers le sublime, ce second album de Shining ne peut pas décevoir sous peine de sanction immédiate. Sachez déjà deux-trois trucs: l’ambiance glaciaire est toujours là, le chant vargien aussi et les rythmes lancinants itou. Avec ça dans la besace, on peut partir dans l’écoute l’esprit léger.

Et effectivement, dès la première piste nos oreilles se réveillent à la mélodie désormais bien connue de Shining. Celle-ci n’est d’ailleurs pas des plus réjouissantes puisque la musique de la troupe a toujours cette insidieuse tendance à s’immiscer partout où votre esprit sera faillible. Lentement mais sûrement elle réduira à néant toute conception de l’espoir et de la joie. Ici la place n’est pas pour les célébrations de la vie, mais bien au contraire tout entièrement dédiée à mettre aux nues la mort. "Att Med Kniv Böra Sig Illa" sera à ce sujet un excellent thème pour vos funérailles. Toute aux claviers rehaussés uniquement par des phrases parlées et non pas chantées, elle fichera le mouron aux plus enjoués. Mais bon, vous l’aviez désormais compris depuis belle lurette, le black metal joué par ces Suédois fait partie de la frange la plus dépressive qui soit. Car loin de se contenter des éternels blast beats (ceux-ci sont même fort rares sur la galette), Shining égraine avec passion son amour pour les rythmiques plus lentes et aussi plus déprimantes. Par cela on pourrait le rapprocher du doom.

Mais fi de cela! Shining c’est avant tout du black metal 100% pur bœuf, élevé sous la mère à grands coups de Burzum et autres Dark Throne. Le côté lent, malsain de Burzum (en plus du chant de Varg) allié à l’esprit intègre de Dark Throne et sa production déplorable. Car c’est aisément de true black qu’on peut taxer ce Shining tant la production est bien loin des standards de qualité actuels. A souligner que comme à l’accoutumée, Shining se pare avec maestria de cette sous-production (faite aux studios Abyss s.v.p.) en sachant balancer avec intelligence le rapport entre inaudible et précision. Cela donne des guitares froides en diablesses et une basse (!!) terrifiante de coups de butoir. Car oui, sur cet album la basse est mise en avant. Et avec des maîtresses lignes pas forcément bêtes suiveuses des riffs de guitare, mais au contraire un feeling spécial basse et une propension à rajouter un côté cruel, coup de massue vraiment excellent. Les autres artifices dont use Shining pour vous entraîner aux trente-sixième dessous sont les arpèges utilisés avec parcimonie et les claviers toujours dans le but de vous étouffer un peu plus encore.

La route vers le purgatoire est la seule que vous connaîtrez à l’écoute de cet album encore une fois excellent et qui fait une brillante démonstration de tous les artifices que le black a à sa disposition pour encercler son auditeur des Ténèbres. Car c’est bien là le but ultime du black metal, vous déstabiliser, démolir toute sorte d’espoir chez vous et vous mettre en condition pour que vous embrassiez sa vision désespérée et glaciale du monde. Ce Livets Ändhallplats est un met de choix pour arriver à cette fin et c’est avec délectation que l’amateur de black malsain, torturé et surtout polaire se passera ce cd dans sa platine.


Il n’y a plus grand-chose à rajouter si ce n’est que comme son prédécesseur et son successeur, cet album de Shining tape dans le mille. Encore la même recette, mais elle est encore une fois efficace. Pour un public de connaisseur.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6