3524

CHRONIQUE PAR ...

17
Lucificum
Cette chronique a été mise en ligne le 13 juillet 2009
Sa note : 8/20

LINE UP

-JC Jess
(guitare+chant)

-Dick
(guitare)

-Keith
(basse)

-Kira
(batterie)

TRACKLIST

1)Intro
2)Just on You
3)Drift
4)Innocence?
5)Moment of Lightness
6)Back
7)Wake of the Dead Part I - The Call
8)Wake of the Dead Part II - A New Life
9)Don't Stand
10)Walking
11)Bleed Part I - Bleed Inside
12)Bleed Part II - Out of Sanity
13)I Don't Need You

DISCOGRAPHIE


JC Jess - Wake Of The Dead
(2009) - heavy metal - Label : Brennus Music



Le retour du heavy-metalleux de la Haute-Savoie ! JC Jess terrorise tout son département en écumant les routes, sa guitare sur le dos, prêt à dégainer ses riffs et ses solos, à pousser un bon screaming des familles dans la grange de la mère Renée, et à terrifier les moutons avec un roulement de double pédale. Nous avions quitté JC Jess il y a deux ans après un Matter In Your Hand mitigé, à la bonne volonté affichée mais à la pertinence douteuse. Qu’en est-il en 2009, avec ce Wake Of The Dead au titre évocateur ? Eh bien malgré toute l’ouverture d’esprit qui caractérise Les Éternels, ça n’est pas vraiment mieux.

La recette est, dans les grandes lignes, reprise point par point. Évoluant donc totalement dans la veine heavy metal et toutes ses facettes, il ne surprendra personne de retrouver sur cet album des gros riffs, de la double pédale, du shred mais aussi des moments plus calmes à base d’arpèges et de chant. Les quelques traces de claviers disséminées ici et là ne viendront pas perturber l’inébranlable approche traditionnelle de JC Jess, qui persiste et signe à rester un peu enfermé dans les canons du genre. De nouveau enregistré au Savern Studio, dont JC est le propriétaire, Wake Of The Dead exhibe une production imparfaite, avec des guitares assez sourdes et manquant clairement de puissance, ce qui est dommage lorsque que l’on joue du heavy metal. Cela s’entend particulièrement dans les riffs imposants tels que "Just on You", "Drift" ou encore "A New Life". Hormis cette remarque, rien à redire sur le son, que ça soit en bien ou en mal sinon que cette fois, JC est accompagné d’une live-team, donnant un peu plus de corps aux chansons de Wake Of The Dead.

Malgré tout, les compositions restent tout à fait classiques, sans réelle ambition que celle de faire partie de la légion des groupes de heavy-metal suiveurs, constamment dans l’ombre de groupes tels que Judas Priest et autre Iced Earth. D’ailleurs, on remarquera quelques similitudes entre le chant de JC Jess et celui de Rob Halford, même si cette manie de mettre un vibrato marqué et systématique dessert complètement le talent de JC. Par exemple, sur "Back", moment plus calme, cela devient presque crispant : dès qu’une note dure plus d’un quart de seconde, JC exhibe son vibrato qui de par cet automatisme perd beaucoup en pertinence. Quant à son talent à la six-cordes, il est lui aussi desservi par des compositions relativement pauvres et elles aussi formatées, même si l’on y trouve de chouettes solos, comme sur "Just on You" ou "Innocence ?". Et quand JC Jess tente une incursion dans un registre plus sombre et grandiloquent sur "The Call", avec voix grave et tout le tremblement, on ne peut pas dire que ça fonctionne réellement.


Non, décidément, Wake Of The Dead cumule trop de défauts pour parvenir à fédérer les fans de heavy. Alors bien sur, JC Jess doit être localement un digne représentant de la heavy-metal-force, mais pour qui le découvre uniquement via ses enregistrements, difficile d’être emballé. Il est tentant de finir cette chronique sur le même ton que la précédente, à savoir « bon allez, on verra ce que la suite nous amène »... mais avec un peu moins d’enthousiasme, cette fois.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2