3758

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 27 octobre 2009
Sa note : 6/20

LINE UP

-Peter Gallagher
(chant)

-Kallen Bliss
(guitare)

-Ricky Zampa
(guitare)

-Derek Cloonan
(basse)

-Jonah Livingston
(batterie)

TRACKLIST

1)Speed Trials
2)The Threat
3)Lazer Assault
4)All In All
5)Shane Embury Is The Brad Pitt Of Grindcore
6)Bogus Facade
7)Sound The Alarm
8)Immigrant Song
9)Political Party
10)Man Vs Machine
11)Arrested Development
12)A Modern Myth
13)Heavy Metal Thunder

DISCOGRAPHIE


Ramming Speed - Brainwreck
(2009) - punk thrash metal grindcore - Label : Candlelight



Municipal Waste est encore un jeune groupe. Leur premier album date seulement de 2003, et on peut même considérer que leur carrière n'a réellement démarré qu'en 2005 avec Hazardous Mutation, leur première sortie chez Earache, qui leur a donné un peu plus de visibilité. Et pourtant, le gang de Richmond a déjà ses suiveurs. La preuve ce premier album de Ramming Speed, un groupe originaire de Boston qui se présente à la base comme un groupe de grind/thrash.

Vous me direz, Municipal Waste n'a rien inventé, et s'est surtout contenté de remettre au goût du jour le crossover des premiers albums de D.R.I. et autres Suicidal Tendencies. Et si on peut penser un peu à ces derniers vu le son old school et amateur de Brainwreck, qui renvoie plus de 20 ans en arrière à l'époque de Join The Army, c'est avant tout le nom de Municipal Waste qui vient immédiatement en tête à l'écoute de cet album. Surtout au regard des structures, puisque l'écrasante majorité des morceaux (11 sur 13) ne dépassent pas les 2mn15, pour une durée totale de même pas une demi-heure. Idem quant au contenu : ça joue à fond la caisse, avec un braillard qui débite son texte à fond la caisse par-dessus. Sauf que Pete Gallagher n'a pas le dixième de la rage de Tony Foresta : celui-ci peut bien passer son temps à beugler tel l'automobiliste moyen bloqué sur le périph', il le fait avec tellement de conviction et de hargne que ça passe tout seul ; quand Pete Gallagher gueule comme un putois, on n'a qu'une seule envie : qu'il la ferme.

Ramming Speed joue sur trois tableaux : le mauvais thrash, le mauvais grind, et le punk, domaine dans lequel il s'en sort surement le moins mal. Bogus Facade a en effet un côté marrant et festif avec ce refrain beuglé joyeusement en chœur, et "Political Party" ne s'en sort pas trop mal non plus. Pour le reste, pas grand-chose à signaler. Il y a de quoi se marrer à la lecture d'un titre comme "Shane Embury Is The Brad Pitt Of Grindcore", mais l'écouter est déjà nettement moins drôle, surtout à cause d'un Gallagher à côté de ses pompes. Niveau thrash, "All In All" s'en tire pas trop mal avec son petit côté Slayer, mais c'est bien le seul cas valable, les autres tentatives étant d'une effrayante platitude (l'instru "Sound Alarm" en tête). C'est bien beau de proposer des titres courts qui vont droit au but, mais encore faut-il que le groupe essaie de vous chopper par les burnes pour ne plus vous lâcher. Là on se contente d'assister passivement au défilement des pistes, parfois en s'apercevant tout juste du changement. Pas vraiment un bon signe…


Histoire de planter complètement sa sortie, Ramming Speed termine par un titre heavy metal justement nommé "Heavy Metal Thunder", si caricatural qu'on se demande si ne s'agirait pas d'une parodie. Une conclusion affligeante, tout à fait à la hauteur du reste de l'album. Puisque Ramming Speed est un groupe signé, on imagine qu'un tel album se vend. Par contre, de là à savoir s'il s'achète, c'est une tout autre question.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2