3956

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 27 février 2010
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Nornagest
(guitare+chant)

-Phorgath
(basse+chant)

-Nerath Daemon
(guitare+claviers)

-Garghuf
(batterie)

TRACKLIST

1)In Missi Solemnibvs
2)The Vitalized Shell
3)Rio Riorrim
4)Ornament of Grace
5)Magnvs Princeps Leopardi
6)Pentagrammaton
7)Nehas’t
8)The Essential Chaos
9)Ad Te Clamanvs Exvles Morvua Li
10)Unconscious Mind

DISCOGRAPHIE


Enthroned - Pentagrammaton
(2010) - black metal - Label : Regain Records



Enthroned ... pour qui n’a plus trop suivi le groupe des amateurs de frites depuis quelques temps, le départ du charismatique (au moins par la voix) chanteur, et fondateur du groupe, Sabathan, remplacé par Nornagest (guitare) lui-même, fait un choc. Du crapaud attendrissant nous passons à un chant bien plus commun, peut-être moins ridicule diront certains, et qui a perdu avec lui une grande partie de l’identité Enthroned. Cependant, la descendance est assurée par le désormais tout-puissant Nornagest. Le groupe n’a en revanche pas bougé d’un iota sur son orientation, black metal un point c’est tout.

L’intro inquiétante puis le débarquement du premier riff glacial ne laisse effectivement planer aucun doute. Bien vite le blast de rigueur arrive en renfort et nous nous retrouvons donc dans un monde confortable de froideur et de violence satanique. Rien de parfaitement nouveau à l’horizon en somme. Ni même d’imparfaitement d’ailleurs. Enthroned délivre une partition à laquelle il est habitué, c’est-à-dire un black metal véloce et agressif porté par des riffs solides. Solides à défaut d’être merveilleux se plaindront les plus grincheux. C’est vrai que le groupe a toujours été dans la liste des espoirs, puis ensuite celle des valeurs plus ou moins sûres avec des albums comme Towards The Skullthrone Of Satan ou Carnage In Worlds Beyond.

Force est de reconnaître qu’il y restera. Appliquant sa formule avec un dévouement évident et sérieux, Enthroned envoie les compositions comme il sait si bien le faire depuis presque 20 ans. Mariant avec un certain talent les rythmes très rapides (et majoritairement dominants) à des incartades plus posées dont le corollaire bienvenu est l’aération de la musique, écoutez donc "Unconscious Mind",les chansons s’enchaînent sans anicroche. Il y a même çà et là des mélodies agréables ("Ornament of Grace" par exemple). Nous naviguons en plein black metal propre à faire plaisir à ses auditeurs et fans acharnés. Pourtant, la force de constatation qui nous pousse à dire que l’album ne marquera pas l’Histoire est très puissante. Pourquoi ? Ô grand Diable impur et sans pitié, pourquoi ?

Parce que le black metal est lui aussi un milieu sans pitié. Non, c’est un peu simple comme raisonnement. C’est aussi la faute aux méchants hommes toujours avides de nouvelles sensations ou à la recherche du grisage psychotrope provoqué par la musique fabuleuse. Oui, très probablement. Car cet album d’un classicisme extrême pêche à ce niveau : emballer totalement l’auditeur. Il fait dire que c’est pas mal, bon même, mais ça s’arrêtera là. Les cordes du genre sont usées et bien utilisées mais les raisons pour lesquelles Enthroned a toujours appartenu à la seconde caste des groupes de black résident dans cet état de fait. Enthroned n’invente pas l’eau chaude. Toutefois, il est une bonne bouillote. Merci à Mayhem, Darkthrone, Immortal et consorts.


Une fin terriblement facile pour cette chro : un album qui ravira les fans de black metal avec des compositions, sinon géniales, solides et un niveau d’interprétation fort acceptable. Le respect de tous les codes du genre avec une application quasi scolaire lui barre l’accès aux sphères plus hautes de l’excellence. Enthroned continue son bout de chemin en résumé.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6