4024

CHRONIQUE PAR ...

39
Pietro
Cette chronique a été mise en ligne le 07 avril 2010
Sa note : 12/20

LINE UP

-Roman Wettstein
(chant)

-Serge Mattli
(guitare)

-Bruno Bomatter
(guitare)

-Pascal Trutmann
(basse)

-Remo Poletti
(batterie)

TRACKLIST

1)Apocalypse of Humanity
2)As Black Turns Red
3)Fucked Up Liar
4)Blood for Blood
5)A Decade of Hate
6)Baptized in Blood
7)Burnt Confessions
8)Boarderline
9)Slaves of our Time
10)38’000

DISCOGRAPHIE


Shadow's Far - As Black Turns Red
(2009) - thrash metal - Label : Twilight Records



La vie de chroniqueur chez les Eternels n’est pas de tout repos. Certes l’argent, le sexe, la drogue… tout cela fait parti du quotidien et l’on n’a pas vraiment le droit de se plaindre, même si on se lasse très vite des 5 Ferrari rangées dans le garage, des groupies qui vous sautent dessus et des saladiers de poudre blanche. Mais tout cela a un prix, parfois difficilement acceptable. Et oui, il faut parfois chroniquer des groupes Suisses.


As Black Turns Red n’est que le deuxième album de Shadow’s Far (ils ont également sorti un EP), mais le groupe existe déjà depuis 1997. Ce manque d’assiduité dans les bacs explique certainement, au moins en partie, le relatif anonymat des petits suisses (oui je sais, cette blague est non seulement très mauvaise mais elle est aussi complètement éculée). En tout cas on ne peut pas reprocher au groupe un manque de professionnalisme, tout étant ici réglé au quart de poil. De la pochette au son en passant par le livret (présent pour une fois dans la version promo !) tout est propre, très bien réalisé, répondant à un cahier des charges très précis… mais manque cruellement d’identité, voire de personnalité. Ce n’est pas vraiment la première fois que l’on voit des cranes, des tombes et des corbeaux sur une pochette de metal en effet, et ce n’est pas la première fois que l’on entend ce type de production à la fois puissante et limpide, qui met les guitares à l’honneur. Andy Classen s’est chargé du mix et du mastering, ceci expliquant sans doute cela.

Les mêmes commentaires peuvent être faits pour la musique du groupe : un thrash classique, plutôt moderne, assez rapide mais sans excès, agressif mais pas trop, et légèrement mélodique. Et bien entendu, parfaitement interprété et produit. Le début de l’album est assez rapide, on retient surtout le morceau qui donne son nom à l’album grâce à son refrain accrocheur. Une légère influence death voit le jour dans le thrash des Suisses et évoque Dew Scented ou un combo comme The Haunted, période violente et non expérimentale bien entendu. Quand au chant, il est plutôt extrême pour du thrash et penche plutôt vers le death ou le black, un peu comme chez Legion of the Damned. Même si l’album donne l’impression de tourner en rond au bout de quelques titres, certains se démarquent et sortent du lot. C’est le cas notamment de "Baptized in Blood" qui est le seul à bénéficier d’une véritable intro plus posée qui amène plutôt bien une ambiance assez malsaine. Ce titre qui démarre comme un mid tempo accélère vite sur un riff purement dans le style de The Haunted.


Bon finalement il y a pire que de chroniquer des groupes suisses. Si As Black Turns Red ne fait preuve d’aucune originalité, Shadow’s Far montre qu’il a du métier. Cet album très professionnel se laisse facilement écouter, et les qualités de bon faiseur du groupe font passer la pilule. Pas de quoi casser trois pattes à un canard cependant, qu’il soit suisse ou pas.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1