403

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 12.5/20

LINE UP

-B. War
(basse)

-Morgan S. Håkansson
(guitare)

-Zwedda
(chant)

-Hrafn
(batterie)

TRACKLIST

1)Death From Beyond
2)Swallow Your Soul
3)Howling
4)The Raven
5)Bondage Goddess
6)Revelation Unorthodox
7)Funeral Dream
8)Pentagram Murderer
9)Blood Angels Recital
10)Erotikill
11)Blood Nymphoman
12)Deathwish
13)We Live Again

DISCOGRAPHIE


Devils Whorehouse - Revelation Unorthodox
(2004) - black metal punk death rock - Label : Regain Records



S’il y a des groupes qui sont difficiles d’approche, Devils Whorehouse est de ceux-ci, et en tête de liste. Tout est confusion, incertitude, incompréhension. Devils Whorehouse a été crée par B.War et Morgan de Marduk, rien que ça, et on se demande parfois si ce n’est pas une blague… Mais non apparemment. Personne n’aura de mal à trouver plus original que l’album Revelation Unorthodox, leur premier véritable album, mais il faut avouer que ce Black Metal Punk Rock à la Motörhead voire Danzig rend l’objet assez intrigant !

Leur débuts consistaient à jouer des reprises de Misfits/Samhain, puis le groupe s’est formé dans cet élan, recrutant en local deux musiciens. Inspirée des films d’horreur, des monstres, du bondage et autres subtilités, la musique présente toute une palette d’influences. Pour faire un rapide tour d’horizon car il le faut : "Swallow The Sun" est très proche du Black Metal Mardukien, riffs simples mais efficaces, pas de solo, un son made in Marduk. Enfin… tout sauf la voix. Proche du Punk et du Rock, claire mais forcée…un vrai retour trente ans en arrière !

C’est ce décalage qui rend le tout aussi intrigant mais pas inintéressant, d’ailleurs. "The Howling" et "Blood Nymphoman" sont un hommage au Punk, parfois dévoilant un soupçon de Suicidal Tendencies… contrairement à un des meilleurs titres de l’album selon moi, "Bondage Goddess" (pas que pour le titre !), très Rock n’ Roll, bien sûr dans un registre plus sombre et plus énervé, avec de bonnes rythmiques en contretemps, avec un refrain récurrent facile mais efficace, qui fouette facilement le visage. Ce titre est d’ailleurs assez long par rapport aux douze compositions de Revelation Unorthodox, dont la majorité ne dépasse pas deux ou trois minutes, histoire d’aborder de nouveaux riffs puissants, rapides et classiques comme sur "Revelation Unorthodox" et "Pentagram Murderer", franchement Black Metal. On croirait entendre La Grande Danse Macabre de Marduk s’il n’y avait pas la voix claire de Zwedda.

Cela permet aussi de changer rapidement d’atmosphère et dévoiler d’autres influences et d’autres titres teintés d’horreur et d’imageries monstrueuses. Petit détail cependant par rapport aux vocaux de Revelation Unorthodox, c’est que l’on aurait parfois envie d’écraser les parties génitales de ce dernier pour qu’il crie plus fort, pour qu’il hurle, pour qu’il rende un peu plus hommage à la sombre partie instrumentale qui orne les compositions hétérogènes de Devils Whorehouse. Peut-être qu’au final on y perdrait un peu en identité, mais cela donnerait plus de cohérence à l’ensemble.

Par contre, il faut remarquer la pêche dégagée par cette galette, qui finalement apporte une fraîcheur appréciable par ses rythmiques simples et punkies rentre dedans. Ça se sent que les musiciens se sont vraiment éclatés, et quand ils ont trouvé le riff qui va bien , comme sur le titre "Erotikill", sorte de mélodie Heavy-Thrash mid tempo, toute la composition tourne autour, quitte à l’enchaîner une trentaine de fois de suite. La voix y est intéressante, nuancée, et l’ambiance dégagée sombre comme une marche de zombies imperturbable ou comme quelques non moins perturbables coups de reins dans une fille moins vivante que la normale… (cf titre).


Un album intéressant, qui en fera certainement frémir certains de plaisir, et d’autres d’horreur.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3