4044

CHRONIQUE PAR ...

29
Sebrouxx
Cette chronique a été mise en ligne le 19 avril 2010
Sa note : 12/20

LINE UP

-Gary Cherone
(chant)

-Nuno Bettencourt
(guitare+piano)

-Pat Badger
(basse)

-Kevin Figueiredo
(batterie)

TRACKLIST

CD1 :
1)Decadence Dance
2)Comfortably Dumb
3)Rest in Peace
4)It's a Monster
5)Star
6)Tell me Something I Don't Know
7)Medley - Kid Ego / Little Girls / Teacher's Pet
8)Play With Me
9)Midnight Express

CD2 :
1)More Than Words
2)Ghost
3)Cupid's Dead
4)Take us Alive
5)Flight of the Wounded Bumblebee
6)Get the Funk Out
7)Am I Ever Gonna Change
8)Hole Hearted

DISCOGRAPHIE


Extreme - Take Us Alive
(2010) - fusion - Label : Frontiers Records



En plus de vingt ans de carrière, Take Us Alive est le premier album live (officiel, bien sûr) d’Extreme, désormais poulain de l’écurie Frontiers depuis la sortie de son dernier opus Saudades De Rock en 2008. Une bonne chose, me direz-vous, s’il vous est déjà arrivé de jeter un œil sur quelque vidéo que ce soit du groupe, taillé pour la scène. Pour vous faire saliver davantage, il s’agit en plus de la dernière date de ce récent World Tour, offerte aux spectateurs de Boston sur la scène locale du House Of Blues. Et en plus la formation vous offre pas moins d’un double-CD/DVD pour se rappeler à votre bon souvenir. Et si dès le dossier de presse Bettencourt, guitariste du groupe, parle d’offrir « something special », alors n’en jetez plus.

Seulement qui aime bien châtie bien. Alors châtions bien parce que pour le « something special », il va falloir revenir en deuxième semaine. Mieux vaut regarder la vérité en face, le « something special » en question tend plus vers le (très bon, attention) minimum syndical. Rien à redire sur la qualité de la prestation: elle est au rendez-vous sans aucun doute. Seulement dans une optique d’enregistrement live et pris sous l’angle d’une date ultime en jouant à domicile, mon tout flirte avec la grosse déception quand même. C’est simple: si vous étiez à l’Elysée Montmartre le 04 novembre 2008 (live-report ici), dites-vous que vous aussi, petits chanceux, avez bénéficié d’un show « something special ». Parce que lors de l’écoute/visionnage de Take Us Alive, vous n’entendrez, ni de verrez de différence avec la performance à laquelle vous avez pu assister : même setlist, même durée. Vous allez me dire tant mieux pour les überfans du groupe et tant mieux pour ceux qui n’étaient pas à Paris ce jour-là. Je campe sur ma position : dernière date de tournée dans leur ville natale et premier disque live = obligation de sortir des setlists battues offertes au monde entier. Le résultat s’avère donc regrettable et tend à prouver que l’exercice du CD Live post Tournée Mondiale n’est finalement pas aussi simple qu’il peut y paraître. Mais comme expliqué en préambule, Extreme n’est pas coutumier de la chose et sans être complètement passé à côté, il livre un disque qui aurait pu être enregistré n’importe où en 2008. Et donc dispensable sous son format double-cd.

Maintenant, et plus positivement, Take Us Alive permet en 17 titres de balayer les cinq albums studio d’Extreme, de sa période groove-glam (“Am I Ever Gonna Change”) aux récents titres de Saudades (“Star”, “Comfortably Dumb”) en passant surtout par les hits extraits de Pornograffiti et de III Sides to Every Story. Tout un programme, de qualité je le répète, qui recèle sa haute teneur en rythmiques funk metal implacables (“Cupid’s Dead”, le bien-nommé “Get the Funk Out”) et soli à l’avenant d’un Nuno qui sait parfaitement mettre son instrument en avant dans un mix. Rien ne déborde, pas de surprise à l’horizon. Vous vouliez mon célébrissime solo “Midnight Express”? OK. Ça vous a plu alors vous êtes aussi venus pour ma version du “Vol du Bourdon”? Il le sert sans souci, alors que le groupe aurait très bien pu se dire : « Allez ce soir, c'est le grand soir alors on joue ce qui le précède rien que pour vous » et hop, la présence de ”He Man Woman Eater” aurait bien fait plaisir. Le groupe n’a pas cherché l’imprévisible, sûrement pour des raisons de facilité et parce que le show - alors en phase terminale - était plus que bien rôdé. Et de surcroît, en cette soirée du 08 août 2008, le public va plus que jamais lui manger dans la main et faire office de chœurs sur les acoustiques incontournables “More Than Words” et (beurk, elle vieillit mal) “Hole Hearted.”

À titre de comparaison, mais surtout de formation comparable, prenons l’exemple de Mr Big. Certes les deux groupes ne jouent pas dans le même registre, mais ont explosé à peu près dans le même temps courant 90 (via une ballade acoustique) et ont disparu à près à la même période au début du nouveau siècle. Chacun jouit d’un guitariste devenu demi-dieu idolâtré par sa fanbase (Paul Gilbert pour Monsieur Gros). Et les deux combos ont refait leur petit comeback au cours des derniers mois pour mieux nous sortir ensuite un CD/DVD live dans la foulée (chronique du Mr Big - Back to Budokan ici). A ce petit jeu, Gilbert et ses ouailles régalent plus que Bettencourt et sa cour. Plus de petits délires entre les morceaux. Des reprises qui collent parfaitement au registre scénique et font monter la température... et l'intérêt pour le set. En somme du vrai « something special »qui confère une réelle plus-value à la performance du soir et au pressage de l’enregistrement qui en découlera. C’est d’autant plus préjudiciable pour Extreme quand est connue l’aptitude (passée) du groupe à revisiter un titre de Queen par-ci (remember la performance lors du concert tribute à Freddie Mercury), un morceau de Van Halen par-là (“Unchained” ou “Ain't Talkin' 'bout Love”). Maintenant Cherone assure bien ses parties et prouve qu'il n'a en rien perdu de sa superbe. Cette dernière sera d'autant plus appréciée image à l'appui qu'en simple fond sonore.


Aussi extrêmement convenu qu'extrêmement décevant, Take Us Alive n'est pas le live définitif du groupe de Boston. Juste un coup d'essai au sortir d'un album de reprise (sans “s”) et d'une tournée exigeante qui aura tenu certes toutes ses promesses, sans offrir le point d'orgue tant attendu lors de cette ultime date dans le Massachusetts. Nul ne doute qu'Extreme remettra le couvert lors de ses prochains déplacements prévus après la sortie de son futur album espéré courant 2011.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5