4078

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 13 mai 2010
Sa note : 18.5/20

LINE UP

-Nico
(chant)

-Pierre
(guitare)

-Paskual
(guitare)

-Jérôme
(basse)

-Toki
(batterie)

TRACKLIST

1)L'empire, la femme, la mort
2)Cannibale
3)Le mal par le mal
4)Nihil Est In Homine
5)Délivrance
6)De ma plume
7)L'emprise
8)Aussi loin que le regard des anges
9)Héros assassin
10)Originel
11)Sanctuaire
12)Le ciel des uns est l'enfer des autres
13)Ennemis
14)Ma miséricorde
15)Prêcheur
16)Passion

DISCOGRAPHIE


The ARRS - Just Live (DVD)
(2010) - thrash metal metalcore anthologique - Label : Season Of Mist




« Vous n'y étiez pas ? Vous allez regretter. Car quand sortira le DVD illustrant cette soirée exceptionnelle, ceux qui y étaient pourront se vanter à raison. The ARRS a relevé le défi et donné le concert qu'il fallait donner ce soir-là, celui qu'on pouvait attendre de leur part. The ARRS a tout explosé et ils le feront encore car ils sont devenus un sacré groupe. Un grand groupe. »
Tels étaient mes propos en sortant du concert du Trabendo que l'on retrouve aujourd'hui capturé sur ce disque. Mais je dois l'avouer aujourd'hui : j'étais en-dessous de la vérité.


Rappelons le contexte : Just Live est téléchargeable au prix que vous voulez. Vous pouvez choisir le camp des « assassins » et ne pas le payer du tout, ou bien celui des « héros » et donner entre 1 € et 20 € pour vous le procurer. Il est même disponible en une foultitude de formats : image ISO à graver, fichiers .mov ou .avi et même une version iPhone ! Trois clics de souris vous séparent donc d'un des lives les plus mortels de l'histoire du métal français voire du métal tout court... car Just Live est d'un niveau proche de l'ahurissant. Les détails de cette soirée de folie étant condensés dans le live-report (ici), on se concentrera ici sur le rendu visuel et sonore, qui approchent tous deux la perfection. Les multiples caméras des équipes de HK et NRV TV ont su capturer l'essence du show, et le montage final est exactement ce qu'on peut attendre d'un live moderne : nerveux et extrêmement dynamique tout en évitant soigneusement le piège du zapping de plans épileptiques. On se retrouve totalement immergé dans l'ambiance hallucinante du show : les plans sur le public possédé, la mise en valeur des musiciens, le calage du montage sur les lights, tout est au quart de poil. Tout est pro à l'extrême. Deux regrets seulement : les plans sur les mains gauches des guitaristes sont trop peu nombreux, et une caméra placée derrière les pieds de Toki pendant ses terribles accélérations de grosse caisse n'aurait pas été de trop. Mais c'est vraiment chipoter tant la qualité globale est impressionnante.

Le son est tout simplement parfait. Totalement dénué d'overdubs, il fera pâlir de jalousie tous les groupes amateurs qui espèrent sonner correctement en live un jour. On distingue les parties jouées par chaque guitare, la basse vrombit sans couvrir le reste, chaque élément de batterie est audible isolément... et cette incroyable clarté n'altère pas une seconde la violence brute de la musique du groupe. Les The ARRS font du thrash, ils se sont donné les moyens de scotcher l'auditeur au plafond, et le son de Just Live est un mur de puissance. Et il y a le show. Une heure dix de métal furieux, technique et varié porté par des musiciens au niveau indécent (cherchez les pains, il n'y en a pas) et un frontman unique. Nico ne parvient pas toujours à atteindre le degré de saturation que sur album, et si ses hurlements mediums sont parfaits, ses aigus sont parfois à l'arrache... mais sa performance globale est fabuleuse. Jamais à court de souffle, intenable, il hurle en courant, hurle en sautant, hurle en headbanguant... il hurle. Son interprétation de "Héros / Assassin" laisse pantois, ses quelques interventions en chant clair sont parfaites - écoutez-le renforcer les choeurs grégoriens dans "Le ciel des uns est l'enfer des autres" – et quand il part en growl grave on prend peur. Sur la fin de "L'emprise des anges" on croirait du Napalm Death !

Les moments d'anthologie dans Just Live sont trop nombreux pour qu'on puisse tous les énumérer : prenez un Trabendo rempli jusqu'à la gueule, mettez devant lui un groupe en état de grâce et imaginez le résultat... le public est en folie du début à la fin, et le défilé de stage-diving sur scène ne cesse jamais. Nico déclenche un circle-pit effrayant sur la boucherie qu'est "Nihil Est In Homine", et après une tentative de wall of death un peu foirée sur "Aussi loin que le regard des anges", il réussit son coup sur "Sanctuaire". Il faut voir le public du Trabendo se fendre en deux et se lancer dans la mêlée sur le signal du chanteur dans une ambiance de fin du monde jouissive pour comprendre. Chaque personne dans la salle semble connaître toutes les chansons par coeur et Nico ne se prive pas de tendre le micro à la foule, renforçant l'impression de symbiose totale entre le groupe et ses fans. Car le message passe : les centaines de personnes hurlant « L'amour, la volonté, l'esprit sont en nous » lors de "Sanctuaire" ne font pas que crier des mots, ce sont les leurs. Natha de Lokurah vient épauler Nico sur le groovy et massif "Ennemis", le break mélodique de "Ma Miséricorde" colle le frisson... et quand le groupe clôt la soirée sur "Passion", on ressort groggy. K.O. Mais avec le sourire...


La messe est dite. Just Live est monumental. Regarder le DVD surpasse presque l'expérience d'assister au concert soi-même en termes d'intensité, ce qui veut dire beaucoup. Que vous soyez fans ou non du groupe, se procurer cet instant de gloire est impératif. Alors cliquez ici et choisissez votre camp. Maintenant.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7