4087

CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
Cette chronique a été mise en ligne le 16 mai 2010
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Che Snelting
(chant)

-Simon Füllemann
(guitare)

-Marc Niedersberg
(guitare)

-Alex 'Lahnsteiner' Härtel
(basse)

-Max van Winkelhof
(batterie)

TRACKLIST

1)Antagonist
2)The Rise and Fall
3)Losing Hope
4)The Lies of Man
5)[The Damage Done
6)Liberate Me
7)Depopulation
8)New Savior
9)Generation Doom
10)Protagonist
11)God's Wrath
12)Constant Hunt for Blood
13)Our Last Goodbye - Our Final Breath

DISCOGRAPHIE


Arma Gathas - Dead To This World
(2010) - hardcore métal - Label : Metal Blade Records



Arma Gathas, c'est un peu la next big thing du hardcore metal européen, le nouveau poids lourd de la scène du Vieux Continent face à la masse grouillante du core métal US des souverains Hatebreed et de leurs sbires. Et avant même d'étudier le fond de la chose, on peut d'ores et déjà affirmer qu'en termes de crédibilité et de puissance de feu, Arma Gathas n'a rien à envier à l'arma....da US puisque le groupe est majoritairement composé d'ex Born From Pain et d'ex Cataract, soit deux monstres sacrés de la scène européenne, soit du lourd. Bref, une formation pour le moins enthousiasmante.

Mais si ce nouveau « supergroupe » est bien beau sur le papier (un peu comme l'équipe de France) il s'agirait aussi et surtout de voir, au travers de cette chro, si la machine tient la route musicalement et ne se contente pas de n'être rien de plus qu'une affiche alléchante survendant un produit minable ou une belle coquille toute vide (un peu... comme l'équipe de France). Et de ce point de vue, que le coreux tout frappé d'inquiétude sous sa casquette se rassure, Arma Gathas c'est du solide. Le groupe propose en effet un hardcore metal hargneux et groovy à souhait, à la hauteur du niveau de maitrise affiché par les précédents groupes de ses géniteurs. Mais il convient également de calmer les ardeurs du coreux prompt à s'enflammer en disant tout de suite que si cet album est d'une qualité indéniable, on est encore relativement loin du chef d'œuvre et de LA tuerie hardcore de 2010. Clairement, l'originalité fait tout de même quelque peu défaut aux Suisses. Alors certes, le hardcore metal est un genre particulièrement codifié, balisé et peu enclin aux expérimentations, mais un peu d'esprit crossover n'a jamais tué personne et Arma Gathas en manque certainement.

Le groupe met en effet un point d'honneur à évoluer dans les codes du style et à s'y tenir tout au long des douze brulôts composant ce Dead To This World. Cependant, il le fait avec un brio certain et une maitrise toujours appréciable, permettant au groupe de varier les ambiances et les tempos tout en restant cohérent et sans saouler l'auditeur. De plus, les bougres sont soutenus par une production béton, ce qui renforce évidemment le côté bulldozer de la musique du quintet. Foncièrement donc, Arma Gathas propose un hardcore metal des plus classiques, alternant passages mid tempo tout en lourdeur et en groove (''Depopulation'', ''Lies of Man'', ''New Savior'') et saillies thrash hardcore frénétiques (''The Damage Done'', ''Generation Doom''), bien que le groupe privilégie, le plus souvent, la première option. Pour le reste, on est également en terrain connu : chant écorché/hurlé propre au genre, refrains accrocheurs (notamment ''The Rise and Fall''), moshparts, breakdowns, tout y est. Au niveau des ambiances, cependant, Arma Gathas possède une dimension assez sombre et mélancolique, rappelant quelque peu la scène hardcore new-school des Comeback Kid ou Ruiner (''The Lies of Man'', ''Our Last Goodbye - Our Final Breath''). Ce sentiment est par ailleurs renforcé par la présence sur cet opus de courts interludes, mélangeant cordes et arpèges de guitare, pour un résultat assez crépusculaire et mélancolique, classe et plutôt rare dans le style (''Liberate Me'', ''Protagonist'').

Il y a donc bien, chez Arma Gathas, une volonté de proposer quelque chose de personnel, mais les ambiances précitées ne suffisent pas, à elles seules, à faire oublier le classicisme des compos. Clairement, le groupe aurait gagné en identité et en originalité à développer celles-ci dans plus de morceaux et avec plus d'intensité. Cependant, le fonds reste tout de même largement à la hauteur des attentes, proposant des compos puissantes, variées, et dont l'authenticité, en termes d'esprit, d'énergie et de messages propres au hardcore, n'est à aucun moment mise en cause. Un groupe solide donc, qui fait le boulot avec passion et talent, mais sans réellement s'écarter des sentiers battus ni proposer de grandes nouveautés. L'absence d'un ou deux gros tubes immédiats comme Hatebreed sait si bien les pondre est également regrettable, mais à relativiser du fait de la grande homogénéité de cet album, qui à aucun moment ne cherche à taper dans le mainstream. Bref, l'intégrité et l'honneur du coreux moyen sont saufs, et c'est déjà pas mal.


Un groupe au professionnalisme et au talent indéniables donc, et qui vient, avec ce premier album, encore enrichir la scène hardcore metal européenne d'un nouveau poids lourd et prouver, si besoin était, que cette dernière n'a plus grand chose à envier à sa grande sœur ricaine. Stay tough, guys !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6