4124

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 09 juin 2010
Sa note : 9/20

LINE UP

-Roman Sayenko
(guitare)

TRACKLIST

1)Sunset in Carpathians
2)Tears of God
3)Archaic Dance
4)The Milky Way
5)Why the Sun Becomes Sad
6)The Cranes Will Never Return Here
7)Cray-Haired Steppe

DISCOGRAPHIE


Drudkh - Songs Of Grief And Solitude (réédition)
(2010) - folk - Label : Season Of Mist



Drudkh, ou plutôt son nouveau label Season Of Mist, poursuit son entreprise de réédition des anciens albums. Avec Blood In Our Wells (chronique ici), voici Songs Of Grief And Solitude, l’album acoustique que le groupe a initialement sorti en 2006. À la hauteur de son nom, cet album vous fera vous balader parmi les mornes forêts ukrainiennes au travers d’instrumentaux (pas d’électricité, mais pas de chant non plus, et oui) tous portés sur... le deuil et la solitude (traduction littérale du titre). Privée de chant, mais aussi de batterie, la musique sera simple et voudra donc faire plus appel à vos émotions. Alors, pari réussi ?

Ce qui frappe dès les premières notes de l’album, outre le fait qu’il n’y ait pas un pet de black metal à l’horizon, c’est effectivement cette mélancolie qui se dégage immédiatement de la musique. Une simple guitare accompagnée d’une flûte suffit à créer une atmosphère lugubre et triste. Toujours enveloppé de couleurs orangées et de feuilles mortes, ce disque de Drudkh ne ressemble pas à ses productions habituelles mais pourtant ressemble à du Drudkh. Preuve que le groupe a su faire son nid dans le terreau fertile du black metal. Les chansons s’enchaînent, certaines prenant leur temps (cf les 8-9 minutes de "Tears of God" et "The Milky Way"), pour laisser l’auditeur dans un état de recueillement. Connaissant la teneur de l’album, on serait tenté alors de dire qu’il s’agit d’une nouvelle réussite du groupe ukrainien qui voit là sa tentative de diversification acoustique couronnée de succès. L’atmosphère est bel et bien le maître mot d’un album acoustique, encore plus un acoustique issu de la planète black metal.

Pourtant cette suite de chansons, si elle fait ressentir ces émotions, ne les provoque pas démesurément. S’entend qu’on sent bien le but ultime des compositions, mais au final, ce n’est pas poignant. Les faiblesses demeurent en effet trop nombreuses pour voir la lumière (ou l’abîme) au bout du chemin. Là où Ulver transformait l’essai avec Kveldssanger, Drudkh endort les auditeurs par un manque de rythme flagrant et par-dessus tout, par l’absence de mélodie mémorable. En effet, les compositions passent au-delà de l’homme (ou la femme) sans vraiment s’y accrocher. Pas grand chose ne reste après l’écoute de ce disque dans l’esprit de celui qui l’a écouté et pour tout dire, s’il ne faisait que ça, il est même probable qu’il se soit ennuyé. Songs Of Grief And Solitude pourrait passer en fond sonore, mais malheureusement ce n’est ni une destinée heureuse, ni l’objectif d’une telle sortie. Peut-être au cours d’une veillée autour d’un feu ... Néanmoins l’implacable constat de sa platitude demeure.


Cela fait dire que cet album est grandement dispensable, même à ceux qui sont plus attirés par l’aspect folk de Drudkh. Bien sûr, on le retrouve poussé au maximum, mais le groupe prouve qu’il n’est pas un maître du genre. Il est meilleur dans le mélange comme le prouve Blood In Our Wells. Si jamais vous tenez absolument à entendre tout ce que le metal a produit d’acoustique, allez-y, vous passerez peut-être un bon moment. Pour tous les autres, ce sera le souvenir flou d’un dimanche pluvieux passé au lit sans volonté.



P.S. : Réédition à l’identique oblige, cet achat est totalement inutile à ceux qui possèdent déjà le disque.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3