4177

CHRONIQUE PAR ...

68
Ronnie
Cette chronique a été mise en ligne le 05 août 2010
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Erlend Jegstad
(Chant)

-Jimmy Norberg
(guitare)

-Per Stenbeck
(Basse)

-Fredrik Kretz
(batterie)

TRACKLIST

1)One For The Nerves
2)Love For The Music
3)Wisconsin H.G.
4)Ain´t Life Grand?
5)Fortune
6)Viva Shevegas
7)Riot
8)Until I´m Dead
9)I´m Sorry
10)Save Me

DISCOGRAPHIE


Outshine - Until We Are Dead
(2010) - rock metal, mélodique, un chouilla gothique. - Label : Dead Tree Music



Attention, refrain easy-listening, cet album possède des effets secondaires. Le premier se manifeste dans la voiture, dans la douche, seul, ou encore en réunion de travail : une seule écoute de cet album vous met des refrains dans la tête et c'est impossible de s'empêcher de les fredonner encore et encore. Les effets durent 24h environ. Le traitement est l'écoute de la radio pour s'en mettre d'autres par-dessus, ou encore une grosse dose de death, ça peut marcher aussi. Et oui, Outshine, avec son deuxième album, propose du rock/metal mélodique de très bonne facture.

Le mix entre le rock et le metal est aussi dû au son, du fait que l'enregistrement ait été effectué par Svein Jensen au Grand Recordings Studio à Göteborg (M.A.N, Transport League, Hide The Knives, Sister Sin) et masterisé par Göran Finnberg (The Haunted, Opeth, Dark Tranquillity, In Flames). Ces deux processus ajoutent un gros coup de boost à la musique de Outshine, qui aurait pu être très fade et mielleuse sans un tel son. Le côté pop aurait pu prédominer aux oreilles de certains, en témoigne le single incontestable de cet album : "Love For The Music", calibré radio, mélodies catchy, voix mise en avant et parfaitement maîtrisée, court solo de guitare (l'un des rares de l'album d'ailleurs) etc. De plus un côté gothique ressort de loin, ce n'est pas à proprement parler gothique, mais les claviers rappellent Paradise Lost, ou encore Him. Ce n'est pas une touche faite pour plomber ou assombrir la musique, bien au contraire, ici il s'en dégage simplement un ensemble soutenu par un lointain fond presque romantique. Cette touche est perceptible sur l'ensemble de la galette, puisque ce genre d'arrangement est très fréquent. Sur un morceau comme "I'm Sorry", là, le piano et les très légers arrangements deviennent beaucoup plus sombres, devenant réellement un morceau de rock/gothique. La pêche du premier et la puissance plus sournoise du second permettent de toucher plus les tripes de l'auditeur.

"Save Me", le dernier morceau, plus long que les autres, reprend les recettes de l'album, à savoir des moments sombres et d'autres au contraire plus positifs, une voix qui s'adapte parfaitement à la musique, des guitares mélodiques mais puissantes, un court solo, quelques éléments électroniques en fond. Tout y est dans cette synthèse. Until We Are Dead est un album à prédominance mélodique, principalement vocal : La voix est un important argument de qualité de cet album, en effet, légèrement éraillée mais puissante, ne cherchez pas de chant death ou black ici. Erlend Jegstad se rapproche principalement de Billy Idol avec son timbre particulier, mais aussi un soupçon de Billy Corgan. Le rendu est donc très intéressant et au final...rock n'roll tout simplement. Vous mettez donc cette voix sur des grosses guitares jouant des riffs que l'on peut qualifier de mélodiques et metal à la fois, avec des structures couplets refrains, astucieusement imbriqués et des airs ingénieusement trouvés, tout n'est qu'une suite de chansons très réussies qui ne tournent pas au ridicule et qui possèdent une personnalité propre. Le gros son ne fait pas tout, au même titre que les mélodies : c'est cette complémentarité qui rend l'ensemble si réussi, qui fait que l'album se retient aussi bien et la sensation de déjà entendu il y a cinq minutes est quasi-inexistante.


Vous l'aurez compris, cet album s'écoute très facilement. Les mélodies, sont toutes bien maîtrisées et incroyablement bien inspirées, on sent vraiment le travail de recherche pour ne pas sonner comme des milliers d'autres groupes, eux-même faisant le même style que des milliers d'autres. Il n'y a pas à dire, les Nordiques savent toujours y faire aussi bien quand il s'agit de créer un univers lors de l'écoute.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5