4182

CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
Cette chronique a été mise en ligne le 03 août 2010
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Paul Masvidal
(chant+guitare+guitar synth)

-Sean Reinert
(percussions+claviers)

-Tymon Kruidenier
(guitare)

-Robin Zielhorst
(basse)

TRACKLIST

1)Space
2)Evolutionary
3)Integral
4)King
5)Wheels Within Wheels

DISCOGRAPHIE


Cynic - Re-Traced
(2010) - barré Cynic pseudo-acoustique - Label : Season Of Mist



Celle ou celui d'entre vous (mais plutôt celle, parce que chacun sait que tout être vivant femelle doté de la faculté de parole, à savoir les humains (et les perroquets mais ils n'aiment pas le metal de toute façon, il était donc évident que je parlais des humains (qui, eux, aiment le metal, sauf quand il s'agit d'un bout d'aluminium qui est resté sur leur sandwich et qui leur nique les dents (je ne suis pas le seul à qui c'est arrivé, si ?), comme les vrais roudoudous, qui coupent aussi les lèvres (enfin quelle femme s'enfilerait un roudoudou aussi ? Vais-je fermer les parenthèses ? Où est Charlie ?))))

Après cette introduction nous montrant les méfaits de la musique de Cynic sur le cerveau humain, et nous rappelant à quel point il faut parfois faire des choix, votre serviteur vous servant en effet de cobaye passera maintenant à la chronique. Cela-dit, le Snuss (tabac suédois, n'en achetez jamais, n'en vendez vraiment jamais, et surtout, n'en prenez jamais, sauf si vous avez du reggae sous la main pour faire baisser votre tension artérielle) n'y est peut-être pas pour rien... nous disions donc, Cynic. Cynic, avec leur premier album Focus sorti en 1993 suivi de très près (en 2008) par son petit frère Traced In Air, font preuve d'une régularité redoutable : un album tous les 15 ans. La bande à Masvidal n'est en effet pas seulement originale de par sa musique, mais également de par les procédés qui entourent celle-ci. Un album à chaque fois que l'anniversaire du batteur tombe sur un dimanche les années bissextiles. C'est une idée, et Cynic restent pour le moment les maîtres de ce procédé qu'ils ont inventé.

Faire des choix, disais-je donc tantôt. Cynic, eux, ont fait des choix. Et cette fois-ci ils ont fait le choix de privilégier l'aspect relax de leur musique usuellement si complexément appréciable. Cet EP Re-Traced n'est en effet autre qu'une réinterpretation pour ainsi dire assagie de quatre morceaux tirés de l'album Traced In Air paru il y a deux ans. Le côté plânant de la musique des Américains est donc mis en avant, mettant de côté les solos aussi originaux qu'endiablés et les rythmiques si particulières du batteur absolument immense qu'est Sean Reinert. Et dans la mesure où tout l'intérêt de la musique de Cynic repose dans le mélange duquel elle est issue, à savoir un savant mélange de mélodies calmes et apaisantes, de rythmiques complexes et recherchées et de puissant death metal technique, on peut être déçu. En fonction de ce que l'auditeur apprécie chez Cynic, ces nouvelles versions pourront en effet être perçues comme excellentes (particulièrement pour dormir ou tout simplement fumer un joint) ou dénuées d'intérêts pour ceux qui aimaient les solos si spéciaux de Paul Masvidal ou les pistes de batterie de sieur Reinert.

En effet, par moment, de par le côté électro des percussions ou du fait que les solos aient été extrêmement simplifiés, on se croirait un peu dans un jeu 8-bits. Quant à la voix, les effets la masquent un peu moins et là aussi, elle est en quelque sorte plus clean. Au final, on peut parler de versions édulcorées des morceaux en question. En prenant la chose sous un autre angle, ces versions moins extrêmes et moins complexes laissent également plus de place à l'interprétation de l'auditeur, tout comme l'artwork, qui semble être une version griffonnée au crayon, très jolie, de la pochette de Traced In Air. Le visuel peut donc être interprété différemment et de manière plus libre que l'image colorisée servant d'artwork à Traced In Air. Ça sonne très pop par moments ("Evolutionary") ce qui n'est pas forcément un mal. Notons quand même un morceau inédit, "Wheels Within Wheels", plutôt calme dans son genre bien que davantage Traced In Air que Re-Traced, comportant riffs, arpèges clean et solos extrêmement plaisants, une bonne basse qui groove bien, et tous ces autres trucs qui font l'intérêt d'un morceau de Cynic.


Il y en a qui ont vraiment cherché sur Google pour les années bissextiles et l'anniversaire de Sean Reinert ? Vous pardonnerez votre serviteur qui n'a pas l'habitude de snusser et qui a pris cette drogue par pression sociale (que celui qui n'a jamais fumé me jette le premier patch). L'écoute de cet album de Cynic, d'ailleurs encore plus difficile à noter qu'un autre album, est tout à fait plaisante, et le principe de sortir des morceaux remodelés pour les fans est tout à fait remarquable, même si certains n'apprécieront pas ces versions-là... reste à ce moment-là l'intérêt du morceau inédit qui quant à lui démontre bien le talent des artistes. Non, vraiment, Cynic, ça nous embête que tu sois en taule... ah... ah, c'est pas lui ?


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5