4183

CHRONIQUE PAR ...

71
Arroway's
Cette chronique a été mise en ligne le 04 août 2010
Sa note : 9/20

LINE UP

-John 5
(guitare+basse)

-Greg hanna
(basse)

-Chris Baseford
(claviers)

-Tommy Clufetos
(batterie+percussions)

TRACKLIST

1)The Nightmare Unravels
2)The Art of Malice
3)Ill Will or Spite
4)J.W.
5)Ya Dig ?
6)Can I Live Again
7)Portrayed as Unremorseful
8)Steel Guitar Rag
9)Wayne County Killer
10)Fractured Mirror
11)The S-Lot
12)The Last Page Turned

DISCOGRAPHIE


John 5 - The Art Of Malice
(2010) - rock instrumental - Label : Mascot Records




John five superpose une chemise charbon noire et un T-shirt rouge. Par-dessus, une veste défraichie noire, col monté, qui tombe au-dessus des genoux. John five porte un pantalon légèrement patte d'eph', en treillis militaire recousus à la mode djeunz rebel. Imprimées sur sa jambe droite : des têtes de mort. John five cache son visage derrière un masque de nô maquillé à même sa peau, d'un noir et blanc blasé et provocant. L'arme de son combat : une Telecaster bleu lavande.


Comme la pochette. Qu'on ne se plaigne pas pour une fois, l'artwork de The Art Of Malice sort du lot. On ouvre l'objet pour tomber nez-à-nez avec John. Face to face. Très bien. Nous sommes prêt pour le combat. Premières notes de "The Nightmare Unravels" : c'est mystérieux, ça fait monter le suspense. Raisonnablement. Mais le moins que l'on puisse dire c'est qu'il va redescendre bien vite. Car The Art Of Malice est ce qu'on pourrait appeler du rock instrumental easy listening : un album qui s'écoute sans effort mais qui ne retient pas l'attention en raison de son manque de consistance et d'originalité. D'aucuns diront de son manque d'inspiration.

On pourrait sentir derrière un certain effort de réalisation, la volonté de produire quelque chose de varié, de mélodique - et d'ô combien accessible. Un éventail country avec la musique cowboy sur "J.W." et "Steel Guitar Rag". Un front rock métal sur "Ya Dig ?" - John 5 en pleine démonstration de technique et de vitesse - et le plus hard rock "Wayne County Killer". Des respirations plus émotionnelles entre la ballade contemplative "Can I Live Again" et le pop-rock "Fratured Mirror". Pour finir sur un acoustique à la virtuosité classique tel que "The Last Page Turned".



Pourtant, c'est peu dire qu'on se cantonne à chaque fois aux standards de chacun de ces styles, sans faute de goût trop ostentatoire à part peut-être sur "J.W." à fond dans le cliché Far West sirupeux. John 5 assure techniquement, c'est indéniable, mais aime les déboulades de notes de manière un peu trop flagrante. Il n'y a aucune difficulté à écouter The Art Of Malice mais non plus aucun véritable plaisir. Juste l'impression d'un album inutile aux compositions décevantes qui ne met pas en valeur les qualités de musicien de l'artiste.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1