4215

CHRONIQUE PAR ...

39
Pietro
Cette chronique a été mise en ligne le 05 septembre 2010
Sa note : 13/20

LINE UP

-Jorn Lande
(chant)

-Tore Moren
(guitare)

-Jgor Gianola
(guitare)

-Tor Erik Myhre
(guitare)

-Nic Angileri
(basse)

-Willy Bendiksen
(batterie)

TRACKLIST

1)Song For Ronnie James
2)Invisible
3)Shame On The Night
4)Push
5)Stand Up And Shout
6)Don't Talk To Strangers
7)Lord Of The Last Day
8)Night People
9)Sacred Heart
10)Sunset Superman
11)Lonely Is The Word - Letters From Earth
12)Kill The King
13)Straight Through The Heart (Live)

DISCOGRAPHIE


Jorn - Dio
(2010) - heavy metal hommage copie conforme - Label : Frontiers Records



16 mai 2010 : Ronnie James Dio nous quitte, vaincu par un putain de cancer.

21 mai 2010: Jorn Lande annonce la sortie d’un album hommage sobrement intitulé Dio, qui sort finalement le 2 juillet. La rapidité de cette annonce, accompagnée d’un clip mis en ligne le même jour, aura provoqué de nombreuses critiques quant à l’opportunisme du Norvégien, accusé de vouloir profiter de la mort d’une légende avant même son enterrement !


Lande s’est vite défendu en affirmant qu’il travaillait sur ce projet depuis un moment déjà, bien avant l’annonce de la maladie du lutin à la voix d’or. La rapidité avec laquelle cet album est sorti ne peut que confirmer ses dires: il aurait tout simplement été impossible de réaliser, enregistrer et commercialiser un tel album, clip vidéo compris, en aussi peu de temps si le travail n’avait commencé qu’à l’annonce du décès de Dio. Par ailleurs, difficile de ne pas croire en la sincérité de l’admiration que l’élève vouait à son maitre, tant l’influence de Ronnie est palpable tout au long de la carrière de Jorn, tant vocalement qu’au niveau su style qu’il pratique sur ses albums solos. Le gros point noir de l’opportunisme plus ou moins écarté, admettons que cet hommage est sincère et intéressons nous au contenu de cet album. Seul titre original composé pour l’occasion, 'Song For Ronnie James' ouvre les hostilités. Comme son nom l’indique ce titre est un hommage direct sous la forme d’une longue power ballade assez sirupeuse et aux paroles qui frôlent le gnangnan («everyone should cry together...»), malgré de nombreux clins d’œil aux chansons et albums du maitre («the legend lives like a rainbow in the dark»).

Certainement pas l’hommage le plus subtil, mais accordons lui le bénéfice de la sincérité, même si cela ne suffit pas pour faire une bonne chanson. En dehors de ce titre l’album est donc constitué de reprises. Jorn a fait le choix de se concentrer uniquement sur la carrière solo de Dio. Seules exceptions : le medley très doom 'Lonely Is The Word - Letters From Earth' de Black Sabbath et le puissant 'Kill The King' de Rainbow, tous deux déjà présents sur l’album de reprises de Jorn Unlocking the Past. Le choix des titres de Dio, le groupe, est plutôt judicieux. Lande n’a pas choisi la facilité avec de nombreux morceaux plutôt obscurs et finalement peu de classiques incontournables ('Stand Up And Shout', 'Don't Talk To Strangers', magnifiquement chanté, et… c’est tout). L’occasion est belle de redécouvrir à la fois de vieux titres quelque peu oubliés ('Invisible' et 'Shame On The Night' par exemple, tirés de Holy Diver mais toujours restés dans l’ombre des classiques, ou encore 'Night People', 'Sacred Heart' ou un inattendu 'Sunset Superman'); mais aussi des extraits des derniers albums en date comme le simple et efficace 'Push' tiré de Killing the Dragon ou le très sombre 'Lord Of The Last Day' de l’album concept Magica.

Une version live de 'Straight Through The Heart' (Holy Diver lui aussi) tiré du Live In America de Jorn clôt cet album long mais complet. Au niveau de l’interprétation, tout est extrêmement fidèle aux versions originales. Le groupe qui entoure Jorn est efficace et reprend les partitions d’origine avec sérieux et application, sans rien modifier. Seul le son actuel apporte une puissance nouvelle. Quant au chant de Jorn, on peut faire exactement le même constat. Le Norvégien livre une prestation impeccable, étonnamment proche de l’œuvre de Dio. Les timbres de voix sont proches, les variations entre les passages doux et délicats et la puissance des parties plus énergiques sont parfaitement respectées. Même si on connaissait déjà la voix de Jorn, il pousse ici la ressemblance vocale avec son maitre au maximum. Le résultat est certes impressionnant de mimétisme, mais finalement si peu personnel. Outre l’hommage évident, on peut en effet se demander si le but d’une reprise n’est pas aussi de se réapproprier un morceau, plutôt que d’en livrer une simple copie. Ce qui peut être sympathique sur scène perd pas mal d’intérêt sur un album studio complet.


Jorn nous livre donc un album hommage peut être sincère mais finalement loin d’être passionnant. Si le timing de cette sortie est assez malheureux au point de jeter un doute sur l’honnêteté de la démarche, on ne peut douter du respect du Norvégien pour Dio. En revanche, le résultat est si académique qu’il perd beaucoup d’intérêt. Certes, Jorn Lande chante comme Dio et interprète à merveille ses morceaux, mais on aurait aimé un peu plus de personnalité et d’originalité.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1