4344

CHRONIQUE PAR ...

39
Pietro
Cette chronique a été mise en ligne le 28 novembre 2010
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Raf
(chant)

-Symheris
(guitare)

-Edd
(guitare)

-Oliv
(basse)

-Clem
(batterie)

TRACKLIST

1)Disturbia
2)Tank 09
3)Corpse
4)Beautiful Agony
5)Brother in Arms
6)Necrosoldier
7)Idle Ghost
8)Spiral Chains
9)Pawns of the Oracle
10)So Vile
11)The Day After
12)It Bleeds Inside

Bonus:
13)Destination

DISCOGRAPHIE


T.A.N.K - The Burden Of Will
(2010) - melodeath metalcore - Label : Brennus Music



Les Parisiens de T.A.N.K (acronyme de Think Of A New Kind) sont en train de se faire un petit nom dans le milieu du gros metal franchouillard à coup de prestations live remarquées en ouverture de Dagoba, Misanthrope… mais également à l’étranger. Le groupe a en effet joué aux prestigieux festivals Metal Camp et Wacken, rien que ça, suite à sa victoire au Metallian Battle Contest. Après un EP/démo éponyme sorti en 2007, voici que débarque aujourd’hui ce premier album, The Burden Of Will.


Dès le premier riff du premier titre, T.A.N.K ne prend pas de pincettes et nous indique très clairement dans quel registre il se situe. On a affaire ici à un death metal mélodique d’inspiration suédoise mais très moderne, à la frontière du metalcore américain. Un nom vient donc logiquement à l’esprit rapidement: In Flames. Le combo mythique de Göteborg, pourtant instigateur de la légendaire scène mélodeath suédoise en compagnie de Dark Tranquillity et des regrettés At The Gates, a en effet fait évoluer sa musique au fil des années et, à l’instar d’un Soilwork dont l’influence se fait également sentir chez T.A.N.K, propose aujourd’hui une musique assez formatée et destinée au même jeune public que Killswitch Engage ou As I Lay Dying par exemple. The Burden Of Will se rapproche énormément des derniers opus en date d’In Flames, Come Clarity ou Soundtrack To Your Escape en tête. Même gros son puissant et extrêmement clair, voire aseptisé (superbe prod d’ailleurs, parfaitement réussie pour ce style), même alternance de riffs rapides et entraînants et de passages plus core et pesants ("Disturbia", "Tank 09", "So Vile"...).

Les guitares restent assez souvent mélodiques, n’hésitant pas à balancer du riff en harmonie typique du melodeath, et rattachant ainsi T.A.N.K à une vision plutôt européenne qu’américaine de son metal moderne, comme le prouvent "Beautiful Agony" ou le tube du groupe "Brother in Arms" (rien à voir avec Dire Straits), particulièrement proches du In Flames actuel. Le guitariste soliste Symherisa a tout loisir d’y exprimer son talent lors de ses nombreuses interventions, toujours pertinentes et mélodiques. Une mention particulière peut être accordée au batteur Clem et à son jeu spectaculaire. Pas pour rien que le gars remplace Dirk Verbeuren sur scène chez One-Way Mirror ! Quant au chant, il se veut assez varié. Si le registre medium-aigu hurlé classique dans le style du groupe est assez largement majoritaire, Raf n’hésite pas à utiliser à bon escient un growl death bien gras et profond qui apporte un peu de variété ("Brother in Arms", encore), sa voix principale rappelant quand même fortement celle d’Anders Friden.

En revanche les quelques tentatives en voix claire ne sont pas de grandes réussites (même si on a déjà vu bien pire dans le domaine), le gaillard maîtrisant moins bien ce registre ("Corpse", "Necrosoldier"…). Dommage que le groupe se soit cru obligé d’utiliser ce qui est devenu un gimmick, alors que sa musique s’en serait très bien passé. Heureusement cela est loin d’être systématique chez T.A.N.K qui a su éviter la plupart du temps la ridicule alternance couplet hurlé – refrain chanté. Le seul moment où le groupe franchit la ligne du mauvais goût dans ce domaine correspond à l’intervention limite pop de Guillaume Bideau (Mnemic, One-Way Mirror et ex-Scarve) sur "Idle Ghost". L’autre featuring, œuvre du groupe Zuul FX, a lieu sur le dernier titre, "Destination", qui figurait à l’origine sur la compilation de French Metal Dans La Fosse Aux Lions et qui apparaît ici en bonus. La fin de l’album frôle malheureusement la copie d’In Flames, avec un "The Day After" au refrain tellement typique qu’on est à la limite du plagiat ou un "Pawns of the Oracle" dont le break acoustique ne trompe personne, les Suédois ayant souvent recours à cet exercice.


The Burden Of Will est un album proposant un metal moderne particulièrement d’actualité et très à l’aise dans son époque. Bien sûr les influences du groupe, In Flames en tête, sont extrêmement visibles et T.A.N.K peut être accusé de n’être qu’un suiveur peu original. Pourtant le combo fait preuve d’une efficacité et d’un professionnalisme rares pour un si jeune groupe. Il faut se rappeler qu’il s’agit d’un premier album, un premier album très prometteur.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6