4351

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 29 novembre 2010
Sa note : 11/20

LINE UP

-Stud Bronson
(chant+guitare)

-Lust Kilman
(guitare)

-Colt Kane
(basse)

-Morden
(batterie)

TRACKLIST

1)Mind My Step
2)Head Up High
3)When Death Becomes Dangerous
4)Within the Frame of the Graveyard

5)Thick Skinned and Weatherbitten
6)Each Man for Himself
7)Undertakers
8)Paces
9)Where There Is Smoke There Is Fire
10)The Roaring Grandfather
11)Bring Out Your Dead

DISCOGRAPHIE

Head Up High (2010)

The Batallion - Head Up High
(2010) - thrash metal - Label : Dark Essence







Les intros ça sert à rien, alors pourquoi se faire chier à en pondre une ?





Voilà plus ou moins ce qu'ont dû se dire les Norvégiens de The Batallion au moment de composer leur deuxième album. Ouanetousserifaure et bam, on envoie la purée, avec l'assiette dans la gueule en prime. "Mind My Step" est un glaviot envoyé à la face de l'auditeur, une décharge de thrash/punk cradingue à la Sodom d'à peine 1 minute 30 portée par le chant à l'arrache de Stud Bronson et sa voix déchirée à la Tom Angelripper. Dans le genre entrée en matière fracassante, ça se pose là. Et The Batallion ne débande pas : "Head Up High" applique à peu près la même recette sur un format de 3 minutes 30, mais sans perdre une once de hargne. Même quand les Norvégiens lèvent un peu le pied sur le tempo, comme "When Death Becomes Dangerous" ou "Within the Frame of the Graveyard", ils sont toujours capables de faire des ravages grâce à une science du riff qui fait mal. Petite surprise sur ce dernier, l'apparition soudaine en fin de morceau d'une harmonie à deux guitares et d'un court solo éclatant qui dénote avec le style crasseux développé depuis le début de l'album.

C'est donc clair, The Batallion est un groupe de puncheurs. Et le problème avec les puncheurs, c'est qu'après 5 ou 6 rounds à multiplier les coups, ils ne tardent pas à montrer des signes d'essoufflement. The Batallion se trouve devant un choix réduit : soit proposer la même chose en moins bien ("Each Man for Himself" ou "Paces", pas franchement terribles), soit essayer d'apporter autre chose. Démonstration avec "Undertakers" qui, après un début proto-thrash digne des débuts de Kreator, voit le groupe se lancer dans une sorte de jam aux forts relents de Black Sabbath. Une influence qui réapparaît d'ailleurs sur le break de "The Roaring Grandfather". Ceci dit, cette seconde partie est loin d'avoir le même impact que la première. Du coup, tel un boxeur sentant qu'il est en retard pour le décompte final, The Batallion tente un dernier baroud d'honneur pour arracher la décision. Peine perdue, puisque "Bring Out Your Dead" a beau remettre l'accent sur le bourrinage, on ne retrouve pas la sensation d'agressivité incontrôlée qui se dégageait des premiers titres.


Même en ayant eu l'intelligence de ne pas faire traîner inutilement cet album coup de poing, puisque Head Up High affiche à peine 38 minutes au compteur, The Batallion n'a pas réussi à conserver jusqu'au bout le niveau d'énergie à l'état brut qui caractérisait le début de l'album. C'est vraiment dommage, car le côté primitif des premiers morceaux valait carrément le détour. Un peu plus de constance la prochaine fois et ce sera parfait…


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6