4381

CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
Cette chronique a été mise en ligne le 19 décembre 2010
Sa note : 16/20

LINE UP

-Will
(chant)

-Richard
(chant)

-Flav
(guitare)

-Loris
(guitare)

-Noël
(basse)

-Chris
(batterie)

TRACKLIST

1)Intro
2)From Ashes
3)The Suffering
4)Golden Hell
5)Moghan Ra

DISCOGRAPHIE


Moghan Ra - Golden Hell (EP)
(2010) - melodeath metalcore deathcore - Label : Autoproduction



Pour être tout à fait honnête, je n'avais absolument jamais entendu parler de Moghan Ra avant qu'on me propose de chroniquer leur EP. Et ma foi ça tombe plutôt bien, car comme tout chroniqueur qui se respecte, j'adore découvrir de nouveaux groupes (et oui, inexplicablement, ce n'est pas pour la thune que le chroniqueur de webzine métal amateur bosse !). Donc Moghan Ra : groupe fondé à Cannes (pas vraiment la Mecque du métal en France soit dit en passant, donc respect) aux influences multiples naviguant entre death mélo, métalcore et deathcore et qui nous sert, avec ce Golden Hell, un premier EP clairement prometteur.

Alors évidemment, 6 titres (l'intro, excellente soit dit en passant, et 5 compos) et à peine 20 minutes de son c'est un peu court pour se faire une idée sur un groupe, surtout aussi jeune (à peine 3 ans d'existence), mais ça suffit largement à séparer le grain de l'ivraie et à reconnaître le talent quand on le voit, ou plutôt en l'occurrence quand on l'entend. Et là, j'avoue avoir été assez bluffé. Ce groupe possède un truc, indéniablement. Déjà, une production assez monstrueuse pour un premier EP et un groupe aussi confidentiel, ce qui est toujours agréable quand on entend l'amateurisme flagrant de certaines sorties frisant le ridicule. Clairement, quand on veut faire du deathcore, mélo et technique, il faut sonner ultra lourd, puissant tout en gardant suffisamment de clarté pour ne pas étouffer les mélodies diverses venant émailler les morceaux. Et là, c'est mission accomplie (on a même le droit à quelques grosses explosions d'infrabasses dignes d'un Carnifex ou d'un Viatrophy). Sur le fond, puisqu'après tout c'est quand même bien là que les choses se passent, quasiment que du positif également. Déjà, une variété vraiment intéressante dans les compos : sur les 6 titres, on retrouve des plages très death mélo (''From Ashes'', ''Golden Hell''), et d'autres clairement plus influencées par la scène deathcore US (''The Suffering'', ''Moghan Ra''), même si les deux genres se mélangent avec talent sur chaque titre et que les leads mélo présents sur toutes les compos rappellent finalement plus At The Gates que Despised Icon... Un melting pot vraiment bien équilibré en somme, et donc hyper agréable.

Ensuite, un haut niveau de composition maintenu tout au long des 6 titres contenus sur cet « enfer doré ». En effet, l'ensemble est vraiment de qualité, avec nombre de plans sacrément inspirés (mention spéciale pour le closer éponyme, ''Moghan Ra'', avec ses riffs mélos mutants, aussi incisifs et puissants que mélodiques, son combo break core + solo épique et son final pachydermique qui déboite plutôt bien l'auditeur ravi) et très peu de temps faibles, même si certains breaks core auraient pu être un poil moins redondants et déjà entendus (le final de ''From Ashes'' par exemple). Les voix sont quant à elles au diapason de toute cette belle inspiration, mais définitivement plus orientées deathcore que la musique du combo : arrachées et rugueuses sans être trop gutturales, posées comme il faut, elles reprennent les canons du genre avec application mais sans non plus les transcender. Du boulot sérieux quoi. Les nombreux breaks core groovent sec, et s'agrémentent presque toujours d'une lead mélo doublant le beatdown, ne se contentant que rarement de la facilité en mode « brisage de nuque bas du front sur cordes à vide » dans laquelle parfois les groupes du genre (notamment August Burns Red, et malgré tout le bien que je pense de ces types), les rares soli sont juste excellents (notamment celui de l'énorme ''Psychotropia''), bref pas grand chose à redire.


Le genre d'EP un peu surprise qui vous redonne foi en votre scène nationale. Le genre de claque qui vous fait continuer à écrire des papiers et à faire la promo de groupes confidentiels bénévolement et sur votre temps libre, malgré les aléas du taff et de la vie, et ce avec le sourire! Reste à souhaiter bonne route à Moghan Ra, personnellement je suivrais la suite de leurs aventures avec intérêt et la sortie d'un éventuel premier album avec une impatience non dissimulée. Du haut niveau, cocorico.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5