4394

CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
Cette chronique a été mise en ligne le 28 décembre 2010
Sa note : 15/20

LINE UP

-Andrew "Mac" McDermott
(chant)

-Hilly
(guitare)

-Gav
(basse)

-Chris
(batterie)

TRACKLIST

1) Gaitor
2) Monkey in Yer Bed
3) Broken
4) Tiny People
5) Fell to Ground
6) Follow Me

DISCOGRAPHIE

Swampfreaks (2010)

Swampfreaks - Swampfreaks
(2010) - rock hard rock rock seventies - Label : Autoproduction



Il paraîtrait que l'on ne peut pas juger un livre à sa couverture. Pourtant, en voyant celle de Swampfreaks, on a peu de chance de se tromper... Un nom évocateur, des chemises de buch', des cheveux longs... Ca sent bon le rock à papa tout ca! Et effectivement c'est exactement ça! Les Anglais de Swampfreaks nous offre un agréable voyage dans les années 70 avec quelques incursions forts appréciables dans les années 90.



Ici, point de grosses guitares froides branchées dans des amplis « usine à gaz » : Place aux guitares à tonton Lester branchées dans des Marshall poussés à 11! C'est chaud, rond en bouche et ca vient vous caresser agréablement la trompe d'Eustache. La prod est impeccable, digne du talent des musiciens (même si c'est un peu troublant d'avoir le chanteur « devant le nez » pendant les premières écoutes) et c'est un véritable bonheur que d'entendre une batterie sonner comme ça! Sans compter que l'on redécouvre qu'il y a souvent un bassiste dans les formations rock ! Si, si je vous jure ! Bref ca sonne bien. Mais si un son de la mort qui tue suffisait à faire à un bon album ca se saurait. Bien heureusement, pour notre plus grand plaisir les petits gars chevelus de Swampfreaks n'ont pas oublié leur talent dans leur autre pantalon et c'est un déluge de bons morceaux que l'on se prend sur le rable. Enfin, un court déluge, puisque le EP ne comprend que 6 morceaux. C'est court ! Mais c'est bon !

Les premières écoutes posent les postulats : Led Zep, Free voire même un pointe de Sab'. Cool. Mais l'eau a coulé sous les ponts depuis la glorieuse ère des sus-cités groupes et il serait dommage de ne pas verser une goutte de modernité dans le breuvage seventies (enfin faut le dire quand même vite parce que les influences distilées - Pearl Jam, Alice In Chains - ont maintenant 20 ans ou presque, ca ne nous rajeunit pas). Un peu heavy/hard, un peu grunge et une légère tendance à la ligne mélodique qui fait mal... Ca donne envie, non ? Surtout quand tout ca est chapeauté par un chanteur au timbre agréable et original (comprendre « pas commun », pas « tout bizarre ») dont les harmonies vocales font souvent penser à King's X (en même temps c'est pas un gamin le MacDermott, puisqu'il a officié au même poste chez les progressifs de Threshold). Y'a pire comme références sur un CV.

Après tout est loin d'être parfait... Il faut bien avouer que le McDermott en fait parfois un peu trop, que les morceaux sont un peu durs à différencier durant les premières écoutes et que ca relève maintenant de la gageure de renouveler le genre. Pourtant à aucun moment on ne s'ennuie à l'écoute du EP et même, la science de la composition des Anglais permet de belles saillies ! Les riffs sont simples mais efficaces, les lignes de chant catchy ("Monkey in Yer Bed"! Imparable!) et l'EP s'écoute sans accroc pendant une grosse demie-heure. Un solide album de bon rock n' roll, ni plus, ni moins. Mais plutôt plus!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3