4416

CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
Cette chronique a été mise en ligne le 18 janvier 2011
Sa note : 16/20

LINE UP

-Johnny Haven

(chant)



-Alex The Kid

(guitare)



-Thue Moeller

(basse)



-Toby Hoest

(batterie)

TRACKLIST

1) Godless

2) Bait the Hook

3) Flames Be Your Friend

4) The Nihilist Life

5) Swing the Pendulum

6) Wolfmoon

7) Hail the Horde

8) Inverted Cross Syndrome

9) Metamorphosis

10) Baptized in Bongwater

11) Turn or Burn

12) Disownment

DISCOGRAPHIE


The Burning - Hail The Horde
(2010) - thrash metal power US / thrashcore - Label : Massacre



Découvrir du son, toujours plus de son, et des nouveaux groupes, c'est un peu LE truc qui m'a donné envie de chroniquer des albums sur un webzine. Et autant dire que de ce point de vue-là, j'ai plutôt été servi depuis février dernier, date à laquelle j'ai commencé à apporter ma minuscule pierre à l'édifice bâti à la gloire du holy métôl of steel par les groupes, les fans, les tourneurs, organisateurs de festoche, labels et autres journalistes (big up à vous tous). Et donc aujourd'hui, c'est une découverte de plus pour votre serviteur avec ce groupe danois, The Burning.



Et pour une découverte, bon Dieu, c'est une s&crée bonne découverte que ce groupe, qui envoie avec ce Hail The Horde, son 3e album en autant d'années d'existence. Autant dire que les danois n'ont pas chômé. Mais ce n'est pas pour autant que cet album sent le boulot vite fait et l'arrache à plein nez, loin s'en faut. Il est au contraire clair que les mecs maîtrisent parfaitement leur propos, se font plaisir, et cela s'entend. La production est au diapason de ce bel enthousiasme, à la fois puissante et claire mais sans jamais sonner trop froide ou trop clinique. En gros, une prod' qui colle parfaitement à la musique du combo : chaude, ample, vivante. Et niveau fond, parce que ma foi c'est tout de même ça le plus important ça commence plutôt fort, avec un ''Godless'' tout en groove de bucheron, variant les ambiances de manière très appréciable entre mélodeath purement scandinave et influences nettement plus orientées power thrash US, avec notamment un excellent refrain. Le reste de l'album s'avère être du même excellent niveau, avec un paquet de véritables petites tueries.



Notamment ''Bait the Hook'' et son fabuleux final thrashcore brise-nuque qui rappelle The Haunted période Revolver. La voix n'y est pas étrangère, le frontman ayant un timbre qui renvoie clairement à celui de Peter Dolving, référence du genre si il en est. Citons également l'intro de ''Flames Be Your Friend'' et sa très bonne intro, le riff d'attaque groovant comme rarement, rappelant Pantera à sa grande époque malgré un refrain un ton en-dessous. Mention spéciale à ''The Nihilist Life'', énorme tube de cet album à mon sens, doté d'une monstrueuse intro power thrash US à laquelle The Burning parvient à rajouter une touche mélo purement scandinave qui donne une dimension supérieure à la compo, en faisant un véritable morceau de bravoure. De manière générale, les Danois font montre sur ce Hail The Horde d'un sens du groove bien affûté, quasi toutes leurs compos donnant furieusement envie de bouger, voire de headbanguer comme un damné. Tous les morceaux possèdent en effet cette dimension rythmique hyper travaillée et taillée pour faire bouger la tête et kiffer l'auditeur, pour peu que celui-ci ne soit pas trop réfractaire au style pratiqué.



Car clairement, The Burning ne réinvente pas le powerthrash en y ajoutant simplement sa petite touche mélodeath. The Haunted ou Corrosion of Conformity en faisaient autant des années avant. Par contre, ils pratiquent le genre de manière parfaite, réussissant un mix très plaisant entre diverses influences parfaitement digérées, le tout étant de plus brillamment exécuté. Enfin, les mecs savent varier les plaisirs : j'en veux pour exemple un ''Wolfmoon'' au feeling beaucoup plus heavy metal voir hard 70's, ou un ''Hail the Horde'' pour le coup purement ricain et sorti tout droit de la scène power texane des 90's, solo à la Dimebag Darrell (RIP man) à l'appui. ''Inverted Cross Syndrome'' est, lui, le pur exemple du crossover entre les genres précités, alternant ceux-ci avec brio et surtout avec un naturel totalement déconcertant. À aucun moment on a l'impression d'un copier-coller, d'un boulot artificiel : tout coule de source, tout s'enchaine merveilleusement bien et l'écoute en est rendue extrêmement agréable. On appelle ça le talent, tout simplement.




Que dire pour conclure ? Que cet album est en fait une surprise, une tuerie, une grosse claque, un authentique coup de cœur ? Assurément ! Après, il convient de ne point trop s'enflammer et de rappeler que The Burning n'invente absolument rien et manque pour le coup un peu d'identité et d'originalité. Mais ce qu'ils font, dieu qu'ils le font bien ! Un sens de la mélodie imparable, un chanteur monstrueux bien qu'un peu trop dans la veine de Dolving on l'a dit, des riffs épiques à la pelle, une section rythmique qui ferait groover Sunn O))) et une prod' en béton armé : ben ça donne un pur moment de bonheur métallique, et on n'en demandait pas tant. Messieurs, merci.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5