4436

CHRONIQUE PAR ...

13
Dupinguez
Cette chronique a été mise en ligne le 07 février 2011
Sa note : 12/20

LINE UP

-Patrick Fuchs
(chant)

-Ross The Boss
(guitare)

-Carsten Ketterling
(basse)

-Matthias Mayer
(batterie)

TRACKLIST

1) I.A.G
2) Kingdom Arise
3) Dead Man's Curve
4) Hailstorm
5) Burn Alive
6) Crom
7) Behold the Kingdom
8) Great Gods Glorious
9) Shining Path
10) Among the Ruins
11) Empire's Anthem

DISCOGRAPHIE

Hailstorm (2010)

Ross The Boss - Hailstorm
(2010) - heavy metal - Label : AFM Records



Pendant que son ancien groupe, Manowar, s'enlise dans une actualité de plus en plus boueuse, Ross, lui, continue son petit bonhomme de chemin et sort aujourd'hui son deuxième album sous son propre nom, Hailstorm. Et ce qu'il y a de bien, avec ce genre d'artistes qui sort son dernier album, c'est qu'on a la certitude qu'avant même d'en avoir la moindre note, on sait déjà ce que l'on va y trouver. Pour ceux du fond qui veulent un dessin, pas d'inquiétude : les explications vont suivre. En attendant, amateur de finesse, de changement de tempo alambiqué et de mesures asymétriques, passez votre chemin.

Car il n'y a pas que sur l'actualité que Ross se démarque de son groupe historique. Du point de vue musical - et on en sera bien évidemment soulagés - on retrouve ici a peu près tous les éléments que l'on souhaiterait trouver chez Manowar (oui, vous risquez de voir ce nom écrit un certain nombre de fois dans cette chronique, autant vous habituer tout de suite), mais qui ont pourtant disparu depuis belle lurette. A commencer par les riffs ! Après une carrière longue et bien remplie, Ross n'en a en aucun cas perdu la science. Une simple écoute de "Burn Alive" suffira à vous en convaincre : difficile de ne pas taper du pied quand la batterie rejoint un riff hard rock des plus purs. Ici, point de fioritures ou d'agréments inutiles, on va la plupart du temps droit à l'essentiel : un riff et en avant Guingamp. Ce qui nous fait craindre une certaine monotonie. À juste titre, puisque l'album s'essouffle très sérieusement dans sa deuxième moitié pour l'auditeur non aguerri, notamment à cause de mid-tempos poussifs et beaucoup moins inspirés. Les cinq minutes de "Behold the Kingdom" semblent notamment durer une éternité, arriver entier au bout de ce titre étant une véritable purge. Surtout quand ce titre est précédé d'un autre mid-tempo.

Pourtant, tout cela ne partait pas trop mal, avec une title-track qui envoie le bois, prouvant que Ross en a encore sous la semelle et sait envoyer le bois, avec toujours une petite touche un peu Rock'n'Roll qui fait plaisir à entendre. Seul un refrain un peu foireux vient légèrement gâcher la fête, en grande partie à cause d'un vocaliste clairement pas au niveau. Patrick Fuchs est doté d'un timbre pas très agréable à l'oreille et prend pourtant soin de doubler quasiment toutes ses voix, en usant d'harmonies le plus souvent bien foireuses et de backing vocals mal calés. Un vrai point noir de cet album, puisque la même chose avec un chanteur du calibre d'Eric Adams aurait certainement eu une toute autre portée. Du coup, si l'on se tourne vers les parties instrumentales, il y a de quoi retrouver le sourire. Les soli et breaks instrumentaux sont les meilleurs moments de cet album et rattrapent souvent des morceaux qui se seraient contentés d'être moyens sans. La laborieuse "Among the Ruins" s'en voit largement bonifiée. En conclusion de cet album, Ross essaie de retrouver le souffle épique qui animait les grandes heures de Manowar avec "Empire's Anthem" et y arrive... partiellement! En fait, c'est simple : dès que le chanteur n'intervient plus, ou est tout du moins correctement soutenu, on passe de bons moments.


Ross est certes un excellent guitariste, mais il ne peut faire seul le travail de quatre personnes, ou au moins de deux. Car si la section rythmique manque de classe et de distinction, c'est bien au niveau vocal que le bât blesse. Mais malgré cela, à pondre des albums de heavy sans aucune originalité alors que le genre est en berne depuis des lustres, difficile de dépasser le stade d'album sympathique, même avec un vocaliste talentueux.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2