4489

CHRONIQUE PAR ...

87
Malice
Cette chronique a été mise en ligne le 18 mars 2011
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Jessica Thierjung
(chant)

-Linda Laukamp
(violoncelle)

-Joon Laukamp
(violon)

-Olivier Thierjung
(guitare)

-Martin Ahmann
(claviers)

-Matthias Kirchler
(basse)

-Marcus Fidorra
(batterie+percussion)

TRACKLIST

1)Opening
2)Welcome
3)Like a Feather in the Wind
4)The Regret
5)Elderberry and Lavender
6)Lullaby
7)Foeman's Bride
8)The Wolf
9)So Long, My Love
10)My Unawakened Soul
11)Paranoid Circus
12)The Wheel of Fortuna
13)The Way to Nowhere
14)Another Time
15)Conclusion

DISCOGRAPHIE

Paranoid Circus (2011)
Leverage (2012)

Lyriel - Paranoid Circus
(2011) - folk rock gothique - Label : AFM Records




C'est un chapiteau fané noyé dans la brume et c'est à son entrée qu'un joueur d'orgue de barbarie vous salue. C'est un chapiteau d'où s'échappent des rires, un chapiteau bercé par des ombres qui ici semblent plus grandes qu'ailleurs. On y entre hésitant, oscillant entre émerveillement et scepticisme. On y entre avec la peur d'être déçu, et on en sort ravi. L'aviez-vous deviné? Nous sommes au Paranoid Circus de Lyriel.



Lyriel est un groupe allemand de sept membres, dont deux forment une section de cordes, au violoncelle et violon. Et le plus étonnant, c'est que ces cordes servent et sont présentes dans toutes les compos. Quant aux autres instruments, que ce soit la voix chaleureuse de Jessica Thierjung ou la guitare, ils sonnent justes et se mêlent les uns aux autres avec équilibre. Les compositions sont agréables et ne se contentent pas de l'être : intrigantes et énergiques, elle possèdent un rythme spécial, une sorte de danse hypnotique qui pousse l'auditeur à chanter et à se mouvoir en rythme. Petit bémol : si plusieurs chansons possèdent tout pour plaire, on déplore la présence de certains titres moins bons, qui auraient pu faire office de bonus-tracks ("Lullaby", "So Long, My Love" ou encore les petits titres de transition).

Autre bon point : mêler celtique et rock tout en gardant le respect des rythmes originels n'est pas un exercice facile, et Lyriel a su relever le défi (le très énergique "Like a Feather in the Wind", ainsi que "The Wolf" et son refrain épique le prouvent). Les ambiances diverses qui se dévoilent tout au long de l'album sont justement retranscrites : "Foeman's Bride", le morceau le plus bref et inquiétant de l'album, est absolument délicieux. Les lignes de chant sont plus compliquées qu'elles ne le paraissent, à l'image des compos d'ailleurs: "The Regret" est beaucoup moins basique que ce que l'on pourrait croire au premier abord. 

Hélas, Paranoid Circus possède quelques défauts qui laissent l'auditeur légèrement sur sa faim. En effet, si la présence d'une section de cordes est un avantage, il est à double-tranchant : une telle formation permet de formidables possibilités d'arrangements, des possibilités que le groupe a négligées. Autre point faible, la longueur de l'album : les morceaux écoutés séparément sont enchanteurs, mais déjà moins quand on les écoute d'une traite. C'est là une des différences entre un album agréable et un bon album : l'un lasse, l'autre pas.


Si Paranoid Circus nous a appris quelque chose, c'est bien que Lyriel a du talent à revendre, et qu'il ne leur reste que quelques pas à franchir pour faire quelque chose de vraiment bien. Il n'est jamais aisé de sortir des chemins balisés, souhaitons-leur donc de l'audace et du flair pour éviter les avalanches et enfin produire ce qui manque tant à notre époque... de la musique vraiment intéressante.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4