455

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17/20

LINE UP

-Hans Zimmer

-Lisa Gerrard

TRACKLIST

1)Progeny
2)The Wheat
3)The Battle
4)Earth
5)Sorrow
6)To Zucchabar
7)Patricide
8)The Emperor Is Dead
9)The Might of Rome
10)Strength and Honor
11)Reunion
12)Slaves to Rome
13)Barbarian Horde
14)Am I Not Merciful?
15)Elysium
16)Honor Him
17)Now We Are Free

DISCOGRAPHIE


Zimmer, Hans - Gladiator - Music From The Motion Picture
(2000) - BO films - Label : Decca



Vous n’avez pas pu oublier "Gladiator", le film aux cinq Oscars sorti en 2000. Vous avez sans nul doute vibré devant les combats épiques, l’intrigue saisissante et les décors somptueux de ce péplum des temps modernes. Ridley Scott, le réalisateur-génie, a été bien inspiré sur ce projet et nous a offert l’un des tout meilleurs film de ces dix dernières années. Rien que ça. Et comme dans nombre de productions hollywoodiennes de cet acabit, le fond sonore du film n’a pas été fignolé à la va-vite, et fait bien plus ici qu’accompagner nonchalamment les aventures héroïques de Maximus le gladiateur; donnant forme et couleur aux images, les partitions de Hans Zimmer, puisque c’est lui le responsable, dictent le ton, transmettent les sentiments des personnages, et entendent offrir à vos oreilles un voyage initiatique aux confins de l’Empire Romain Antique. Dépaysement garanti.

Le public ne s’y est d’ailleurs pas trompé, puisque cette B.O. est tout simplement l’une des plus vendues de tous les temps (un million et demi d’exemplaires). Pourtant, et c’est là que c’est fort de café, point de soupe commerciale à la "My Heart Will Go On" à l’horizon; la musique de Zimmer reste comme à son habitude très orchestrale, d’inspiration classique, et parfois même assez complexe. Cela est surtout vrai pour ce premier CD, le "vrai" soundtrack du film. Tantôt entraînant, tantôt émouvant, parfois hargneux, toujours envoûtant, Zimmer montre ici qu’il est un vrai virtuose, et qu’il n’a pas son pareil pour venir gratter votre petite corde sensible, afin de vous donner tour à tour envie de rire, de pleurer, de hurler… Le bougre sait y faire. Vous avez tous en tête, je suis sûr, le thème principal du film, que l’on retrouve avec grand bonheur dans "The Battle". Et tous de ressasser au son de cette cavalcade héroïque l’histoire dramatique du général devenu esclave, de l’esclave devenu gladiateur… Du gladiateur qui défia un empereur.

"Patricide" est l’un des passages les plus tourmentés, et illustre de façon bouleversante l’attitude du cruel et déstabilisant empereur Commode, l’un des méchants les plus géniaux qui m’aient été donnés de voir au cinéma. Dieu que c’est beau. La participation de Lisa Gerrard (ex-Dead Can Dance) n’est sans doute pas étrangère à la réussite de cet mystérieux mélange des genres. Sa voix, comme sur "Now We Are Free", confère à l’ensemble une légèreté mélancolique qui aurait fait cruellement défaut si seuls des titres instrumentaux figuraient sur cette B.O.. On atteint là un équilibre supérieur dans l’harmonie, que l’on sent mûrement jugé et réflechi.

Les influences ouvertement annoncées par le compositeur américano-allemand ("Les Planètes" de Gustav Holst n’ont décidément pas fini de séduire) tombent toujours au bon moment ("The Barbarian Horde", "Am I Not Merciful?") et donnent une cohérence à toute cette créativité, un fil rouge auquel se rattacher. D’autant que, jaseront les déçus, Zimmer s’est – sporadiquement - largement influencé de ses propres œuvres (la B.O. de Rock, pour les passages les plus orchestraux notamment), et qu’il est au final quasiment impossible de ne pas reconnaître la patte du bonhomme. Surtout lorsqu’il nous gratifie de rythmes dynamiques à souhait, dont il a le secret ("Slaves To Rome"), qui se fondent parfaitement dans les mouvements mélodiques de chacune des plages de la galette.


Pour ne rien gâcher, les pistes s’enchaînent sans temps mort, et coulent directement les unes dans les autres, ce qui rend l’écoute définitivement des plus agréables. A vous passer d’une traite, vous en ressortirez grandis.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3