4593

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 05 mai 2011
Sa note : 12/20

LINE UP

-Steeve Petit 
(chant) 

-Karim Attoumane 
(guitare) 

-Shag 
(basse) 

-Clément Rouxel 
(batterie) 

TRACKLIST

1)I Want To Kill You Like They Do
2) The Maze
3) Beat The Crap Out…

4) Dancing Around Death
5) The Torture Never Stops
6) Man Of Silence
7) Living Creature
8) Devil Son Vs Sexy Witch
9) Bipolar Confusion
10) Song Of The Dead
11) Missa Pro Defunctis (Requiem)

DISCOGRAPHIE


Zuul FX - The Torture Never Stops



Le bail de Steeve Petit chez No Return n'aura duré que 4 petites années, mais ce passage aura eu l'effet d'une révélation. Enfin un frontman digne de ce nom en France, avec une présence, un charisme, et puis une gueule aussi. Limite s'il vous ferait pas pisser dans votre froc juste en vous hurlant dessus. Bref, sans doute le type le plus impressionné du circuit hexagonal en live avec Nico de The Arrs. Et si son départ avait fait l'effet d'une mauvaise surprise, la suite avait montré que le bonhomme avait de la ressource avec son projet Zuul FX.

Déjà 4 ans se sont écoulés depuis la sortie de Live Free Or Die, au point qu'on commençait à s'inquiéter sur l'avenir du groupe, plutôt discret depuis si ce n'est la sortie d'un live en 2009. Mais voilà, Zuul FX est là et bien là en 2011, avec une première partie de prestige en ouverture de Slayer et Megadeth en mars et surtout la sortie d'un nouvel album qui semble jeter un pont entre ses deux premiers essais. Après un Live Free Or Die un peu plus policé, avec pas mal de passages en chant clair, The Torture Never Stops marque un retour à quelque chose de plus brutal, un peu dans l'idée de By The Cross, mais sans les éléments indus' qui constituaient une part non négligeable du groupe à l'époque. Au menu du jour donc, toujours ce cocktail de thrash, de neo et de metal moderne furibard à la Slipknot, dont on retrouve l'influence également dans certaines postures misanthropiques au niveau des paroles. Seule nouveauté, et non des moindres, la présence de solos. Riche idée assurément, car Karim Attoumane s'y révèle bluffant. Le bonhomme laisse libre cours à son inspiration et semble ne se poser aucune limite au niveau du son et du jeu. Difficile de ne pas penser à Dimebag Darrell, d'autant que ses tous solos sont livrés à 'état brut, sans piste de guitare rythmique derrière.

L'intro est déjà bien musclée avec ce riff syncopé soutenu par quelques délicates notes de piano et les éructations de Steeve Petit, mais elle ne laisse en rien présager le déferlement de violence qui suit avec "The Maze". Ce véritable concentré de violence et de folie furieuse, digne du Sipknot de la grande époque, agit comme un coup de poing en pleine tronche et lance les hostilités de la meilleure des manières. "Beat the Crap Out..." ne donne pas le même registre mais n'a rien à lui envier en terme d'efficacité : le refrain jumpy façon neo metal promet d'incendier le pit en live, et le superbe break mélodique ressuscite le Korn de l'ère Life Is Peachy. Ces deux titres sont assez nettement au-dessus du lot, mais Zuul FX a encore pas mal de cartouches dans son arsenal : le furieux "Dancing Around Death" et son ambiance particulière, avec son chant éthéré et ses subtiles lignes de claviers assez angoissantes ; "The Torture Never Stops" et son cocktail détonnant d'indus et de neo ; enfin, "The Song Of The Dead", un titre speed agrémenté de samples qui se révèle plutôt catchy au final. Ce morceau redonne un peu de souffle à un album qui était nettement retombé en intensité après "Man Of Silence", faute à quelques titres peu inspirés comme "Living Creature" ou "Bipolar Confusion".


Ce troisième album de Zuul FX ne fait pas tellement avancer le schmilblick. Comme d'habitude, le groupe nous propose une poignée de morceaux de très haut niveau, mais comme d'habitude aussi, il pêche par inconstance, ce qui fait qu'au final, l'album n'est pas indispensable alors qu'il partait sur un rythme très élevé. On se consolera en se disant qu'à force de proposer trois ou quatre titres vraiment monstrueux par album, Zuul FX ne va pas tarder à se forger un répertoire en béton armé pour la scène, à coup sûr son terrain de prédilection.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4