4632

CHRONIQUE PAR ...

87
Malice
Cette chronique a été mise en ligne le 02 juin 2011
Sa note : 15.5/20

LINE UP

Vocalistes

-Kristell Lowagie
(chant)

-Lauryn Gaet
(chant)

-Jamie-Lee Smit
(chant)

-Laura Crowet
(chant)

-Marja Supponen
(chant)

-Justine Daaé
(chant)

-Benjamin "Ben" Albertani
(chant)

-Serge Vandepoel
(chant)

-Pascal "Wan" Vanhoren
(chant)

-Leny Andrieux
(chant)

-Krys Denhez
(chant)


Musiciens

-Christof Jaeger
(guitare)

-Bernard Daubresse
(guitare+basse+claviers)

-Yves Huts
(guitare+claviers+arrangements)

-Valery Granson
(guitare)

-Eric Renwart
(guitare)

-Nico Claus
(guitare)

-Manu De Ros
(basse)

-Olivier Van Houte
(orgue Hammond)

-Kris De Bie
(batterie)

TRACKLIST

1)Renunciation
2)The Middle Path
3)Mirror Mirror
4)I Am God
5)The Wait
6)Jennifer
7)Starchild
8)In a War With My Best Friend
9)The Naked Ape
10)Road to Consciousness part I : Even a Rose
11)Road to Consciousness part II : The Limbo
12)Road to Consciousness part III : The Choice
13)Road to Consciousness part IV Consciousness

DISCOGRAPHIE


Road To Consciousness - Road To Consciousness
(2011) - heavy metal divers et varié - Label : Fakto



Dieu, si tu es là, saches que je dois te faire un aveu : Je suis une mauvaise langue qui juge sans savoir. Non, ne tente pas de me persuader du contraire, tu aurais faux ! Je me confesse et te l'avoue, mon Dieu : Lorsque l'on m'a parlé pour la première fois de Road To Consciousness et de leur projet d'opéra rock, j'ai ricané. J'ai ricané sottement, méchamment, stupidement même... jusqu'à ce que toi (qui d'autre ? ) fasses en sorte que je sois la seule à pouvoir chroniquer cet album. Et alors là, je dois t'avouer, mon Dieu : J'ai ravalé toute ma fierté, j'ai ouvert mon esprit... et j'en ai pris plein la gueule.

Pourtant crois-moi, Seigneur, j'avais mes raisons : À force de me farcir à longueur de temps les résultats ratés de certains « 
groupes » trop ambitieux, je ne pouvais plus entendre les mots « Grand Projet » sans ricaner dans ma barbe. Ainsi lorsque je mis le disque dans mon ordinateur, l'enthousiasme n'y était pas. Et pourtant, au fur et à mesure que les chansons se suivaient, je me retrouvai plongée dans un univers cohérent et étrangement prenant : les efforts de cette nombreuse équipe me parurent alors louables et je me mis à les écouter avec une nouvelle oreille. Road To Consciousness, donc, est un projet ambitieux, mené par une équipe de musiciens plus ou moins connus de la scène rock et metal. Menés par Bernard Dubresse, ces artistes se succéderont lors d'un concept-album parlant de l'aventure humaine.

L'aventure humaine ? Un thème très vaste, me direz-vous. Effectivement, ce n'est pas un thème facile, et bien transcrit à travers divers facettes de la vie de plusieurs protagonistes : Des facettes comme le rapport à la religion ("The Middle Path", "I Am God") aux affres de la célébrité ("Jennifer") en passant par la souffrance et le doute ("Mirror Mirror", "The Wait"). Un autre point notable de cet opéra est la variété des styles employés tout au long des pistes. Je ne parle pas seulement des nombreux chanteurs qui prêtent leurs voix (bien que cela contribue à cette impression) à l'ensemble, mais aussi des styles : Un peu de prog dans "Consciousness", du rock gothique dans l'excellente "I Am God" et un "The Choice" délicieux qui n'est pas sans rappeler certaines compositions de Hans Zimmer ! A noter également un "The Limbo" très sombre et agrémenté de quelques grunts, ainsi que la très «Nevermore-like » "Jennifer".

Hélas ! Comme toute œuvre, Road To Consciousness possède aussi quelques défauts, le premier d'entre eux étant la production. Je sais que dans ce genre de circonstances les moyens peuvent manquer, mais il est de mon devoir de souligner le manque de profondeur du son. On pourrait également déplorer la présence d'invités célèbres (je ne connaissais aucun d'entre eux avant de découvrir cet album), qui nuit forcément un peu à la crédibilité du projet. Un dernier point, peut-être moins remarquable sont certaines paroles un peu naïves : le « I'm given another chance / A chance for life, a chance for friends » de "Consciousness" me fait toujours sourire, de même que celles de "Mirror Mirror", un peu trop cliché à mon goût. Je note néanmoins la présence de bonnes références (par exemple, le cycle bouddhique de Samsâra mentionné dans "The Middle Path")


Si je pouvais faire passer un message à Road To Consciousness, je les remercierai pour le moment qu'ils m'ont fait passer avec ce premier opus réussi. Par la suite, je leur dirai que j'espère les ré-entendre bientôt, avec un album encore meilleur que le premier, tant sur le point de la production que celui des compositions. Au final, je leur dirai qu'ils sont une équipe talentueuse, que j'attends leur prochaine sortie avec impatience. Mais trèves de bavardages, c'est à mes lecteurs que je m'adresse : Il n'y a pas de contre-indication pour écouter cet album, alors n'hésitez pas à vous y plonger. Amen.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5